Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Lutte contre l’insécurité : Rôle des citoyens dans la lutte contre l’insécurité

mardi 22 novembre 2016

Le réseau de communicateurs Malimédias a organisé une journée d’échange et de sensibilisation des citoyens, le samedi 19 novembre 2016, à l’espace Bouna à Bamako-Hamdallaye ACI 2000. La rencontre était placée sous le thème : « Rôle du citoyen dans la lutte contre l’insécurité ». L’objectif est de restaurer la paix et la cohésion sociale par le contrôle efficace de la circulation des armes légère et à petit calibre (ALPC).

La rencontre a enregistré la présence du président du Réseau de Communicateurs Malimédias, Hamidou El Hadji TOURE, Journaliste-Expert en Communication, le représentant du ministre de la sécurité et de la protection civile, Amadou Sangho, le représentant du ministre de l’aménagement du territoire et de la population, Dramane Niaré, chef des familles fondatrices de Bamako.

Le problème des armes légères illicites représente un défi complexe et multiforme pour la paix et la sécurité internationale, le développement socioéconomique, la sécurité humaine, la santé publique et les droits de l’homme.

Il y a deux décennies, le contrôle des armes légères et de petit calibre était presque totalement absent du champ de réflexion de la communauté internationale. Ce sont les armes de destruction massive (armes nucléaires, biologiques, chimiques) qui faisaient l’objet d’une attention particulière. Cependant, de nos jours, les armes légères et de petit calibre, apparaissent plus dangereuses et plus meurtrières à cause de leur disponibilité et de leur coût accessible pour tous.

Selon les statistiques, il y aurait entre 600 à 800 millions d’armes légères en circulation dans le monde, hors du contrôle des Etats. Plus de 30 millions en Afrique subsaharienne et plus de 8 millions en Afrique de l’Ouest, ce qui fait de cette région l’une des plus instables du Continent.

Le Président du Réseau de Communicateurs Malimédias, Hamidou El Hadji TOURE, a indiqué que cette rencontre d’échange a pour but non pas de faire le procès de nos forces de l’ordre et de Sécurité, mais de voir quel rôle nous incombe dans la lutte contre l’insécurité aux cotés de nos frères, sœurs, fils et filles qui ont la charge morale de la mission. Il a estimé que traiter ce thème est un acte citoyen de haute portée. « Je suis persuadé que nous pouvons le faire nous allons le faire », a-t-il indiqué.

Soucieux de la sécurité des populations et de leurs biens, le Président du réseau de communicateurs a souhaité aussi la mise en place d’une plate-forme d’échange, appelé « Réseau-Paix-Sécurité-Citoyenneté et Gouvernance ». Il a lancé un appel à l’endroit de la population pour que cette journée de sensibilisation soit une mission citoyenne pour tout un chacun.

Dramane Niaré, chef des familles fondatrices de Bamako, a fait savoir que la problématique des armes légères est un défi majeur pour l’humanité. A cet effet, nous sommes tous interpellés pour relever cet immense défi au regard des victimes directes ou collatérales. « Il faut qu’on ait confiance à nos porteurs d’uniforme, en leur donnant toutes les informations nécessaires », a suggéré le chef des familles fondatrices de Bamako. Le chef a lacé un appel à la population de se mettre ensemble pour lutter contre ce problème auquel notre pays fait face.

Le représentant du ministre de la sécurité et protection civile, Amadou Sangho, a fait savoir que le thème choisi par le réseau Malimédias est un appel au devoir pour chaque citoyen quelque soit le niveau où il se trouve de faire sien le combat contre les actes délictueux de nature à mettre en péril la quiétude de la population. Selon lui ce mot est lâché sur tout ses coutures, l’insécurité vient de nous rappelé qu’il urge que les initiatives soient développées, que l’esprit retors face place net à la bienveillance absolue en un mot, à un environnement aseptisé.

Les Communicateurs du réseau Malimédias, dira M. Sangho, vous êtes dans votre rôle d’éveilleurs de consciences, en conviant à un forum d’idée. Pour conclure Il a rappelé l’engagement fort des plus hautes autorités de ce pays à mettre sous coupe réglée tous les facteurs d’insécurité et par ricoché, labellisé un citoyen nouveau.

Bintou COULIBALY (stagiaire)

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Plan International : « Le harcèlement sexuel est le plus grand danger auquel les filles sont confrontées dans les villes du monde entier »

(LONDRES) : Le harcèlement sexuel présente un risque majeur pour la sécurité des filles et des jeunes femmes dans le monde, selon une enquête réalisée auprès d’experts mondiaux dans 22 villes publiée aujourd’hui par Plan International, l’organisation œuvrant en

Paix et réconciliation au Mali : La Plateforme des femmes leaders joue sa partition

La Plateforme des femmes leaders au Mali a tenu le vendredi 31 août 2018 un point de presse dans la salle de conférence du Centre national de documentation et d’information sur la femme et l’enfant (CNDIFE). Lors de ce point de presse un communiqué a été lu

Travaux de réaménagement de la nouvelle Agence de Lafiabougou : La BDM-SA lance un Appel d’offres

La Banque de Développement du Mali lance un Appel d’Offres Ouvert entre des entreprises en règle vis-à-vis de la législation malienne pour la réalisation des travaux de réaménagement de la nouvelle Agence de Lafiabougou. Lisez l’avis d’Appel d’offres ouvert !