• Votre Journal en ligne Contact
  • Les Plus lus

    Force conjointe du G5 Sahel : Prévention et à traitement des violations des droits de l’homme et du droit international humanitaire, à l’ordre du jour

    La Minusma, l’OHCHR, le G5 Sahel et l’UE, se sont donnés la main pour renforcer les capacités de la Force conjointe du G5 Sahel en matière de prévention et à traitement des violations des droits de l’homme et du droit international humanitaire. Communiqué de

    Transhumance dans les groupes armés : Des éléments du Gatia trouvent refuge au HCUA

    Décidément, le Mali vit à l’heure des démissions. « Je démissionne de ce machin pour aller adhérer à cet autre machin », est désormais devenu une litanie familière aux maliens. La pratique jusque-là réservée au politicien, vient de gagner les mouvements armés au

    Mouvement ON A TOUT COMPRIS « Waati Sera » : « Nous ne sommes point des extrémistes »

    « Nous ne sommes point des extrémistes, nous estimons que nos interrogations à l’endroit de la diplomatie française et notre appel au respect des valeurs républicaines méritent des réponses idoines de la part de la France. Donc, c’est une façon à nous, d’exprimer

    Version imprimable de cet article Version imprimable | |

    La Réforme du Secteur de la Sécurité au Mali : le plaidoyer et le lobbying au cœur d’un atelier financé par la MINUSMA

    vendredi 16 février 2018 , par Assane Koné

    Les jeudi 8 et vendredi 9 février derniers, s’est tenu un atelier de renforcement des capacités des Organisations de la Société Civile (OSC) sur le plaidoyer et le lobbying, dans le cadre de la mise en œuvre de la Réforme du Secteur de la Sécurité (RSS) au Mali.

    Deux jours durant, une cinquantaine de participants se sont penchés sur les techniques de plaidoyer/lobbying orientées sur les enjeux et les perspectives normatives, institutionnelles et politiques de la RSS ; l’identification et la priorisation des enjeux et des défis de plaidoyer/lobbying, dans le cadre de la fonctionnalité du Commissariat de la RSS ; la dotation des OSC d’un plan stratégique opérationnel en matière de plaidoyer/lobbying, afin de contribuer efficacement à la mise en œuvre du processus RSS/DDR (Désarmement Démobilisation et Réinsertion).

    Organisé par la structure panafricaine ARGA-Mali et financé par la MINUSMA, cette rencontre est la suite logique d’une série qui a pour but de mieux outiller les OSC, pour rehausser la qualité de leur implication en la matière. La cérémonie d’ouverture des travaux était présidée par le représentant de la Division RSS/DDR de la MINUSMA, Eric Blaise, en présence du représentant d’ARGA-Mali, Aboubacar Diallo. L’atelier a enregistré la participation active de l’Inspecteur général de Police, Ibrahima Diallo, Commissaire à la Réforme du Secteur de la Sécurité. M. Diallo a procédé à un tour d’horizon des étapes de la mise en œuvre de la RSS au Mali ; un historique des activités/actions du commissariat à la RSS ; une brève présentation de la stratégie nationale RSS au Mali.

    ARGA est une organisation panafricaine qui s’est donnée pour vocation de refonder la gouvernance dans les Etats. Depuis près d’une décennie, elle est associée à la plupart des grands projets et programme au Mali, sur les questions liées aux réformes politiques et institutionnelles et, celles relatives à la paix, à la sécurité et à la réconciliation nationale. Dans son allocution, le représentant d’ARGA-Mali, Aboubacar Diallo, a rappelé que : « pour permettre à la population de jouer pleinement son rôle dans la mise en œuvre de la RSS, l’ARGA - Mali et la MINUNMA ont entamé un programme de renforcement des capacités des OSC sur la RSS qui s’étend sur trois ateliers ».

    Pour sa part, le représentant de la Division RSS/DDR de la MINUSMA, Eric Blaise a affirmé que la MINUSMA est convaincue du rôle inestimable que doit jouer la Société civile dans le processus national RSS-DDR. C’est pourquoi, dira-t-il : « plusieurs ateliers de renforcement de capacité des femmes et des jeunes sur les questions RSS/DDR ont été appuyés par la MINUSMA à travers d’autres structures comme le CNJ, l’EMP, la CONASCIPAL, ARGA, la PEJ-RSS/DDR et ce, en vue de permettre de s’approprier du processus national de la RSS au Mali et de s’imposer dans sa mise en œuvre ». Selon lui, la MINUSMA continue son appui au gouvernement du Mali sur les questions RSS/DDR, à travers le Commissariat à la réforme de la sécurité, dont l’examen de l’avant-projet de stratégie nationale de la réforme du secteur de la sécurité au Mali était en cours. Selon lui, la majeure partie de la population pense à tort que la sécurité est uniquement l’affaire des forces de défense et de sécurité. « Tous les acteurs notamment les Organisations de la société civile devront être impliquées, car les menaces de sécurité demeurent variées et se manifestent très souvent au niveau local. Ainsi, il se trouve que la société civile ne disposant pas toujours de références techniques pour faire porter sa voix. Il est donc plus qu’important de renforcer les capacités des OSC maliennes afin de leur permettre de disposer d’expertise pratique en termes de plaidoyer/lobbying dans le cadre de la mise en œuvre de la RSS, » a-t-il dit.

    MINUSMA-Info@un.org
    http://minusma.unmissions.org

    Assane Koné

    Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

    Un message, un commentaire ?

    Qui êtes-vous ?

    Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

    Ajoutez votre commentaire ici
    • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

    • Mots-clés : menunav

    Annonce