• Votre Journal en ligne Contact
  • Les Plus lus

    Force conjointe du G5 Sahel : Prévention et à traitement des violations des droits de l’homme et du droit international humanitaire, à l’ordre du jour

    La Minusma, l’OHCHR, le G5 Sahel et l’UE, se sont donnés la main pour renforcer les capacités de la Force conjointe du G5 Sahel en matière de prévention et à traitement des violations des droits de l’homme et du droit international humanitaire. Communiqué de

    Transhumance dans les groupes armés : Des éléments du Gatia trouvent refuge au HCUA

    Décidément, le Mali vit à l’heure des démissions. « Je démissionne de ce machin pour aller adhérer à cet autre machin », est désormais devenu une litanie familière aux maliens. La pratique jusque-là réservée au politicien, vient de gagner les mouvements armés au

    Mouvement ON A TOUT COMPRIS « Waati Sera » : « Nous ne sommes point des extrémistes »

    « Nous ne sommes point des extrémistes, nous estimons que nos interrogations à l’endroit de la diplomatie française et notre appel au respect des valeurs républicaines méritent des réponses idoines de la part de la France. Donc, c’est une façon à nous, d’exprimer

    Version imprimable de cet article Version imprimable | |

    La MINUSMA forme des acteurs des droits de l’homme pour lutter contre l’impunité

    vendredi 16 février 2018 , par Assane Koné

    Le 6 février dernier s’est tenue, à l’Ecole de Maintien de la Paix Alioune Blondin Beye, la cérémonie d’ouverture de la 5ème session de formation en Droit International des droits de l’homme, Droit International Pénal et Droit des Réfugiés. Une cérémonie placée sous la présidence du Ministre des droits de l’homme, Mme Kadidia Sangaré.

    Jusqu’au 10 février prochain, date à laquelle prendra fin la " 5ème session de formation en Droit International des droits de l’homme, Droit International Pénal et Droit des Réfugiés ", les participants, parmi lesquelles se trouvent d’éminents chercheurs et des praticiens chevronnés, plancheront sur le thème : " le Procès Pénal International ". L’objectif étant de trouver des réponses pour mieux adresser la lutte contre l’impunité et mieux promouvoir le droit des victimes de violations et d’abus des droits de l’homme, à la justice.

    En cinq ans de présence au Mali (2014 à 2017), cette session de formation a permis de former 514 personnes, dont des acteurs de l’administration de la justice, des officiels gouvernementaux, des forces de défense et de sécurité, des défenseurs des droits de l’homme, des parlementaires et des universitaires. Elle est le fruit d’un partenariat réussi entre la Fondation Friedrich Naumann pour la Liberté, La Division des droits de l’homme et de la protection de la MINUSMA (DDHP), le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme et la Fondation René Cassin, Institut International des droits de l’homme.

    Cette session 2018 enregistre une hausse de la participation avec une centaine de personnes venues de 14 pays. Parmi les participants maliens, l’on compte des députés et des maires, des membres de la Commission Nationale des droits de l’homme dont le Président, des magistrats et avocats, des officiers de police judiciaire, des défenseurs des droits de l’homme dont des responsables d’ONG, des cadres de plusieurs départements ministériels.

    Avant de déclarer ouverte la 5ème session, Mme le Ministre des droits de l’homme qui représentait le Premier Ministre Soumeylou Boubeye Maiga, a insisté sur les défis actuels au Sahel. Mme Kadidia Sangaré Coulibaly a exprimé la reconnaissance du Gouvernement à l’égard de l’engagement de ses partenaires à faire du Mali, un pôle de recherche dans le domaine des droits de l’homme. Selon Mme le Ministre, outre le respect des droits de l’homme, cette session, « contribuera à la quête de réponse durable et rapide à la crise que le Mali traverse ».

    Mme Mbaranga Gasarabwe, la Représentante spéciale adjointe du Secrétaire général des Nations Unies, Coordonnatrice humanitaire et Coordonnatrice résidente du Système des Nations unies au Mali, a quant à elle salué la bonne collaboration entre l’ONU et le Gouvernement du Mali et d’autres acteurs du domaine de la défense et de la promotion des droits de l’homme. Mme Gasarabwe a également mis l’accent sur la valeur ajoutée des projets dont bénéficient les victimes, tout en rappelant que : « Les implications de ce processus de paix en termes de respect des droits de l’Homme, de lutte contre l’impunité et de justice pour les victimes sont importantes. Aussi revient-il à l’ensemble des acteurs, dans une synergie agissante, de travailler à cette fin pour qu’enfin le Mali renoue définitivement avec la paix et la stabilité ».

    Pour le Directeur de la DDHP de la MINUSMA et Représentant du Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, M. Guillaume Ngefa, cette session est l’occasion pour les participants, « d’approfondir la réflexion sur la problématique des droits de l’homme, de la justice transitionnelle et de partager les bonnes pratiques pour une meilleure administration des dossiers judiciaires complexes, traitant des violations graves du droit international humanitaire, du droit international des droits de l’homme et du droit des réfugiés ».

    Division de l’Information Publique et de la Communication Stratégique
    MINUSMA-Info@un.org
    http://minusma.unmissions.org

    Assane Koné

    Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

    Un message, un commentaire ?

    Qui êtes-vous ?

    Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

    Ajoutez votre commentaire ici
    • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

    • Mots-clés : menunav

    Annonce