Version imprimable de cet article Version imprimable | |

LEGISLATIVES 2018 : Le REFAMP et NDI sensibilisent les femmes et les jeunes de partis politiques sur la Loi 2015- 052

samedi 27 octobre 2018

Le Réseau des femmes parlementaires du Mali et NDI ont organisé une journée d’information et de sensibilisation à l’intention des femmes et des jeunes de partis politiques sur la Loi 2015-O52. Elle s’est déroulée à l’AMDG à Korofina-Nord. Cette loi institue des mesures pour promouvoir le genre dans l’accès aux fonctions nominatives et électives. On notait également la présence de la présidente du REFAMP, Mme Kané Nana Sanou, ancienne député de l’ADEMA à Kati.

Les deux (02) représentantes du réseau en commune I, qui ont pris la parole à savoir Mme Mah Coulibaly et Mme Awa Coulibaly, ont exposé le contenu du décret N°2016-0909/P-RM du 6 décembre 2016 qui détermine l’application de la Loi 2015-052 du 18 décembre 2015. Selon elles, cette loi institue des mesures pour promouvoir le genre dans l’accès aux fonctions nominatives et électives.

Elles ont aussi expliqué, parlant de l’article 3 dudit décret, que les mesures pour promouvoir le genre dans l’accès aux fonctions nominatives sont appliquées dans les institutions de la République et dans les catégories de services ci-après : cabinets ministériels ; secrétariats généraux des départements ministériels ; services de l’administration centrale ; services régionaux et subrégionaux ; services rattachés ; organismes personnalisés ; autorités administratives indépendantes ; services des collectivités territoriales ; cours et tribunaux ; services des forces armées et de sécurité.

S’agissant de l’article 5 du présent décret, Mesdames Mah Coulibaly et Awa Coulibaly ont dit à l’assistance que les mesures pour promouvoir le genre dans l’accès aux fonctions électives sont appliquées dans les organes des institutions suivantes : l’Assemblée nationale ; le Haut Conseil des collectivités ; le Conseil régional ; le Conseil de cercle ; le Conseil communal.

Plusieurs femmes et jeunes de partis politiques différents ont assisté à cette journée d’information et de sensibilisation sur le rôle des femmes dans la vie politique nationale.

A la fin de la rencontre, on lisait la pleine satisfaction sur le visage des participantes et des participants venus de tous les horizons.

Fatou
L’INTER DE BAMAKO

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Vœux de nouvel AN 2019/ Aliou DIALLO, Président d’honneur de l’ADP-Maliba « Mettre le Mali au-dessus de tout »

« …Les réformes territoriales, administratives et politiques seront au cœur de l’agenda politique national. Si ces changements dans le fonctionnement, l’organisation et l’administration de l’état sont le seul fait de l’actuelle majorité au pouvoir, cela

EDUCATION SEXUELLE AU MALI : « Le… FARE condamne la méthode… du gouvernement sur un sujet aussi délicat et sensible… »

« Le parti FARE condamne la méthode d’approche du gouvernement sur un sujet aussi délicat et sensible que celui-ci », indique un Communiqué du Parti FARE. Le parti FARE est vivement préoccupé par la tension sociale provoquée par le projet de manuel d’éducation

Agression du Journaliste Elhadji Hamidou Touré : Les Associations Faitières des journalistes réclament justice

« Cet incident intervient après de nombreuses agressions physiques et verbales à l’encontre des hommes de medias, s’ajoutant à la disparition depuis trois ans du confrère Birama Touré qui reste sans suite », indique la déclaration publiée. Lisez ! Déclaration de