Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Premier tour de l’élection Présidentielle : Le centre de vote du Groupe scolaire de Sokoniko II a longtemps attendu les électeurs

dimanche 29 juillet 2018

Dans la commune CVI du district de Bamako, malgré le taux de retrais massif des cartes d’électeurs, le 1er tour de l’élection présidentielle 2018, au centre du vote du groupe scolaire de Sokoniko II, semblait attendre les électeurs.

Fadaga Samaké, coordinateur du centre de vote du groupe scolaire de Sokoniko II, a souligné que l’influence n’était pas du tout au rendez-vous. Selon lui, les électeurs viennent de façon timide. Pour cela, il a profité de notre passage pour lancer un appel à la population de venir voter pour élever le taux de participation et que cela puisse se faire dans la plus grande courtoisie et la sérénité.

Le coordinateur du centre de vote du groupe scolaire de Sokoniko II, a indiqué qu’il y a 14 bureaux de vote, et que chaque bureau comptait en moyenne, 500 électeurs. Le coordinateur a révélé que dans son centre l’ouverture du scrutin a connu un léger retard de 10 à 15 minutes. « Des matériels manquaient. On n’était obligé d’envoyer quelqu’un à la Mairie pour pouvoir accéder à ces matériels de vote », a-t-il regretté.

Dans le centre vote de Sokoniko II, deux candidats à l’élection présidentielle ont voté. Ce sont : Mousa Sinko Coulibaly, président du mouvement plateforme pour le changement et Aliou Boubacar Diallo, président du parti ADP-Maliba.

« J’ai accompli ma part de citoyenneté civique. Aussi, j’ai voté pour le retour à la paix, à la stabilité et pour un Mali meilleur », a déclaré Aliou Boubacar Diallo, président du parti ADP-Maliba. Avant de souhaiter que cette ambiance festive ne soit pas perturbée par les fraudes ou des manipulations.

« Nous venons d’accomplir ce que les maliens ont attendu depuis longtemps. Le début du processus jusqu’au changement. Nous n’espérons que tous les maliens votent pour le changement. Nous les invitons à venir voter pour le camp du changement. Nous commençons à écrire le nouveau chapitre pour le changement. L’espoir est permis, l’avenir du Mali sera radieux », a indiqué Mousa Sinko Coulibaly, président du mouvement plateforme pour le changement.

Bintou COULIBALY

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Projet de loi d’entente nationale : « Une menace pour la paix,… »

Quarante sept organisations de défense de droits humains dénoncent le projet de loi d’entente nationale. Elles considèrent le document comme « une menace pour la paix, la réconciliation et les droits des victimes au Mali ». Lisez l’intégralité du communiqué

COFOP : « La tentative… de prorogation du mandat des députés, constitue une violation…de notre Constitution »

« La tentative solitaire et méprisante de prorogation du mandat des députés, constitue une violation majeure de notre Constitution et entame de manière significative la démocratie et la crédibilité de notre pays », indique la Coalition des forces patriotiques

Plan International : « Le harcèlement sexuel est le plus grand danger auquel les filles sont confrontées dans les villes du monde entier »

(LONDRES) : Le harcèlement sexuel présente un risque majeur pour la sécurité des filles et des jeunes femmes dans le monde, selon une enquête réalisée auprès d’experts mondiaux dans 22 villes publiée aujourd’hui par Plan International, l’organisation œuvrant en