Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Loi des finances 2019 : Le Mali vers un budget de 2410 milliards de FCFA, déficitaire de 387 milliards de FCFA

vendredi 21 septembre 2018

Amadou Koita, ministre de l’emploi, de la jeunesse et de la construction citoyenne, porte-parole du gouvernement a animé le jeudi 20 septembre 2018 le traditionnel point de presse hebdomadaire du gouvernement, tenu après chaque conseil des ministres. C’était au siège du centre d’information du gouvernement du Mali (CIGMA).

Le ministre Koita a fait sa communication les deux conseils des ministres tenus en espace de 24 heures : le mercredi19 septembre 2018, pour la session ordinaire et le jeudi 20 septembre 2018, pour une session extraordinaire du Conseil des ministres à Koulouba sous la présidence de Monsieur Ibrahim Boubacar KEITA, Président de la République.

Selon lui, Après examen des points inscrits à l’ordre du jour le mercredi 19 septembre, le Conseil des ministres a adopté des projets de texte et procédé à des nominations. Et le jeudi 20 septembre, en session extraordinaire, il y a eu des nominations.

Le ministre de l’économie et des finances, a présenté le premier projet relatif à la loi de finances 2018. Selon lui cette loi s’inscrit dans la mise en œuvre du budget programme, elle s’articule autour de 145 programmes, 328 actions, 457 objectifs, 197 indicateurs.

Le ministre Koita a rappelé que les ressources de l’Etat sont constituées des recettes budgétaires, des charges et des ressources des trésoriers. Il a indiqué que pour l’exercice de l’année 2019, les recettes budgétaires s’élèvent à 2023 150 000 000 FCFA contre 1957 625 000 000 FCFA en 2018, soit une progression de 3,35%. Les charges constituées par des dépenses budgétaires et trésorières s’élèvent à 2410 400 000 000 FCFA contre 2330 778 000 000 FCFA dans le budget de 2018, soit une augmentation de 3,42%. Il a précisé que le projet de budget de 2019 présente un déficit budgétaire global de 378 milliards 250 millions de FCFA. Ce déficit sera financé par les ressources provenant des aides budgétaires extérieures et par la mobilisation de l’épargne à travers les titres d’emprunt émis par le Trésor.

Dans la même dynamique, il dira que cette loi de finance s’inscrit également dans la mise en œuvre des grandes lignes dégagées par le Président de la République, surtout la matérialisation et la réalisation de son projet de société, « notre grand Mali avance ». D’après lui la priorité sera donnée à la mise en œuvre de l’accord pour la paix et la réconciliation nationale issu du processus d’Alger, et au financement de la loi de programmation et d’orientation militaire, la loi de programmation sur la sécuritaire intérieure. Aussi la priorité sera donnée au financement du secteur agricole, les 15% des subventions, la création massive des emplois, au respect des engagements du gouvernement avec les partenaires sociaux, à la construction de la nouvelle université de Bandiagara et de Sikasso. En résumé, tout ce qui participe au développement et à la promotion de notre pays.

Le département de l’économie et des finances a également présenté le deuxième projet qui a été examiné et a bénéficié des observations. Il s’agit d’un projet de décret autorisant la participation de l’Etat au capital de la société Kofi -SA, une société minière dans la région de Kayes dans le cercle de Kéniéba. Cette société minière permettra de cerner 79 emplois permanents, également de générer des ressources substantielles de trésor à hauteur de 16 milliards de FCFA. Aussi, elle participera au développement de la localité.

Le troisième projet de décret a été présenté par le même ministère. Il s’agit du projet de décret portant autorisation et déclaration d’autorité publique pour les travaux de construction de l’échangeur à Sikasso, d’un Viaduc et un site d’aménagement de 10 km de voiries urbaines. Ces travaux permettront de développer la ville de Sikasso, mais également d’améliorer la mobilité dans ladite région et de faciliter des échanges économiques tant nationaux et internationaux.

Egalement le quatrième projet porte sur l’avenant du marché de la construction du du 2èmepont sur le fleuve Sénégal à Kayes et ses voies d’accès. Selon M. Koita l’avenant est conclu entre le gouvernement de la République du Mali et l’Entreprise SOMAFREC-SA sans incidence sur le montant du marché initial.

Au titre du ministère de la solidarité et de l’action humanitaire, le conseil a adopté les projets de décret portant approbation de la politique nationale de la solidarité. Il s’agit du projet de décret portant approbation du document de la politique nationale de la Solidarité, du projet de décret portant approbation du document de la stratégie nationale de financement de la couverture sanitaire universelle et son Plan d’actions 2018-2022. Du projet de décret portant approbation du Plan d’actions humanitaire 2018-2022.

Par la suite, en session extraordinaire, au chapitre des mesures individuelles, au titre du ministère de la défense et des anciens Combattants, le conseil des ministres a procédé aux nominations. Au grade de Général de Brigade : Colonel-major Diamou Keita, Colonel-major Satigui dit Moro Sidibé, Colonel-major Sidiki Samaké, Colonel-major Abdoulaye Cissé, Colonel-major Tackny Ag Intikane, Colonel-major Boubacar Dembélé, Colonel Ouahoun Koné.

Au grade de Général de Division : Général de Brigade Salifou Koné, Général de Brigade El Hadji Ag Gamou, Général de Brigade Mohamed Abderahmane Ould Meydou, Général de Brigade Sidi Alassane Touré, Général de Brigade Abdoulaye Koumaré.

Comme sujet d’intérêt national, Amadou Koita a porté à l’intention de l’opinion nationale et internationale que le coordinateur de l’ONG Al Farouk de Bamako a été libéré. Aussi que les ravisseurs ont été arrêtés et ont été mis en garde à vue. Aussi il a rassuré que le 58ème anniversaire de l’indépendance du Mali, sera célébré dans la plus grande allégresse.

Bintou COULIBALY

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Vœux de nouvel AN 2019/ Aliou DIALLO, Président d’honneur de l’ADP-Maliba « Mettre le Mali au-dessus de tout »

« …Les réformes territoriales, administratives et politiques seront au cœur de l’agenda politique national. Si ces changements dans le fonctionnement, l’organisation et l’administration de l’état sont le seul fait de l’actuelle majorité au pouvoir, cela

EDUCATION SEXUELLE AU MALI : « Le… FARE condamne la méthode… du gouvernement sur un sujet aussi délicat et sensible… »

« Le parti FARE condamne la méthode d’approche du gouvernement sur un sujet aussi délicat et sensible que celui-ci », indique un Communiqué du Parti FARE. Le parti FARE est vivement préoccupé par la tension sociale provoquée par le projet de manuel d’éducation

Agression du Journaliste Elhadji Hamidou Touré : Les Associations Faitières des journalistes réclament justice

« Cet incident intervient après de nombreuses agressions physiques et verbales à l’encontre des hommes de medias, s’ajoutant à la disparition depuis trois ans du confrère Birama Touré qui reste sans suite », indique la déclaration publiée. Lisez ! Déclaration de