| |

LE 3 MAI JOURNEE MONDIALE LA PRESSE : La vie des journalistes compte

lundi 3 mai 2021

« L’information comme bien public », est le thème 2021 de la Journée mondiale de la presse, célébrée aujourd’hui 3 mai.

Le 3 mai a été proclamée Journée mondiale de la liberté de la presse par l’Assemblée générale des Nations Unies en 1993, suivant la recommandation adoptée lors de la vingt-sixième session de la Conférence générale de l’UNESCO en 1991.

La Journée sert à rappeler aux gouvernements la nécessité de respecter leur engagement en faveur de la liberté de la presse et constitue également une journée de réflexion pour les professionnels des médias sur les questions relatives à la liberté de la presse et à l’éthique professionnelle.

Cette année, le thème de la Journée mondiale de la liberté de la presse est : « L’information comme bien public ». En défendant cette notion, la Journée mondiale, selon l’Unesco, affirme l’importance de défendre l’information comme un bien public, souhaite explorer ce qui peut être fait dans la production, la distribution et la réception de contenu pour renforcer le journalisme et faire progresser la transparence et l’autonomisation tout en ne laissant personne de côté. Pour l’Unesco, « le thème de la Journée mondiale est d’une pertinence particulière pour tous les pays du monde car, il prend en compte l’évolution d’un système de communications qui a un impact sur notre santé, les droits de l’homme, les démocraties et le développement durable ».

La Journée mondiale de la liberté de la presse 2021 écrit l’Institut onusienne, mettra notamment en évidence trois impératifs pour cet écosystème : Des mesures pour assurer la viabilité économique des médias d’information ; des mécanismes pour assurer la transparence des sociétés Internet ; le renforcement de l’éducation aux médias et à l’information permet au public de reconnaître et de valoriser (ainsi que de le défendre et de l’exiger) le journalisme en tant qu’élément essentiel de l’information, elle-même considéré comme un bien public.

Des journalistes, persona gratta

Au Mali, la liberté de la presse est plus ou moins respecter en ce sens que les journalistes ne sont totalement libres d’exercer leur métier. Toutefois, « Reporters sans frontières » estime que le Mali a fait du progrès dans le respect de la liberté de la presse. Son classement 2021 publié la semaine dernière fait du Mali la 99e nation. En 2020, notre pays était classé 108e. Quand bien même que le Mali ait fait un bond de 9 places, les journalistes maliens sont parfois réprimandés dans l’exercice de leur métier. La dernière date du 29 avril 2021, où plusieurs confrères ont été amené de force dans un Commissariat parce qu’ils se sont retrouvés sur le lieu d’une manifestation interdite.

La Journée mondiale de la liberté de la presse est une journée de soutien aux médias qui sont des cibles pour la restriction ou l’abolition de la liberté de la presse. C’est aussi une journée de commémoration pour les journalistes qui ont perdu la vie dans la poursuite d’une histoire.

Tous les ans, la Journée mondiale de la liberté de la presse permet de célébrer les principes fondamentaux de la liberté de la presse, d’évaluer la liberté de la presse à travers le monde, de défendre l’indépendance des médias et de rendre hommage aux journalistes qui ont perdu la vie dans l’exercice de leur profession.

Hamidou B. Touré
ARC EN CIEL

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Mots-clés : menunav