• Votre Journal en ligne Contact
  • Les Plus lus

    Mouvement ON A TOUT COMPRIS « Waati Sera » : « Nous ne sommes point des extrémistes »

    « Nous ne sommes point des extrémistes, nous estimons que nos interrogations à l’endroit de la diplomatie française et notre appel au respect des valeurs républicaines méritent des réponses idoines de la part de la France. Donc, c’est une façon à nous, d’exprimer

    La MINUSMA condamne fermement l’attaque contre le camp onusien à Kidal

    Tessalit, le 22 mars 2018 – La MINUSMA condamne de la façon la plus ferme l’attaque perpétrée contre le camp de la mission à Kidal. Tôt ce matin, le camp de la MINUSMA a en effet été la cible de tirs indirects aux mortiers. Selon les rapports préliminaires, des

    Nord du Mali : Gatia-MSA annoncent la neutralisation de Almahmoud Ag Iddar Alias Mokossi

    « Almahmoud Ag Iddar Alias Mokossi le numéro trois (3) de l’organisation criminelle sévissant dans la zone, ainsi que six (6) autres bandits ont été́ neutralisés, trois (3) bandits immobilisés en instance d’être remis aux autorités, quatre (4) véhicules

    Version imprimable de cet article Version imprimable | |

    Littérature : Yambo Ouologuem, premier africain à avoir remporté le Prix Renaudot 1968, n’est plus

    lundi 16 octobre 2017 , par Assane Koné

    L’écrivain dogon, Yambo Ouologuem, est décédé, le samedi 14 octobre 2017 à l’âge de 77 ans à l’hôpital Sominé Dolo de Sévaré-Mopti dès suite d’une maladie de courte durée.

    « C’est avec une profonde affliction que j’ai appris le décès de Monsieur Yambo Ouologuem, hier samedi 14 octobre à l’âge de 77 ans à l’hôpital Sominé Dolo de Sévaré-Mopti des suites d’une maladie de courte durée. En lui, le Mali perd un de ses fils les plus illustres ». C’est en ces termes que Ibrahim Boubacar Keita, Président de la République, a introduit ces condoléances, suite au décès de notre illustre compatriote.

    Le Président de la République du Mali a rappelé qu’ « il est le premier romancier africain à recevoir le Prix Renaudot en 1968 pour son livre "Le Devoir de Violence" publié la même année ». Avant d’ajouter qu’ « En perpétuelle quête d’Excellence, il était prolixe et il connut une trajectoire fulgurante. C’est ainsi qu’il publia entre 1968 et 1969 deux autres livres, tous deux unanimement accueillis par les critiques pour leur qualité et la profondeur des thèmes abordés ».

    Selon IBK, « Yambo Ouologuem était promis à un bel avenir dans le monde si exigeant de la littérature. Les louanges qui ont accueilli sa riche production ne sont pas que dithyrambes, ils sonnaient justes, ils sonnaient vrais ».

    Et de dire que « Profondément attaché à ses racines, il choisît de rentrer au pays, dans son pays Dogon natal. Drapé dans sa dignité et dans son humilité, Yambo Ouologuem s’est entièrement dédié à l’encadrement des jeunes et à la promotion de la Culture. Sans bruit, préférant le silence qui sied aux grands hommes ». Pour tout cela, en son nom personnel et en le nom de l’ensemble du peuple malien, en cette douloureuse circonstance, IBK dira « j’adresse mes condoléances les plus attristées à la famille de l’illustre disparu. Qu’ALLAH SOUBAHANA WATALA lui ouvre les portes de Son paradis. Amen ».

    Qui est YAMBO OUOLOGUEM ?

    Selon Wikipédia, Yambo Ouloguem est né le 22 août 1940 à Bandiagara dans le pays Dogon. Il a publié en 1968 Le Devoir de violence, accueilli positivement par la critique, mais accusé par la suite de plagiat. Sous le pseudonyme de Utto Rodolph, il a publié Les mille et une bibles du sexe en 1969.
    Yambo Ouologuem est le fils unique d’un propriétaire terrien et inspecteur d’académie à Bandiagara. Il fait ses études secondaires à Bamako avant de continuer en France, au lycée Henri-IV, où il se rend en 1960. Il apprendra de nombreuses langues africaines ainsi que le français, l’anglais et l’espagnol. Il sera par la suite licencié ès Lettres, licencié en Philosophie, et diplômé d’études supérieures d’Anglais.

    De 1964 à 1966, il enseigne au lycée de Charenton (Val-de-Marne) en banlieue parisienne tandis qu’il finit son doctorat en sociologie à l’École Normale Supérieure.

    C’est en 1968 que Yambo Ouologuem écrit son premier livre, Le Devoir de violence. Il reçoit pour celui-ci le prix Renaudot la même année ; il est alors le premier romancier africain à recevoir cette distinction. Ce livre traite de la dynastie africaine fictive des Saïfs, seigneurs féodaux africains. Il dépeint la participation africaine au colonialisme à travers des chefs locaux qui vendaient leurs sujets aux marchands arabes et occidentaux. Son livre suscite de nombreuses critiques et polémiques après les indépendances où il était de bon ton de mythifier l’Afrique et ses rapports à l’Occident à l’instar de Léopold Sédar Senghor et de la Négritude. Il sera aussi accusé de plagiat notamment de C’est un champ de bataille de Graham Greene, et Le Dernier des Justes d’André Schwartz-Bart ; Ouologuem dira alors avoir utilisé dans son manuscrit des guillemets.

    Il publie ensuite Lettre à la France nègre en 1969, des lettres pamphlétaires.

    Yambo Ouloguem a également publié en 1969 une encyclopédie pornographique, parue sous le pseudonyme d’Utto Rodolph, Les Mille et une bibles du sexe, jamais rééditée racontant les aventures sexuelles de quatre français en France et en Afrique.

    La polémique qui vise son discrédit le conduit à se taire rapidement, il rentre au Mali à la fin des années 70. Alors que le monde anglo-saxon s’intéresse à son œuvre. Jusqu’en 1984 il était directeur d’un centre culturel près de Mopti au Centre du Mali et a édité des manuels scolaires.

    Le Devoir de violence a été réédité par Le Serpent à plumes. D’après un journaliste du Temps, dont le texte est repris sur le site de la maison Payot, l’auteur serait devenu marabout. Christopher Wise, qui a réédité en anglais Le Devoir de violence, est parvenu à rencontrer l’auteur et à s’entretenir avec lui.

    Chaque année lors de la rentrée littéraire du Mali, le prix Yambo Ouologuem est décerné pour récompenser une œuvre écrite en français d’un auteur du continent africain.

    Assane Koné

    Assane Koné

    Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

    Un message, un commentaire ?

    Qui êtes-vous ?

    Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

    Ajoutez votre commentaire ici
    • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

    • Mots-clés : menunav

    Annonce