Version imprimable de cet article Version imprimable | |

La Présidence gabonaise dément la mort d’Ali Bongo mais reconnaît une fatigue « sévère »

lundi 29 octobre 2018

On en sait un peu plus sur l’état de santé d’Ali Bongo qui défraie la chronique depuis ce mercredi 24 octobre. Selon la Présidence de la république gabonaise qui jusque-là s’était murée dans un silence grandiloquent, laissant les Gabonais s’abreuver d’informations de toute sorte, Ali Bongo serait victime d’une fatigue non plus « légère », comme révélée samedi matin par le même porte-parole de la Présidence, mais d’une fatigue « sévère ». Ali Bongo serait donc toujours hospitalisé à Riyad en Arabie Saoudite.

La Présidence gabonaise communique enfin sur l’état de santé d’Ali Bongo, absent du territoire gabonais depuis de longs jours. Selon son porte-parole, Ike Ngouoni qui a dû se fendre d’une déclaration nocturne radio-diffusée hier soir peu après 22h pour tenter de tordre le coup aux folles rumeurs, Ali Bongo aurait eu un « malaise » le mercredi 24 octobre lors de son séjour en Arabie Saoudite où il prenait part au « Davos du dessert ».

Une communication présidentielle à la rescousse

Après ce « malaise » dont on ignore toujours les causes médicales, Ali Bongo aurait été immédiatement admis à l’hôpital du roi Fayçal pour y subir des examens médicaux. Selon Ike Ngouoni, « les médecins qui l’ont consulté... ont alors diagnostiqué une fatigue sévère ». Un diagnostic qui diffère de celui donné samedi matin par le même Ike Ngouoni, évoquant une « fatigue légère » devant la presse venue l’interroger sur l’état de santé d’Ali Bongo. Preuve que les langues se délient peu à peu.

Cette désormais « fatigue sévère » ou asthénie serait due selon ces « mêmes médecins » de Riyad « à une très forte activité de ces derniers mois tant sur le plan diplomatique que sur le chantier des reformes intérieures ». On se demande comment les médecins ont pu identifier formellement ces deux « causes » non médicales, comme étant à l’origine de cette asthénie soudaine. En clair, Ali Bongo travaille trop pour le Gabon et les « reformes » qu’il mène depuis des mois, commencent à avoir raison de sa santé physiologique, si on en croit la communication présidentielle.

Rappelons qu’en médecine, l’asthénie dans 80 % des cas est liée à des états dépressifs, des troubles anxieux ou de la personnalité... ou physique c’est-à-dire à une maladie organique. Maladie que ne révèle pour leur l’heure les autorités gabonaises. C’est donc suite à ce diagnostic, poursuit le porte-parole présidentiel, que ces médecins de Riyad auraient prescrit à Ali Bongo « un repos médical ». Repos mérité que profite actuellement Ali Bongo depuis le 24 octobre.

Ali Bongo en convalescence avec sa famille

Pour l’aider à se rétablir au plus vite, Ali Bongo dont la Présidence gabonaise dit qu’il « va mieux », se repose donc à à l’hôpital spécialisé Roi Fayçal de Ryad, « entouré de sa famille et de certains de ses collaborateurs ». La Présidence gabonaise qui a été prise de court par plusieurs rumeurs dont le décès et l’évacuation d’Ali Bongo vers des destinations européennes, invite les Gabonais « à redoubler de vigilance face à la propagation de fake news ».

La déclaration télévisée d’hier soir de la Présidence gabonaise

Et de désormais promettre : « la Présidence de la république gabonaise, seule source d’information fiable, communiquera régulièrement sur l’état de santé » d’Ali Bongo. Autant dire que la Présidence prend enfin à bras le corps sa mission d’information sur les activités présidentielles et pour le coup, sur la santé inquiétante d’Ali Bongo. Elle tente tout de même de prendre le taureau par les cornes. Une mission difficile qui ne connaîtrait son accalmie qu’à la vue réelle d’Ali Bongo sur le tarmac de l’aéroport Léon Mba de Libreville.

http://info241.com/la-presidence-ga...,3966

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Projet de loi d’entente nationale : « Une menace pour la paix,… »

Quarante sept organisations de défense de droits humains dénoncent le projet de loi d’entente nationale. Elles considèrent le document comme « une menace pour la paix, la réconciliation et les droits des victimes au Mali ». Lisez l’intégralité du communiqué

COFOP : « La tentative… de prorogation du mandat des députés, constitue une violation…de notre Constitution »

« La tentative solitaire et méprisante de prorogation du mandat des députés, constitue une violation majeure de notre Constitution et entame de manière significative la démocratie et la crédibilité de notre pays », indique la Coalition des forces patriotiques

Plan International : « Le harcèlement sexuel est le plus grand danger auquel les filles sont confrontées dans les villes du monde entier »

(LONDRES) : Le harcèlement sexuel présente un risque majeur pour la sécurité des filles et des jeunes femmes dans le monde, selon une enquête réalisée auprès d’experts mondiaux dans 22 villes publiée aujourd’hui par Plan International, l’organisation œuvrant en