Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Participation des jeunes et des femmes à la prise de décisions : Les résolutions 1325 et 2250 expliquées

mercredi 11 novembre 2020

Le samedi 7 novembre 2020, les jeunes du quartier du fleuve ont participé à une causerie citoyenne sur les résolutions 1325 et 2250 relatives à la participation des femmes dans les instances de décisions en temps de crise et la participation de la jeunesse dans les prises de décisions. Elle a été initiée par l’Association des Jeunes pour la Citoyenneté Active et la Démocratie (AJCAD), avec l’appui de l’Aide de l’Eglise Norvégienne (AEN).

Lors de cette causerie, les participants ont réfléchi ensemble pour trouver les points sur la non-participation effective des jeunes dans les prises de décision et des femmes en temps de guerre. Ensuite, dans la résolution des problèmes et la consolidation de la paix.

Il faut noter que ce moment a été une véritable causerie et un terrain d’échange entre les jeunes. Les deux résolutions ont été longuement expliquées par deux jeunes dames panelistes, facilitatrices Fatoumata Sogodogo et Kadidia A Maiga.

Il faut préciser que, la résolution 1325, est une résolution onusienne adoptée à l’unanimité le 31 octobre 2000 par le Conseil de sécurité des Nations Unies dans sa 4213ème séance, qui concerne le droit des femmes, la paix et la sécurité. Et celle de 2250, a été adoptée par le Conseil de sécurité des Nations Unies, le 9 décembre 2015. Cette résolution souligne que « le monde n’a jamais compté autant de jeunes et que ceux-ci constituent souvent la majorité de la population des pays touchés par des conflits armés ». Elle exhorte de ce fait les Etats membres à examiner les moyens d’accroitre la représentation inclusive des jeunes à tous les niveaux.

Fatoumata Sogodogo, paneliste, dira que cette causerie les a permis de connaitre et de comprendre beaucoup de choses sur les deux résolutions pour la participation des femmes et des jeunes dans la prise de décision pour l’avenir du pays et pour la paix. « Il faut que les femmes se mettent en tête qu’elles peuvent participées activement dans le développement pour l’avenir d’une nation. Car, le changement commence par nous-mêmes avant de l’exiger sur une autre personne », a-t-elle déclaré. Elle a prôné la sensibilisation des jeunes et des femmes sur leurs droits et devoirs.

Moussa Doumbia, participant à la causerie, a estimé que pour la participation des femmes dans la prise de décision mérite une prise de conscience et une sensibilisation. Pour dire qu’on ne peut pas s’en passer d’elles pour la paix et l’avenir d’un pays. Il a lancé un appel aux jeunes de se faire confiance, d’oser, de mettre leur avoir et savoir-faire sur la table.

De son coté, Kounady Kadiatou Cissé, participante à la causerie, dira qu’il faut expliquer aux femmes, ce qui veut dire l‘indépendance financière. De travailler pour elle-même pour ne pas dépendre d’un homme, ou d’un membre de la famille. « Désormais on a la connaissance sur les deux résolutions, sur la participation des femmes et des jeunes, leur responsabilité dans les prises de décisions en tant qu’acteurs principaux du pays », a-t-elle déclaré.

Bintou COULIBALY

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Mots-clés : menunav