• Votre Journal en ligne Contact
  • Les Plus lus

    Marche du 2 juin 2018 : La Convention des Bâtisseurs regrette la répression

    « La Convention des Bâtisseurs regrette la répression de ladite marche qui reste et demeure un droit démocratique », indique un communiqué de la Convention des Bâtisseurs. Lisez ! COMMUNIQUÉ DE LA CONVENTION DES BÂTISSEURS : « La Convention

    Cour constitutionnelle : Aliou Diallo a déposé son dossier de candidature

    Dans un communiqué de presse, l’ADP-Maliba informe que Aliou Diallo a procédé au dépôt de son dossier de candidature à la Cour Constitutionnelle le mercredi 30 mai 2018 à 18 heures 30. Donc Aliou Diallo est officiellement le premier candidat à l’élection

    Force conjointe du G5 Sahel : Prévention et à traitement des violations des droits de l’homme et du droit international humanitaire, à l’ordre du jour

    La Minusma, l’OHCHR, le G5 Sahel et l’UE, se sont donnés la main pour renforcer les capacités de la Force conjointe du G5 Sahel en matière de prévention et à traitement des violations des droits de l’homme et du droit international humanitaire. Communiqué de

    Version imprimable de cet article Version imprimable | |

    Noce Malienne : Une coproduction Mali/Suisse arrive

    mercredi 9 mai 2018 , par Assane Koné

    Le vendredi 27 avril 2018 s’est déroulée à l’hôtel Mandé de Bamako la cérémonie de signature d’un contrat de coproduction entre EPYC Sarl et le centre national de cinématographie du Mali (CNCM) en vue de la production conjointe d’un film documentaire de 52 minutes, ayant pour titre provisoire, « coexistence pacifique entre les peuple » ou « Noce Malienne ».

    Gael Métroz, réalisateur, producteur de EPYC films, a souligné que le film est orienté dans le métissage et la mixité. Aussi que c’est le mariage mixte au Mali entre les musulmans et les chrétiens qui sera mis en exergue. Il est convaincu que ce film apportera quelques choses aux Maliens. L’un des objectifs est de montrer aux uns et aux autres que le Mali à une grande tradition, une culture de tolérance. « J’ai utilisé le Mali comme exemple international et pour montrer que dans ce pays les gens se marient entre chrétiens et musulmans sans problème », a-t-il déclaré.

    Moussa Diabaté, directeur général du CNCM, a déclaré que l’importance de la coproduction n’est plus à démontrer. Selon lui, cela relève de la mission du CNCM qui a été encouragé par son Conseil d’administration à entretenir des coproductions avec des structures étrangères ou nationales, dans le sens de la promotion du cinéma malien. « La coexistence pacifique est un sujet d’actualité », a-t-indiqué. Avant d’ajouter que l’intérêt est que les protagonistes soient des maliens et que les cadres soient choisis au Mali.

    Cette initiative vise à renforcer l’image du Mali comme un exemple de tolérance religieuse. En effet, en matière de mariage islamo-chrétien, ou simplement de la cohabitation pacifique entre les cultures, les maliens ont développé des coutumes bien partagées pour régler les conflits. A constater que le rire, l’autogestion des conflits ou la ‘’parenté à plaisanterie’’ sont des pratiques sociales qui y désamorcent les conflits résiduels et latents. Mais aujourd’hui, ce paradis semble être en péril.

    D’une durée de 52 minutes, les coproducteurs confirmés du film sont Radio Télévision Suisse, TV5 monde et le CNCM. Le réalisateur est Gaël Mètroz. Le CNCM produit le film par une contribution en nature estimé à 13 millions de FCFA, comprenant l’autorisation d’une année et d’autres accessoires filmiques. Concrètement, le CNCM va délivrer une autorisation de tournage sur toute la période. En, en sa qualité de coproducteur, le CNCM mettra à disposition une Caméra et un Caméraman, des protagonistes, de acteurs (couples mixtes), des musiciens, des archives, des collaborateurs et tous les éléments nécessaires à la bonne élaboration du film. En outre, le CNCM s’engage à faciliter le tournage sur tous les plans et de la réduction au maximum des frais liés au tournage.

    « Le film sera produit dans deux langues : bambara et français. C’est un film de 52 minutes, pour une année de production », a-t-il indiqué le Directeur du CNCM.

    Bintou COULIBALY

    Assane Koné

    Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

    Un message, un commentaire ?

    Qui êtes-vous ?

    Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

    Ajoutez votre commentaire ici
    • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

    • Mots-clés : menunav

    Annonce