Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Lutte contre les stupéfiants au Mali : L’Office centrale des stupéfiants fait incinérer plus de 4 tonnes de drogues saisies.

jeudi 3 novembre 2016

L’Office centrale des stupéfiants avec l’accord du procureur du pôle judiciaire spécialisé, a organisé le mercredi 2 novembre 2016 la cérémonie d’incinération des drogues saisies en 2016 : Environ 4 tonnes. C’était dans la commune de Dio, cercle de Kati. La cérémonie s’est déroulée en présence du Directeur de l’Office Centrale des Stupéfiants (OCS), le magistrat lieutenant-colonel Adama Tounkara, le Préfet de Kati, Sadio Keita, le Substitut du Procureur de la commune de VI, Yacouba Alfouseini Diop, du représentant de la police, le chef de la brigade des Stupéfiants, du représentant de la gendarmerie, de la MINUSMA, de la Douane, du Maire de Kati et de la société civile.

Pour la première fois la presse malienne a assisté à l’incinération de 435 grammes de cocaïne, dont la valeur marchande varie entre 17 à 22 millions de FCFA au Mali. Avant l’incinération, l’Adjudant kassim Traoré a fait un test sur la cocaïne pour montrer que c’est de la cocaïne pure.

L’article 136 de la loi 01-078 du 18 juin 2001 modifiée portant sur le contrôle des drogues et précurseurs, prévoit que la destruction des produits se fait en présence des représentants de l’autorité judiciaire et les membres de la commission de destruction. C’est sur la base de cet article, que le Procureur de la République près le tribunal de Grande instance de la commune VI a ordonné la destruction de ces stupéfiants.

« Les drogues à incinérer sont saisies par trois services de répression à savoir : l’Office Centrale des Stupéfiants, 2 tonnes 800 kg de cannabis, 500 kg de psychotropes et 435 g de cocaïne, la police et la gendarmerie se repartissent 700 kg de cannabis. Ce qui fait un total de 3 tonnes 500 Kg » a déclaré Le directeur de l’OCS, le magistrat lieutenant-colonel Adama Tounkara.

Le Directeur de l’Office Centrale des Stupéfiants a fait savoir que toutes les drogues saisies dans leur mission seront détruites. Selon lui cela a été la question posée par la population à l’endroit de l’OCS, au ministère de la sécurité et la protection civile durant cette année. Le directeur a expliqué, qu’à un moment donné, ces produits sont transmis à la direction de la pharmacie du médicament et des produits sont gardés à l’Office Centrale des Stupéfiants. C’est pourquoi ce matin on a procédé à l’incinération totale de ces produits, pour montrer à tous nos concitoyens la destination finale de ces drogues.

Le colonel n’a pas manqué de lancer un message à l’endroit de la population en particulier les jeunes, pour qu’il ait confiance. « Nous avons besoins du soutien de la population en terme de renseignements et d’information. Il faut comprendre que malgré sa volonté l’OCS a un effectif bien limité et ne peut pas mener cette lutte toute seule. Donc le soutien de la population est nécessaire en terme de renseignements et d’information », a-t-il indiqué.

Dans son intervention, il a souligné que, ces produits ont à peu près 500 millions de FCFA de valeur marchande. Selon lui, l’activité de commercialisation de la drogue vise à faire un profit sur la misère des autres. Il dira que ces produits ont été saisis entre le mois de mars 2016 à octobre 2016 à Bamako.

Le substitut du procureur de la commune VI, Yacouba Alfouseini Diop, a estimé que cette incinération à un double objectif. « Elle prouve à suffisance que toutes les drogues saisies ont un seul but, la destruction », a-t-il indiqué.

Selon Sadio Keita, Préfet de Kati, la population doit collaborer avec les forces de l’ordre pour dénoncer tous ceux qui sont auteurs de cet acte criminel pour que le Mali puisse avancer. Pour conclure il dira que la police est au cœur de cette action.

Bintou COULIBALY (stagiaire)

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Projet de loi d’entente nationale : « Une menace pour la paix,… »

Quarante sept organisations de défense de droits humains dénoncent le projet de loi d’entente nationale. Elles considèrent le document comme « une menace pour la paix, la réconciliation et les droits des victimes au Mali ». Lisez l’intégralité du communiqué

COFOP : « La tentative… de prorogation du mandat des députés, constitue une violation…de notre Constitution »

« La tentative solitaire et méprisante de prorogation du mandat des députés, constitue une violation majeure de notre Constitution et entame de manière significative la démocratie et la crédibilité de notre pays », indique la Coalition des forces patriotiques

Plan International : « Le harcèlement sexuel est le plus grand danger auquel les filles sont confrontées dans les villes du monde entier »

(LONDRES) : Le harcèlement sexuel présente un risque majeur pour la sécurité des filles et des jeunes femmes dans le monde, selon une enquête réalisée auprès d’experts mondiaux dans 22 villes publiée aujourd’hui par Plan International, l’organisation œuvrant en