• Votre Journal en ligne Contact
  • Les Plus lus

    Force conjointe du G5 Sahel : Prévention et à traitement des violations des droits de l’homme et du droit international humanitaire, à l’ordre du jour

    La Minusma, l’OHCHR, le G5 Sahel et l’UE, se sont donnés la main pour renforcer les capacités de la Force conjointe du G5 Sahel en matière de prévention et à traitement des violations des droits de l’homme et du droit international humanitaire. Communiqué de

    Transhumance dans les groupes armés : Des éléments du Gatia trouvent refuge au HCUA

    Décidément, le Mali vit à l’heure des démissions. « Je démissionne de ce machin pour aller adhérer à cet autre machin », est désormais devenu une litanie familière aux maliens. La pratique jusque-là réservée au politicien, vient de gagner les mouvements armés au

    Mouvement ON A TOUT COMPRIS « Waati Sera » : « Nous ne sommes point des extrémistes »

    « Nous ne sommes point des extrémistes, nous estimons que nos interrogations à l’endroit de la diplomatie française et notre appel au respect des valeurs républicaines méritent des réponses idoines de la part de la France. Donc, c’est une façon à nous, d’exprimer

    Version imprimable de cet article Version imprimable | |

    Prévention des catastrophes : La Cellule de veille inondations et catastrophes explique ses missions à la presse

    samedi 22 juillet 2017 , par Assane Koné

    C’était à la faveur d’un point de presse que la cellule de veille inondations et catastrophes, rattachée au Ministère Sécurité et de la Protection Civile, a édifié les Hommes des medias sur ses missions. C’était le lundi 17 juillet 2017 au département de la sécurité et de la protection civile. Ce point de presse était animé par le premier responsable de la cellule, le Commandant, Abdramane Bakayoko.

    Dans le cadre de la gestion des inondations et des catastrophes en cette période hivernale, la Cellule inondations et catastrophes a rencontré la presse pour expliquer ses objectifs, son fonctionnement et ses missions.

    Faut-il rappeler que c’est dans la foulée des inondations du 28 août 2013 que les services de protection civile ont enregistré 56 cas de pertes en vies dont 2 portés disparus et d’importants dégâts matériels dans les communes I et IV du district de Bamako. Ces inondations ont fait en somme près de 6240 ménages sinistrés et 613 maisons écroulées. La gestion de ce sinistre a été émaillée d’incoordination et de duplication dans les réponses.

    Pour mieux cadrer ce domaine d’intervention, le Commandant Abdramane Bakayoko a rappelé que les réponses (abris, vivres et non vivres) ont été apportées par le Gouvernement à travers les ministères sectoriels et les partenaires comme les ONGs.

    « Le Ministère de la Sécurité et de la Protection Civile a mis en place une cellule de veille inondations et catastrophes pour servir d’instrument d’aide à la décision et coordonner la gestion des inondations sur l’ensemble du territoire national », a –t-il rappelé.

    A l‘en croire, cette cellule intervient suivant deux modes opératoires dont le mode activé allant du 1er juin au 31 octobre et le mode veille qui s’étend sur le reste de l’année. « La cellule est logée au sein de la cellule de coordination des opérations du ministère et les contacts de sa salle de crise dont le vert est : 80001111 et le fixe est : 20719786. Les numéros verts de la protection civile : 80001201 joignable uniquement par le réseau Malitel, de la police secours : 80333 ou 80001115, de la gendarmerie : 80001114 ».

    Concernant ses missions, Commandant Bakayoko dira qu’elles sont entre autres : la collecte d’informations sur les cas d’inondations enregistrées sur l’étendue du territoire national et de rendre compte au ministre à travers des bulletins de renseignement quotidiens.

    Plus loin, il a rappelé que du mois de juillet au mois d’octobre 2015, la cellule a enregistré : 31 alertes, 29 décès, 8 blessés et d’importants dégâts matériels.

    « Du mois de juin au mois d’octobre 2016, elle a enregistré : 30 alertes, 12 décès, 4 blessés et d’importants dégâts matériels. Les localités touchées du 1er juin au 17 juillet 2017 : Zantiguila (Dioila) le 14 mai 2017, Bla (Ségou) le 27 mai 2017, Gossi et Ouimerden (Gourma Rharous) le 17 juin 2017, Echell (Goundam) le 17 juin 2017, Dioulabougou (Niafunké) le 17 juin 2017, Moussala et Dickocore (Kayes) le 22 juin 2017, Falou et Sountiana (Nara) le 6 juillet 2017, Bamako 15 quartiers touchés le 10 juillet 2017, Bamako (Sotuba, Banconi et Hypodrome) le 14 juillet 2017 ».

    Moussa Mallé SISSOKO

    Assane Koné

    Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

    Un message, un commentaire ?

    Qui êtes-vous ?

    Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

    Ajoutez votre commentaire ici
    • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

    • Mots-clés : menunav

    Annonce