Version imprimable de cet article Version imprimable | |

LA DECISION DU GOUVERNEUR DE KIDAL : Un affront à l’encontre du corps enseignant

lundi 29 octobre 2018

Quand on dit qu’on n’a aucune considération pour les enseignants de ce pays, cela peut surprendre certains mais la décision du gouverneur de Kidal à l’encontre de nos camarades de sa région prouve à suffisance combien on a du mépris pour la vie des enseignants.

En lançant un ultimatum aux enseignants de regagner leur poste, d’ici le 30 octobre prochain, sous peine de radiation, ce gouverneur montre ici que la vie de ces derniers importe peu pour lui. Ils ont eu le malheur d’être enseignants, ils doivent aller enseigner, peu importe ce qui leur arrivera. Sinon, je sais que mon cher gouverneur n’a pas oublié la menace proférée par les djihadistes à l’encontre des enseignants du Nord qui oseraient rentrer en classe. Quelles dispositions sécuritaires a- t- il prises à ce niveau face à cette menace ?

Non, nous savons que cela ne l’intéresse pas. Mieux, le gouverneur peut- il nous dire que ce sont les enseignants seuls qui ont abandonné leurs postes ? Combien de ses fonctionnaires et même de hauts cadres résident aujourd’hui à Bamako pour les même raisons, quelle mesures a- t- il prises à l’encontre de ceux-ci ? Ou bien va- t-il nous dire que Kidal n’a pas besoin de leurs services ?

Comme un adage de chez nous le dit « Ça se casse là où c’est faible ». Mais je dois dire à nos camarades que nous ne sommes pas les maillons faibles de la société, c’est le manque de solidarité entre nous qui nous rend faibles.

Nous ne devons pas et nous n’avons nullement le droit de laisser nos camarades à la merci d’un gouverneur pour qu’il les envoie à la boucherie. Nous devons nous assumer. Pour cela, j’en appelle à tous les syndicats d’enseignants pour qu’ils prennent la mesure de cette décision qui risque de mettre en danger la vie de nos camarades.

Si le gouverneur veut exiger d’eux qu’ils reprennent leurs postes, il faut qu’il leur donne une garantie sécuritaire, et il doit exiger la même chose pour les autres fonctionnaires de la région.

Dans ce pays là, nous ne devons plus accepter une politique de deux (02) poids, deux (02) mesures. En restant indifférents, nous laisserons un précédent fâcheux.

Daouda DOUMBIA
L’INTER DE BAMAKO

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Projet de loi d’entente nationale : « Une menace pour la paix,… »

Quarante sept organisations de défense de droits humains dénoncent le projet de loi d’entente nationale. Elles considèrent le document comme « une menace pour la paix, la réconciliation et les droits des victimes au Mali ». Lisez l’intégralité du communiqué

COFOP : « La tentative… de prorogation du mandat des députés, constitue une violation…de notre Constitution »

« La tentative solitaire et méprisante de prorogation du mandat des députés, constitue une violation majeure de notre Constitution et entame de manière significative la démocratie et la crédibilité de notre pays », indique la Coalition des forces patriotiques

Plan International : « Le harcèlement sexuel est le plus grand danger auquel les filles sont confrontées dans les villes du monde entier »

(LONDRES) : Le harcèlement sexuel présente un risque majeur pour la sécurité des filles et des jeunes femmes dans le monde, selon une enquête réalisée auprès d’experts mondiaux dans 22 villes publiée aujourd’hui par Plan International, l’organisation œuvrant en