Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Mécanisme de transfert des ressources aux collectivités territoriales : Oxfam Renforce la capacité des collectivités territoriales

dimanche 23 avril 2017

Le jeudi 20 avril 2017, s’est tenu à l’hôtel Massaley de Bamako, l’atelier de restitution de l’étude sur l’état actuel du transfert des ressources financières de l’Etat aux collectivités territoriales, organisé par Oxfam en partenariat avec la coopération Suisse au Mali.

L’ouverture de cet atelier a été présidé par le représentant du directeur général de la collectivité territorial, Abdoul Karim Yattara, conseiller national, en présence du coordinateur de Oxfam, Fousseynou Diabaté, du représentant de la coopération Suisse, Abdou Wahab Dieng. Il a réuni aussi plusieurs acteurs sur cette question notamment, les maires.

Le transfert des ressources est un engagement qui a été pris par l’Etat dans les accords ou il est bien dit que, « l’état va mettre en place un mécanisme pour transférer 30% des recettes budgétaires aux collectivités territoriales » a indiqué le coordinateur de Oxfam. Il ajoutera ensuite que c’est un engagement politique très fort, parce que le transfert concomitant des ressources et des compétences aux collectivités pour leur permettre de renforcer leur propre capacité afin d’investir dans la résolution des besoins des populations qui les ont élus. Selon le coordinateur d’Oxfam, c’est un facteur très important pour la réussite de la décentralisation. Il a terminé ses propos en remerciant la coopération Suisse pour son appui au Mali et son engagement constant auprès de notre pays pour le bien-être des populations.

« C’est un programme éminemment important du gouvernement ».

Selon le représentant de la coopération Suisse ce programme a deux objectifs principaux à savoirs : poursuivre l’action de la coopérative Suisse, qu’est la régionalisation, le renforcement des responsabilités du pouvoir des collectivités régionales et le pilotage du développement économique et régional ou le renforcement de la capacité organisationnelle et institutionnelle des conseils régionaux. Il a aussi souligné que la coopération Suisse a pris l’option d’aller vers la pédagogie par l’action. Avant de nous fait savoir que, ce qui fait que cette coopération est parmi les rares coopérations dans les programmes de gouvernance.

Pour lui le deuxième volet s’articule au niveau de l’appui : l’appui à la société civile dont le mandat a été compris par Oxfam. « L’importance de cette étude pour nous va au-delà de la simple sensibilisation sur l’engagement de l’Etat », a déclaré le représentant de la coopération Suisse.

A travers un constat au niveau des partenaires techniques et financier, plus de 95% des investissements réalisés ou 90% au niveau des collectivités territoriales, ont été financés par l’aide extérieur. Et seulement moins de 10% au maximum venait de l’Etat. « C’est une interpellation très forte pour un Etat qui s’est donné comme ambition d’aller vers une décentralisation renforcée ou approfondie », a-t-il lancé.

« Une étude qui vient à point nommé, quand nous savons qu’il n’y a pas de décentralisation effective sans transfert de ressources. Il se trouve que les textes de la décentralisation annoncent un transfert concomitant des compétences et des ressources. Selon lui, toute compétence transférée à une collectivité doit être suivie au même moment des ressources nécessaires à cette compétence », a rappelé le représentant du directeur général de la collectivité territorial.

Dans son intervention, il a souligné que, quel que soit la collectivité et les capacités humaines, s’il n’y a pas des ressources, la collectivité ne pourra pas répondre aux besoins des populations : Les services sociaux de base.

Il a conclu ses propos en soulignant le rôle indispensable des médias et les organisations de la société civile. Qui selon lui sont des leviers important dans le suivi de la mise en œuvre effective de cet engagement de transfert de 30% des recettes budgétaires aux collectivités territoriales.

Bintou COULIBALY (stagiaire)

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Agression du Journaliste Elhadji Hamidou Touré : Les Associations Faitières des journalistes réclament justice

« Cet incident intervient après de nombreuses agressions physiques et verbales à l’encontre des hommes de medias, s’ajoutant à la disparition depuis trois ans du confrère Birama Touré qui reste sans suite », indique la déclaration publiée. Lisez ! Déclaration de

Projet de loi d’entente nationale : « Une menace pour la paix,… »

Quarante sept organisations de défense de droits humains dénoncent le projet de loi d’entente nationale. Elles considèrent le document comme « une menace pour la paix, la réconciliation et les droits des victimes au Mali ». Lisez l’intégralité du communiqué

COFOP : « La tentative… de prorogation du mandat des députés, constitue une violation…de notre Constitution »

« La tentative solitaire et méprisante de prorogation du mandat des députés, constitue une violation majeure de notre Constitution et entame de manière significative la démocratie et la crédibilité de notre pays », indique la Coalition des forces patriotiques