Version imprimable de cet article Version imprimable | |

MORCELLEMENT ILLEGAL DES TERRES A MOUNTOUGOULA : Le préfet de Kati dans l’œil du cyclone

lundi 15 octobre 2018

Pour stopper le préfet de Kati, Sadio Keita et obtenir l’annulation des permis d’occuper qu’il a délivrés suite à un morcellement qu’il a effectués dans les villages de Mountougoula et Sirakoro Méguetana, des populations de Mountougoula et Sirakoro-Méguetana ont envoyé une correspondance au gouverneur de Koulikoro, pour attirer son attention sur la violation des textes par le préfet.

La loi n°02-008 du 2 février 2002 portant modification et ratification de l’ordonnance n°00-027/P-RM du 22 mars 2000 portant code domanial et foncier (CDF), autorise le seul maire à délivrer des concessions urbaines à usage d’habitation (CUH) et des concessions rurales à usage d’habitation (CRH). Dans le cercle de Kati, l’autorité administrative chargée de veiller à la bonne application des textes est la première à les vilipender.

Cette violation des textes par le préfet de Kati, Sadio Keita, est constatée dans plusieurs Communes du cercle, notamment dans les Communes de Baguineda et Mountougoula.

Selon plusieurs sources, le préfet de Kati fait du morcellement illicite son sport favori sans même aviser les responsables communales en particulier les maires encore moins les autorités coutumières. Il nous revient que Sadio Keita est de ce genre d’administrateur civil qui a horreur de se soumettre aux textes. C’est ainsi qu’il a fait morceler à tour de bras plusieurs sites à Mountoungoula sans aviser la mairie. Le hic, la plus part des sites auxquels il s’attaque sont déjà des propriétés d’autrui, en ce sens que la mairie les a attribués. Les spécialistes appellent ceci : double attribution. C’est-à-dire une parcelle, deux propriétaires. Il n’est point de rappeler que ce genre de situations n’est pas sans conséquences. A longueur de journée, c’est des interpellations à la Mairie de Mountougoula, des plaintes dans les Tribunaux.

Désormais regroupés au sein d’une association de défense de leurs terres, les populations de Mountougoula veulent barrer la route aux spéculateurs fonciers et par l’occasion intenter un procès en vue d’obtenir l’annulation de tous les permis illégaux délivrés par le préfet de Kati. Les morcellements au quotidien dans ce village, ne sont que la partie visible de l’iceberg.

D’après nos informations, le préfet Keita s’adonne à plusieurs morcellements illégaux à Baguinéda et dans plusieurs villages de Kalabancoro, notamment Sirakoro Méguetana. Là, il s’attaque aux places publiques et aux rues. Dans le village concerné, plusieurs regroupements de jeunes et d’autres personnalités ont envoyé une correspondance au Gouverneur avec ampliation au ministre de l’Administration territoriale et également au ministre des Domaines de l’Etat.

Dans nos prochaines parutions, nous reviendrons plus en détails sur les cas morcellement des rues à Sirakoro Meguetana (Kalabancoro).
A suivre !

Mohamed Keita
Arc-En-Ciel

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Agression du Journaliste Elhadji Hamidou Touré : Les Associations Faitières des journalistes réclament justice

« Cet incident intervient après de nombreuses agressions physiques et verbales à l’encontre des hommes de medias, s’ajoutant à la disparition depuis trois ans du confrère Birama Touré qui reste sans suite », indique la déclaration publiée. Lisez ! Déclaration de

Projet de loi d’entente nationale : « Une menace pour la paix,… »

Quarante sept organisations de défense de droits humains dénoncent le projet de loi d’entente nationale. Elles considèrent le document comme « une menace pour la paix, la réconciliation et les droits des victimes au Mali ». Lisez l’intégralité du communiqué

COFOP : « La tentative… de prorogation du mandat des députés, constitue une violation…de notre Constitution »

« La tentative solitaire et méprisante de prorogation du mandat des députés, constitue une violation majeure de notre Constitution et entame de manière significative la démocratie et la crédibilité de notre pays », indique la Coalition des forces patriotiques