Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Le développement du Mali passe par l’alphabétisation des femmes

mercredi 1er novembre 2017

Dans le cadre de la célébration de la journée international de l’alphabétisation, la Coordination des associations et ONG féminine du Mali (CAFO) a organisé une conférence débat à l’honneur de la commémoration de cette journée au Centre Aoua Keita, le 31 octobre 2017. Cette année la journée est placée sous le thème : « mettre l’éducation des femmes au cœur de la recherche de la paix et du vivre ensemble ».

Cette journée a été mise à profit pour magnifier l’hymne national du Mali qui a été chantée en Bamanakan. Elle a été marquée par la lecture de slogans et poème et une remise symbolique des cadeaux aux auditeurs et auditrices de la CAFO.

La commémoration de cette journée s’est déroulée en présence Mme Keita Fatoumata Sissoko, présidente par intérim de la CAFO, Mme Diallo Kama Sakiliba, représentante du ministre de la promotion de la femme de l’enfant et de la famille, Mme Touré Haby Sy, présidente de la coalition éducation paix et culture (CEDUPAC), Dr Fadiala Kamissoko, représentant du ministre de l’éducation nationale et la représentante du maire de la commune III de Bamako. Ainsi que les autres membres de la coordination des associations et ONG féminine du Mali (CAFO).

La représentante du maire de la CIII, a félicité la CAFO pour l’organisation de cette journée qui entre en droite ligne du couronnement des efforts déployés par les plus hautes autorités dans le cadre de l’alphabétisation.

Conscient du rôle de la femme dans le développent national, selon elle les actions entreprises dans le cadre de l’alphabétisation ont eu un impact dans la promotion de la femme à travers du développement du pays.

« Depuis sa création en mars 1992, la CAFO occupe une place très importante auprès de l’état dans sa lutte contre l’analphabétisme et la pauvreté pour une société libre et démocratique », a indiqué Mme Diallo Fatoumata Sissoko, présidente de la CAFO par intérim,. Avant de remercier la CEDUPAC pour son courage et son accompagnement sans faille pour la coordination et pour l’alphabétisation des femmes et de son autonomisation pour un développement durable, ainsi que le président de la république.

Elle a ensuite parlé de l’avantage de l’alphabétisation des femmes pour le développement du pays. Elle a lancé un appel à l’endroit des femmes de se mettre ensemble, de travailler main dans la main pour leur épanouissement.

« Les femmes se sont toujours montrées comme interlocutrice avisées et compétentes auprès des pouvoirs publics et auprès des organismes internationaux pour la résolution d’importantes questions relatives aux femmes et aux enfants », a déclaré Mme Touré Haby Sy, présidente de la coalition, éducation, paix et culture.

Poursuivant son intervention, elle a indiqué que dès le 1er jour de son existence, ces leaders ont compris que la promotion de la femme passe nécessairement par l’alphabétisation fonctionnelle. A travers différents projets et programmes d’éducation, notamment le programme de l’alphabétisation initié par les plus hautes autorités du pays, des femmes ont acquis des compétences notoires non seulement de lecture, d’écriture, et de calcul, mais aussi de vie courante en vue de leur permettre d’exercer une multitude de taches dans différents domaines.

Selon Mme Sy, il n’est plus à démontrer que dans le monde en générale et plus particulièrement au Mali, la femme occupe une place prépondérante dans différents aspects de la vie socio-économique, environnementale, culturelle et politique. Elle a remercié le ministère de l’éducation pour son accompagnement, d’avoir intégré les animatrices de la CAFO dans la fonction publique des collectivités et son implication sans faille pour l’autonomisation des femmes ainsi que d’autres partenaires.

La représentante du ministre de la promotion de la femme de l’enfant et de la famille, a jugé nécessaire que ce thème est très important, car il met en lumière le rôle de la femme dans la recherche de la paix dans le monde. Elle a renouvelé l’engagement de son ministère à aider la femme pour son autonomisation et son alphabétisation pour un développement durable. Avant de les féliciter pour leur combat, pour l’unité, la paix et la cohésion sociale de notre pays et la lutte contre la pauvreté. « Sans la femme rien n’est possible », a-t-elle indiqué avant de conclure.

Bintou COULIBALY (stagiaire)

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Projet de loi d’entente nationale : « Une menace pour la paix,… »

Quarante sept organisations de défense de droits humains dénoncent le projet de loi d’entente nationale. Elles considèrent le document comme « une menace pour la paix, la réconciliation et les droits des victimes au Mali ». Lisez l’intégralité du communiqué

COFOP : « La tentative… de prorogation du mandat des députés, constitue une violation…de notre Constitution »

« La tentative solitaire et méprisante de prorogation du mandat des députés, constitue une violation majeure de notre Constitution et entame de manière significative la démocratie et la crédibilité de notre pays », indique la Coalition des forces patriotiques

Plan International : « Le harcèlement sexuel est le plus grand danger auquel les filles sont confrontées dans les villes du monde entier »

(LONDRES) : Le harcèlement sexuel présente un risque majeur pour la sécurité des filles et des jeunes femmes dans le monde, selon une enquête réalisée auprès d’experts mondiaux dans 22 villes publiée aujourd’hui par Plan International, l’organisation œuvrant en