Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Lutte contre les tracasseries aux frontières : Le Directeur général de la police nationale annonce un nouveau dispositif

jeudi 8 août 2019

« Tout est mis en œuvre pour la délivrance rapide des documents de voyage et pour lutter contre les tracasseries aux frontières ». La déclaration a été faite en substance par Moussa Ag Infani, DG de la Police nationale, aux membres du HCME. C’était le mercredi 7 août 2019.

Moussa Ag Infahi, directeur général de la police nationale a reçu une délégation du bureau du haut conseil des maliens de l’extérieur (HCME) conduit par Amidou Traoré, président d’honneur du conseil spécial du HCME. L’objectif de la rencontre était d’expliquer l‘obtention des documents de voyage, les conditions d’entrée et de séjour dans les pays d’accueil et l’authenticité des documents de voyage. Aussi, certaines difficultés ont été soulevées par le HCME. C’était à la direction générale de la police nationale.

Aux dires de Moussa Ag Infahi, directeur général de la police nationale, le contexte sécuritaire du sahel de manière générale, mais aussi de l’ensemble du monde aujourd’hui est très préoccupant au regard du tourisme international. C’est pourquoi le Mali, selon lui, est obligé d’être un pays conforme aux normes de l’organisation internationale de la protection civile et les documents de voyage doivent répondre à ces normes. « Il y a très longtemps, le Mali devait passer au passeport biométrique. Mais, ce n’est qu’en 2016 que nos autorités ont pu accéder à cela. Les efforts ont été faits pour réduire le délai d’obtention », a-t-il déclaré. Avant de préciser qu’au niveau de la police, ils font tout un effort pour qu’aucun Malien ne souffre du manque d’un document de voyage. « Ce qui veut dire que nous sommes au diapason pour mettre les Maliens de l’extérieur dans de bonnes conditions », a-t-il rassuré.

Par rapport aux tracasseries, selon lui un effort a été également fait, surtout au niveau des postes frontières qui ont été modernisés, avec le système (MIDAS) : un dispositif informatisé qui permettant de savoir qui rentre et qui sort du pays. « Mieux, tout récemment un bureau d’orientation des Maliens de l’extérieur a été installé au niveau de nos frontières », a-t-il déclaré. Avant d’annoncer qu’ils sont dans dispositif de tolérance zéro par rapport aux tracasseries. « Nous tenons à ce que à ce que l’intégration sous régionale soit une réalité », a-t-il précisé. Il a rassuré que tout sera fait pour qu’il n’y ait aucun souci pour un Malien de l’extérieur pour avoir les documents dans le délai et éviter à ceux qui reviennent au pays ou qui voyagent des tracasseries aux frontières.

Moussa Ag Infahi a invité la délégation du HCME à sensibiliser les maliens de l’extérieur qu’il ne sert à rien de changer d’identité. Selon lui, aujourd’hui le passeport Malien est un passeport infalsifiable. Il répond aux normes internationales de sécurité.

Tidiani Coulibaly, Commissaire principal de police, chargé de l’aéroport international, s’est prononcé sur la délivrance des badges. Il dira qu’il y a trois catégories de badges, à savoir : les badges permanents qui sont donnés à ceux qui travaillent à l’aéroport ou aux usagers qui viennent régulièrement à l’aéroport tout en justifiant d’une activité sur la plateforme aéroportuaire. Selon lui, pour l’avoir, il faut s’adresser au président directeur des aéroports du Mali qui donne les dossiers à une commission d’attribution des titres d’accès composée des représentants des aéroports du Mali, de la police, de la douane et l’ASAM. Après l’analyse de conformité par la commission, le PDG prend une décision. Pour cela, il a fait savoir au bureau du HCME, s’ils veulent avoir des badges d’écrire au président directeur général des aéroports du Mali.

En ce qui concerne les badges temporaires, il dira qu’ils sont donnés à des personnes qui viennent exécuter de façon temporaire leur mission sur la plateforme aéroportuaire. Et, les badges visiteurs sont donnés pour un délai de 24 heures après dépôts d’une pièce d’identité. « Actuellement avec la situation sécuritaire, nous avons suspendu les badges visiteurs. Ils ne sont pas donnés pour accompagner ou accueillir un visiteur », a-t-il précisé. Il a fait savoir qu’actuellement, il y a eu beaucoup de restrictions à l’aéroport compte tenu du contexte actuel.

Pour sa part Amidou Traoré, président d’honneur du conseil spécial du haut conseil des maliens de l’extérieur, a estimé que les difficultés se trouvent au niveau de la carte Nina. Pour cela, il dira qu’ils ont eu a rencontré le ministère de l’administration territoriale pour gérer ce problème, car les passeports sont établis en fonction de cette carte. « L’obtention de la carte Nina ne dépend pas de la police. Le délai est très long. On ne peut pas renouveler sa carte de séjour tant qu’on n’a pas le passeport en règle et en jour. Ce qui veut dire que la personne peut effectivement perdre son emploi et se faire expulser », a-t-il expliqué.

Après ces échanges, les deux parties se disent satisfait, car cette collaboration est très importante. Pour le HCME, « on a besoins d’établir une relation étroite et de confiance avec la police ».

Bintou COULIBALY

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.