Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Peinture : Pour célébrer ses 40 ans, le peintre Amadou Sanogo lève le voile sur sa série « Les paroles en l’air »

jeudi 6 juillet 2017

Il est peintre malien. Il n’a que 40 ans, mais déjà un parcours éloquent qui va se renforcer d’année en année. Il s’appelle Amadou Sanogo. Pour son 40ème anniversaire, il a fait une exposition à l’Atelier Badialan 1. Mais, mieux, il a levé le voile sur sa nouvelle série : « Paroles en l’air ».

« Pour mes 40 ans, comme cela fait bientôt trois ans que je n’avais pas fait d’exposition à Bamako, je me suis dis que cela pouvait être bien apprécié d’en faire une. Et, là vous voyez, j’ai bénéficié du soutien de mes camarades artistes pour rendre cette activité beaucoup plus conviviale et ouverte un certain nombre d’artistes membre de notre collectif d’artistes de l’Atelier Badialan I », a indiqué Amadou Sanogo, avant d’inviter les amoureux des arts plastiques qui avaient fait le déplacement, de prendre les salles d’exposition d’assaut.

Pour la circonstance, Amadou Sanogo a exposé une dizaine de ses récentes toiles. Mais, sans le dire, même si le nom n’est pas tout à fait encore arrêté définitivement, pour qui connaît le style de travail du jeune peintre malien, l’on est en droit de dire qu’une nouvelle série est en gestation, après la série « Les sans têtes ». Probablement cette série s’appellerait « les paroles en l’air ». En tout cas une toile à été intitulée avec ce nom et cela pourrait trahir la discrétion de l’artiste. Bon, attendons pour voir un peu plus clair du côté du nom de la série.

Mais, d’ores et déjà, avec ou sans nom, cette série sera très appréciée parce que l’artiste, est resté dans sa gamme : la simplicité avec des couleurs qui parlent. Et, mieux, il se pourrait que l’artiste veuille donner la parole aux « sans tête ». Et, quand un « sans tête » embouche, un porte voix, il n’y aura aucun doute, ce sera la série des « paroles en l’air ». Qu’elle cohérence dans le travail de l’artiste.

Si la tête qui abrite le cerveau est le siège de la réflexion, celui qui n’a pas de tête, ne doit pas avoir de cerveau et conséquemment, il n’aura aucune capacité de réflexion. Et, quand on est dépourvu de toute capacité de réflexion, on ne pourra que lancer des paroles en l’air.

Jusqu’au 5 juin 2017, les bamakois ont pu apprécier le travail de Amadou Sanogo, à travers des toiles comme : la colère de l’échec, l’accord, le peureux, la composition, regardez-vous, parole en l’air et mon attirance : Une œuvre qui fera parler d’elle, tant elle est simple dans sa réalisation, mais ne passe pas inaperçue. Elle n’est rien d’autre que la représentation d’une dame, « sans tête » bien sûr, assisse sur un tabouret et de dos. On pourrait imaginer qu’elle-même admire un tableau rose. Mais, convaincue que la nature l’a gâtée avec des formes exceptionnelles, elle n’hésite pas à exhiber et exposer un postérieur proéminent.

Même si cette exposition a été voulue comme une exposition solo de Amadou Sanogo, il faut dire qu’il a été accompagné par le collectif des artistes de l’Atelier Badialan I. De telle sorte qu’à côté des toiles de Amadou Sanogo, l’on pouvait apprécier quelques toiles d’artistes comme Siaka Togola (œuvre sans titre), Kader Keita (Affection), Brahima Konaté dit Boudjé (L’aptitude des passagers dans une sotrama), Moussa Traoré (Tête perdue), Baptiste Gerbier (Austin), Noumouké Camara (Dans le bar) Henry (Vieillard), Modibo Sissoko dit Van (Sans titre), Mass (sans titre), Alpha Maki Diarra (Danse), Ouologuem (Sans titre), Diakaridia Traoré (Dans le bar). Trois artistes sculpteurs maliens étaient aussi de la partie : Hamadou koumaré (Œuvre sans titre), Thierno Diallo (une œuvre dédiée à l’artiste) et Klemaghan Toussaint Dembélé (Les naufragés).

En plus des grands noms des arts plastiques du Mali, comme Abdoulaye Konaté, il faut dire que la galerie Magnin-A, qui vend les œuvres de Amadou Sanogo à travers le monde, était représentée par son directeur, Phillipe Boutté.

Assane Koné

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Plan International : « Le harcèlement sexuel est le plus grand danger auquel les filles sont confrontées dans les villes du monde entier »

(LONDRES) : Le harcèlement sexuel présente un risque majeur pour la sécurité des filles et des jeunes femmes dans le monde, selon une enquête réalisée auprès d’experts mondiaux dans 22 villes publiée aujourd’hui par Plan International, l’organisation œuvrant en

Paix et réconciliation au Mali : La Plateforme des femmes leaders joue sa partition

La Plateforme des femmes leaders au Mali a tenu le vendredi 31 août 2018 un point de presse dans la salle de conférence du Centre national de documentation et d’information sur la femme et l’enfant (CNDIFE). Lors de ce point de presse un communiqué a été lu

Travaux de réaménagement de la nouvelle Agence de Lafiabougou : La BDM-SA lance un Appel d’offres

La Banque de Développement du Mali lance un Appel d’Offres Ouvert entre des entreprises en règle vis-à-vis de la législation malienne pour la réalisation des travaux de réaménagement de la nouvelle Agence de Lafiabougou. Lisez l’avis d’Appel d’offres ouvert !