| |

PRIX DU PAIN AU MALI : Les boulangers augmentent le prix du pain, les autorités les menacent

lundi 1er novembre 2021

L’union des boulangers du Mali et le ministère de l’Industrie et du Commerce se font une guerre à distance sur le prix du pain. Pendant ce temps, le prix des autres denrées de premières nécessités prend l’ascenseur sans que l’Etat ne pipe mot.

Dans un communiqué en date du 1er novembre 2021, signé par un certain Ahmed Dembelé, diffusé sur les réseaux sociaux, l’union des boulangers du Mali, informe que les prix du pain vont connaitre une augmentation. Cette augmentation qui est rentré en application à partir 1er novembre 2021 sont fixés ainsi qu’il suit : pain de 300 grammes, le prix de revient aux consommateurs est de 300 F CFA ; le pain de 150 grammes, sera vendu à 150 F CFA.

A la veille, le département de l’industrie et du Commerce, dans un autre communiqué ventilé également sur facebook, affirme que les « augmentations » du prix du pain est l’œuvre de « certain individus malintentionnés ». Et de préciser que le prix reste à 250 F et à 125 pour le pain de 300 et 150 grammes. Le communiqué poursuit que les annonces « découlent de propos irresponsables et sont de nature à perturber l’ordre public ». Le ministre du Commerce va plus loin et menace : « aucun manquement ne sera toléré et les auteurs de ces perturbations s’exposent aux sanctions prévues par les textes en vigueur ».

Ce jeu du chat et de la souris entre l’union des boulangers du Mali et le département du Commerce, intervient au moment où les prix des denrées alimentaires ont pris de l’ascenseur. Le prix du sac de riz gambiaka est cédé à près de 25 000 F CFA. Le prix de 50 KG du riz importé est vendu à 27500 F CFA soit une augmentation de 100 F CFA au kilogramme. Le prix de l’huile de 5 litres précédemment vendu à 4500 F CFA est cédé à 5500 F CFA. Même le sac de charbon a connu une hausse, passant de 4000 F CFA à Bamako à 5500 voire 6000 F CFA. La liste n’est pas exhaustive.

Sur ces augmentations, personne n’a entendu le gouvernement faire un communiqué. C’est là que Choguel Maiga et son équipe qui pensent soulager les maliens, doivent prendre leur responsabilité. Sur ces augmentations, si on avait vu ses milliers de personnes qui sont sorties soutenir la transition, dire non aux augmentations, cela allait être plus bénéfique sur les populations elles-mêmes. Malheureusement, on a l’impression que le malien ne sait pas ce qui est mauvais ou bon pour lui.

Messieurs les autorités de la transition, la réduction du prix du panier de la ménagère d’abord !

Amadou Sidibé
ARC EN CIEL

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Mots-clés : menunav