Version imprimable de cet article Version imprimable | |

La MINUSMA, un acteur de la stabilité dans la région de Tombouctou

lundi 22 janvier 2018

Comme tous les jeudis, ce 18 janvier, lors d’une patrouille conjointe avec le contingent Burkinabè de la MINUSMA, la Police des Nations Unies (UNPOL), a sécurisé la foire de Toya, Chef-lieu de la Commune d’Alafia, une des foires les plus fréquentées du cercle de Tombouctou. Situé à environ 15km de Tombouctou, le village de Toya compte plus de 3 500 habitants. La foire du jeudi est un point de convergence entre les différentes communautés vivant aux abords du fleuve Niger et les populations nomades du désert. Elle réunit des commerçants ambulants, des pécheurs et des éleveurs venus de Tombouctou et des localités voisines et leur permet d’échanger des denrées de base comme du bétail, du bois, des objets du quotidien et du sel, en provenance des mines de Taoudéni.

Les officiers d’UNPOL ont profité de cette opportunité pour rencontrer le chef de village, qui s’est dit satisfait de la présence de la force onusienne à Toya où « les habitants cohabitent paisiblement. » En revanche, il a souligné la difficulté pour les villageois de se déplacer à cause de l’insécurité qui règne sur les axes routiers. De plus, même si la stabilité et le sentiment de sécurité prévalent dans son village, le Chef s’est dit inquiet par rapport à la présence de groupes armés et malfaiteurs dans les environs, qui peuvent frapper à tout moment.

À la mairie, où le Conseil communal des jeunes se réunissait, les policiers et Casques bleus ont pu échanger avec les jeunes leaders qui ont remercié la MINUSMA pour leur présence accentuée dans leurs communes. « Dès que les habitants voient les Casques bleus, ils se sentent beaucoup plus rassurés et c’est important de maintenir une présence régulière dans tous les villages pour permettre aux gens de continuer leurs activités dans la région, » a rappelé Ibrahim Konta, Président du Conseil communal des jeunes de Toya.

Les Casques bleus et les officiers de Police de la MINSMA conduisent des patrouilles et des opérations de sécurisation, de façon coordonnée avec les Forces de Sécurité maliennes dans la région de Tombouctou, de jour comme de nuit. « Ces patrouilles entrent dans le cadre de la stratégie de sécurisation des populations et permettent de rencontrer les autorités locales et d’évaluer la situation sécuritaire sur le terrain en vue de mieux répondre aux besoins de la protection des civils, » a expliqué Dansou Charles, Chef d’équipe de la patrouille.

Avant de quitter Toya, l’équipe a fait un détour au centre de santé et à l’école pour s’imprégner des conditions de travail du personnel médical et des enseignants de la zone.

Au cours de ces rencontres, les éléments de la MINUSMA ont aussi fourni des explications sur le rôle de la Mission onusienne dans le rétablissement de l’autorité de l’état et le renforcement des capacités des Forces de Défense et de Sécurité maliennes.

Bureau de la Communication Stratégique et de l’information publique
MINUSMA-Info@un.org
http://minusma.unmissions.org

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Agression du Journaliste Elhadji Hamidou Touré : Les Associations Faitières des journalistes réclament justice

« Cet incident intervient après de nombreuses agressions physiques et verbales à l’encontre des hommes de medias, s’ajoutant à la disparition depuis trois ans du confrère Birama Touré qui reste sans suite », indique la déclaration publiée. Lisez ! Déclaration de

Projet de loi d’entente nationale : « Une menace pour la paix,… »

Quarante sept organisations de défense de droits humains dénoncent le projet de loi d’entente nationale. Elles considèrent le document comme « une menace pour la paix, la réconciliation et les droits des victimes au Mali ». Lisez l’intégralité du communiqué

COFOP : « La tentative… de prorogation du mandat des députés, constitue une violation…de notre Constitution »

« La tentative solitaire et méprisante de prorogation du mandat des députés, constitue une violation majeure de notre Constitution et entame de manière significative la démocratie et la crédibilité de notre pays », indique la Coalition des forces patriotiques