| |

POLLUTION ENVIRONNEMENTALE : Des Bamakois malades à cause de la poussière 

lundi 20 décembre 2021

Depuis quelques semaines, Bamako est recouverte d’un nuage de poussière persistant qui suscite pas mal d’interrogations chez les habitants. Cette brume est constituée de la poussière en suspension dans l’air de manière généralisée et de façon permanente. Elle est source de multiplication des cas de sinusite et d’asthme.

Dans plusieurs quartiers de Bamako, la capitale malienne, en matinée jusque dans la nuit, nous observons une quantité importante de poussière dans l’air. Cette brume de poussière est beaucoup plus dense qu’à l’accoutumée. Elle oblige les populations à un changement de comportement. Plus visible dans la circulation contraignant beaucoup d’usagers à porter des lunettes pour se protéger les yeux. Certains vont jusqu’à attacher un turban pour se protéger la tête, ou un masque pour protéger le nez et la bouche… Mais ses mesures ne suffisent pas contre l’inhalation de la brume de poussière que Bamako vit.

C’est généralement dans la circulation qu’on se rend compte de l’immensité de la brume de poussière. Impossible pour les usagers à motos d’arriver à destination avec un habit propre tant la poussière dicte sa loi. Ceci atteste le manque d’entretien de nos routes goudronnées dans la capitale. Si ce n’est pas le sable qui couvre complément le goudron et rétrécis la route, ce sont les engins qui sont obligés de quitter la route pour rouler sur les bandes cyclables occasionnant de la brume de poussière.

Cette poussière n’est pas sans conséquence sur la santé des populations.

Selon Fousseiny Diarra, pneumologue, les fines particules contenues dans la brume constituent, un risque pour la santé des populations.

« La poussière contient des agents pathogènes tels que les virus, les bactéries, les champignons ainsi que des substances toxiques pouvant être à l’origine de certaines maladies comme l’asthme, la grippe qui sont les plus répandues. Elle peut compliquer certaines maladies telles que la sinusite… ».

Selon la description de ce dernier, ces agents pathogènes pénètrent dans les poumons, ce qui rend vulnérables les personnes ayant des problèmes respiratoires. Les plus exposés étant les enfants et les personnes âgées.

« Elle peut soit provoquer une suffocation chez un sujet ayant inhalé une quantité importante de poussière, soit engendrer une indigestion suite à la consommation d’aliments restés longtemps exposés à l’air libre », a-t-il ajouté.

En outre, dit-il, le contact avec une quantité importante de poussière pourrait être à l’origine de complications de la méningite.

Les enfants sont les premiers à ressentir les conséquences avec une mortalité infantile. « La poussière bouche les bronches des petits enfants, provoquant des infections et des maladies mortelles. De par leur petite taille, les enfants de moins de 5 ans sont plus proches du sol, là où la concentration des particules de poussière est la plus forte. Ils inhalent de la sorte plus de poussière que les adultes, et ce pour une surface de poumons pourtant plus petite ».

Pour Mariam Keita, pneumologue, ces derniers temps, sa structure a enregistré une augmentation de patients ces derniers jours. « Nous nous situons à une moyenne de quinze patients par jour au lieu de dix généralement observés », dit-il.

Selon ses explications, « les pathologies les plus enregistrées sont les infections pulmonaires très souvent dues aux bactéries contenues dans la poussière, des cas de sinusite, d’asthme mais aussi des cas combinés d’asthme allergique et de sinusite ».

Dr Ousmane Sanogo, pédiatre au Centre de santé de Kalabancoro, étale le lien qu’il peut y avoir entre la poussière et la mortalité infantile. « Les microparticules contenues dans la poussière s’infiltrent dans les canaux respiratoires que sont les bronches jusqu’à leurs terminaisons, contribuant ainsi à les boucher. Ainsi l’air ne passe pas bien et les tissus du poumon et du reste du corps sont mal oxygénés », explique-t-il. Et d’ajouter qu’elle peut provoquer des infections pulmonaires.

« Au niveau des poumons, les terminaisons des bronches bouchées favorisent la pullulation des microbes qui étaient contenus dans la poussière et provoquent des infections pulmonaires qui peuvent être graves et certaines même mortelles.
A en croire ce pédiatre, le bouchage des terminaisons des bronches empêche également l’élimination des gaz carboniques produits dans l’organisme, provoquant une « intoxication chronique ».

Kamissa Doucouré
ARC EN CIEL

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Mots-clés : menunav