Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Pour la mise en œuvre de l’accord pour la paix et la réconciliation : La société civile met en place un cadre consultatif d’observation, de veille et d’alerte

mardi 28 mars 2017

En vue de contribuer efficacement à la mise en œuvre de l’accord pour la paix et la réconciliation au Mali, la société civile a tenu du 21 au 22 mars 2017 à la Maison des Ainés de Bamako la conférence nationale de validation des actes de son Forum de mai 2016. Ce fut une aubaine particulière pour l’ensemble des composantes de la société civile de mettre en place un cadre consultatif d’observation, de veille et d’alerte pour la mise en œuvre de l’accord pour la paix et la réconciliation. Cette session a regroupé 300 participants issus des associations et organisations faitières de Bamako, des régions et des cercles du Mali.

La cérémonie d’ouverture des travaux était présidée par Ahmed Mohamed Ag Hamani, président du forum de la société civile. A ses cotés, on n’y notait la présence du doyen Filifing Sacko, des chefs religieux et des communicateurs traditionnelles.

Cette rencontre de 2 jours avait pour objectif principal de permettre aux composantes de la société civile de contribuer efficacement à la mise en œuvre de l’accord pour la paix et la réconciliation au Mali, issu du processus d’Alger. Elle a permis aux participants issus des associations et organisations faitières de Bamako, des régions et des cercles de pousser la réflexion en vue de renforcer le mécanisme de la société civile.

Ahmed Mohamed Ag Hamani, président du Forum de la Société Civile a estimé que cette conférence était une étape terminale permettant à la société civile de contribuer efficacement à la mise en œuvre de l’accord pour la paix et la réconciliation au Mali.

A l’en croire depuis 2012, notre pays se débat dans une crise. « Les ennemis de la paix sont à la manœuvre. Ils sont rigoureux dans leur méthode barbare. Leur joie et leur bonheur ne se réalisent que dans le Chaos. Cette insécurité grandissante qu’ils forgent, ils veulent l’imputer aux divergences religieuses pour la mettre simplement au compte des luttes raciales, absurdes et inexistantes », a-t-il dénoncé. Et d’ajouter que la crise malienne n’est ni religieuse ni ethnique mais, en réalité, ses véritables sources se situent ailleurs.

Dans ce contexte douloureux, dira-t-il, les efforts de l’Etat doivent être soutenus nécessairement par la société civile, laquelle n’est jamais restée inactive depuis le déclenchement de la crise. « La société civile a d’abord tenu à montrer au reste du monde entier que la crise malienne n’a aucun fondement religieux ni racial et ni ethnique », a rappelé l’ancien Premier ministre.

Ensuite, il est revenu sur les actions menées par la société civile malienne lors de la crise. « Il y a 2 ans, l’imposante délégation composée des musulmans, catholiques, protestants et diverses OSC, a sillonné l’Europe dans une atmosphère d’amitié et de fraternité cordiale faisant bien des jaloux ailleurs dans le monde. La même délégation regroupait en son sein Tamasheq, bambara, peulh, sonrai, arabe et soninké pour ne citer que ceux-ci dans la même ferveur, la fraternité et cordialité », a-t-il confié.

Aux termes des travaux, les participants ont entérinés la proposition de modèle de cadre fédérateur d’observation, de veille et d’alerte de la société civile du Mali. Ils ont aussi adopté les projets statutaires du cadre fédérateur.

Moussa Mallé SISSOKO

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Plan International : « Le harcèlement sexuel est le plus grand danger auquel les filles sont confrontées dans les villes du monde entier »

(LONDRES) : Le harcèlement sexuel présente un risque majeur pour la sécurité des filles et des jeunes femmes dans le monde, selon une enquête réalisée auprès d’experts mondiaux dans 22 villes publiée aujourd’hui par Plan International, l’organisation œuvrant en

Paix et réconciliation au Mali : La Plateforme des femmes leaders joue sa partition

La Plateforme des femmes leaders au Mali a tenu le vendredi 31 août 2018 un point de presse dans la salle de conférence du Centre national de documentation et d’information sur la femme et l’enfant (CNDIFE). Lors de ce point de presse un communiqué a été lu

Travaux de réaménagement de la nouvelle Agence de Lafiabougou : La BDM-SA lance un Appel d’offres

La Banque de Développement du Mali lance un Appel d’Offres Ouvert entre des entreprises en règle vis-à-vis de la législation malienne pour la réalisation des travaux de réaménagement de la nouvelle Agence de Lafiabougou. Lisez l’avis d’Appel d’offres ouvert !