Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Présidentielle 2018 au Mali : Ras Bath et son CDR lâchent Soumaïla Cissé engagé dans la contestation de l’élection de IBK

vendredi 14 septembre 2018

« L’Investiture de Mr Ibrahim Boubacar Keita, le 04 Septembre, par la cour suprême malgré, les irrégularités graves qui ont émaillé ces élections : bourrage des urnes, achat de conscience, tripatouillage des résultats… met fin au processus électoral selon les lois maliennes. Par conséquent, met fin à l’accord politique conclu entre le CDR et le Candidat de l’URD, Mr Soumaila Cissé. A cet effet, le CDR annonce le retour à son statut originel et à ses activités de société civile », a indiqué le Collectif pour la Défense de la république (CDR) dans une déclaration publiée le 11 septembre 2018. Lisez l’intégralité de la déclaration !

Collectif pour la Défense de la République (CDR)
Déclaration sur la participation à l’élection présidentielle de 2018

Suivant les recommandations des journées populaires du CDR organisées les 24 et 25 Mars 2018 à Bamako, le comité scientifique a échangé avec les candidats qui ont bien voulu adhérer au manifeste du CDR. Le jeudi 28 juin, le candidat de l’URD, Mr Soumaila Cissé a été choisi suivant les critères établis pendant les journées candidat du CDR pour la récente élection présidentielle. Les deux organisations ont scellé un accord politique le lundi 30 juin 2018. A cet effet, il a été demandé à tous les comités du CDR de l’intérieur comme de l’extérieur d’approcher les bureaux de l’URD pour ensemble conduire la campagne en faveur de la victoire du candidat. L’élection s’est déroulée en deux tours, le 29 juillet et le 12 Aout 2018, au cours desquels, les militants du CDR, particulièrement ceux de la diaspora, ont assumé avec brio la sensibilisation en faveur du candidat et la surveillance des opérations de vote.

Après la proclamation définitive des résultats du 2ème tour le lundi 20 Août par la cour constitutionnelle, le comité scientifique du CDR, conformément à son mandat, s’est réuni le jeudi 23 Août pour évaluer la participation du CDR à cette élection et analyser le rôle des structures chargées des élections au Mali (le ministère de l’Administration Territoriale, la Délégation Générale aux Elections, la Commission électorale Nationale Indépendante et la Cour Constitutionnelle).

Des conclusions suivantes ont été dégagées :

1 - Remercier l’ensemble des Militants du CDR pour leur engagement républicain et inconditionnel.

2- Remercier le Candidat Soumaila Cissé pour la pertinence de son programme, son sens élevé de responsabilité et son statut d’homme d’État dont le Mali a besoin. Aussi, remercier tous les militants de l’URD et la coalition ‘’Ensemble Restaurons l’Espoir’’ pour leur constance dans le combat pour le Mali.

3- L’Investiture de Mr Ibrahim Boubacar Keita, le 04 Septembre, par la cour suprême malgré, les irrégularités graves qui ont émaillé ces élections : bourrage des urnes, achat de conscience, tripatouillage des résultats… met fin au processus électoral selon les lois maliennes. Par conséquent, met fin à l’accord politique conclu entre le CDR et le Candidat de l’URD, Mr Soumaila Cissé. A cet effet, le CDR annonce le retour à son statut originel et à ses activités de société civile.

4- le CDR prend acte de la proclamation de Mr Ibrahim Boubacar Keita comme président de la République du Mali. Cependant, le CDR se joint aux actions juridiques initiées par les Candidats réunis autour de Soumaila Cissé et le parti SADI contre les membres de la cour constitutionnelle pour forfaiture devant la cour suprême et la cour de justice de la CEDEAO.

5- le CDR annonce sa non participation aux élections législatives annoncées par le gouvernement pour les mois d’Octobre et Novembre 2018, tant quelles seront organisées par Ag Erlaf, sur la base du fichier aux versions multiples et surveillées dans des zones du nord et du centre par des groupes armés.

6- Le CDR est disposé à s’allier à toutes les forces vives de la Nation pour mener le chantier de renforcement du contrôle citoyen, de la bonne gouvernance et surtout, de l’amélioration du processus électoral.

Bamako le 11 Septembre 2018
Bureau National CDR

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Projet de loi d’entente nationale : « Une menace pour la paix,… »

Quarante sept organisations de défense de droits humains dénoncent le projet de loi d’entente nationale. Elles considèrent le document comme « une menace pour la paix, la réconciliation et les droits des victimes au Mali ». Lisez l’intégralité du communiqué

COFOP : « La tentative… de prorogation du mandat des députés, constitue une violation…de notre Constitution »

« La tentative solitaire et méprisante de prorogation du mandat des députés, constitue une violation majeure de notre Constitution et entame de manière significative la démocratie et la crédibilité de notre pays », indique la Coalition des forces patriotiques

Plan International : « Le harcèlement sexuel est le plus grand danger auquel les filles sont confrontées dans les villes du monde entier »

(LONDRES) : Le harcèlement sexuel présente un risque majeur pour la sécurité des filles et des jeunes femmes dans le monde, selon une enquête réalisée auprès d’experts mondiaux dans 22 villes publiée aujourd’hui par Plan International, l’organisation œuvrant en