Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Ministère de l’éducation nationale : Dr Témoré Tioulenta, une nouvelle main tendue aux acteurs de l’éducation

lundi 13 mai 2019

Dr Témoré Tioulenta, nouveau ministre de l’éducation nationale, a entamé le vendredi 10 mai 2019, une visite de courtoisie aux membres de l’union nationale des enseignants retraités de l’éducation et de la culture (UNEREC), aux membres de la fédération nationale des associations des parents d’élèves et étudiants du Mali (FENAPEEM) et aux syndicats de l’éducation signataires du 15 Octobre 2016.

Les rencontres se sont déroulées au ministère de l’éducation nationale, au siège de la FENAPEEM à Faladjié et à la Maison de l’enseignant. Partout où le ministre est passé, il n’a pas manqué de tendre la main et solliciter l’accompagnement de tous. Il s’agissait aussi, pour le ministre de se présenter, se confier, afin de bénéficier de leur confiance, leur soutien et leur bénédiction pour la mission. « Nous sommes dans un pays de valeurs profondes. Nous ne pouvons pas déroger à des principes fondamentaux qui ont fait la valeur et la grandeur de ce pays. C’est un devoir. Et, il s’agit de continuer la mission, celle de la qualité, du civisme et de la citoyenneté pour le développement de notre pays, à travers l’école », a-t-il précisé.

Dr Témoré Tioulenta a présenté respectueusement ses remerciements à ses ainées de l’UNEREC pour l’accueil chaleureux. « Je suis venu me remettre à votre charge. Je serai derrière vous et faire ce que vous souhaiterez. Et d’avantage faire ce que vous avez fait avant. Je ne suis pas votre ministre. Je suis votre Talibé », a-t-il déclaré. Avant d’ajouter que son rêve c’est de continuer à poursuivre le rêve d’une école de qualité, civique et de promotion. Pour cela, il a demandé aux anciens de baliser la voie pour la réussite de la mission.

En s’adressant aux parents d’élèves, il dira qu’il est dans un contexte de tendre la main à ceux qui avaient combattu pour la qualité de l’éducation, et qui avaient dans le parcours de leur vie lutté pour l’équité et l’égalité de chance pour tous. Il est convaincu que tous les syndicalistes rêvent du meilleur devenir des enfants. « Je suis venu apporter m’a petite pierre pour le meilleur. J’en suis sûr que votre conviction est celle du Président de la République », a-t-il indiqué. Avant de les rassurer de son entière disponibilité.

Aux syndicats de l’éducation signataires du 15 Octobre 2016, le ministre a rendu un vibrant hommage aux enseignants victimes de la barbarie. Il a lancé un message aux enseignants de se donner la main pour prendre des dispositions et de faire en sorte que tous les enseignants victimes ne se sentent pas abandonnés. Il les a rassurés de l’accompagnement de son département. « L’année scolaire est déjà adulte. Ne la laissons pas se courber, car le redressement demande beaucoup d’efforts. Je vous invite à l’encensement de l’espoir », a-t-il lancé.

Mamadou Lamine, président de l’UNEREC, non moins président de la FENAPEEM, a souhaité que cela soit une continuité. Il s’est dit honoré par la présence du ministre. Il n’a pas caché leur joie d’échanger avec le nouveau ministre qu’ils on vu à la tâche bien avant aujourd’hui. Il lui a souhaité beaucoup de succès avec ses collaborateurs. « La tâche n’est pas facile. Aujourd’hui, dans l’éducation, nous avons toutes sortes d’enseignants. C’est devenu un lieu placement. Certains viennent par vocation, pour d’autres, c’est avoir de l’argent », a-t-il dénoncé.

Reconnue par son utilité publique, selon son président, la FENAPEEM a la dissolution. « Nous continuons d’exister, car nous sommes la première association de la société civile du Mali », a-t-il indiqué. Par sa voix, les membres de la FENAPEEM ont rassuré le ministre de leur soutien. Elle a promis qu’elle sera la petite canne pour le soutenir.

De son côté, Adama Fomba, secrétaire général des syndicats de l’éducation signataires du 15 Octobre 2016, après avoir remercié le ministre pour l’honneur et pour sa marque de considération, dira que cette visite de courtoisie n’est pas une surprise pour eux connaissant les problèmes auxquels ils font fassent. Il a rassuré le ministre de leur entière disponibilité et de leur accompagnement pour l’école malienne.
Bintou COULIBALY

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Vœux de nouvel AN 2019/ Aliou DIALLO, Président d’honneur de l’ADP-Maliba « Mettre le Mali au-dessus de tout »

« …Les réformes territoriales, administratives et politiques seront au cœur de l’agenda politique national. Si ces changements dans le fonctionnement, l’organisation et l’administration de l’état sont le seul fait de l’actuelle majorité au pouvoir, cela

EDUCATION SEXUELLE AU MALI : « Le… FARE condamne la méthode… du gouvernement sur un sujet aussi délicat et sensible… »

« Le parti FARE condamne la méthode d’approche du gouvernement sur un sujet aussi délicat et sensible que celui-ci », indique un Communiqué du Parti FARE. Le parti FARE est vivement préoccupé par la tension sociale provoquée par le projet de manuel d’éducation

Agression du Journaliste Elhadji Hamidou Touré : Les Associations Faitières des journalistes réclament justice

« Cet incident intervient après de nombreuses agressions physiques et verbales à l’encontre des hommes de medias, s’ajoutant à la disparition depuis trois ans du confrère Birama Touré qui reste sans suite », indique la déclaration publiée. Lisez ! Déclaration de