Version imprimable de cet article Version imprimable | |

L’éducation sans violence en milieux scolaire et en famille : Le GRADEM s’investit

mardi 5 mars 2019

Le Groupe de Recherche Action Droit des Enfants Mali (GRADEM) a organisé, du 25 au 27 février 2019 à Ségou, un atelier de formation sur les méthodes éducatives sans violence et sans châtiment corporel. Cet atelier s’inscrit dans le cadre des activités du projet « Promotion d’initiative citoyenne de développement durable pour l’accès des enfants à leurs droits en milieu rural ».

L’ouverture des travaux a été présidée par Cheick Diarra, directeur adjoint du Centre d’Animation Pédagogique (CAP) de Ségou. C’était en présence de Antoine Akplogan, directeur exécutif du GRADEM, des représentants des Mairies et Right To Play.

Durant ces trois jours de rencontre, des participantes vénus de la région de Mopti, de Koulikoro de Ségou, des ambassadrices et des ambassadeurs de l’éducation sans violence, ont été formés sur plusieurs modules. Il s’agissait entre autres de la maltraitance, communication non-violente, comment mettre en place une éducation non-violente en famille, à l’école et dans les communautés, le stress, la colère.

Selon le directeur exécutif de GRADEM le choix de ce thème n’est pas fortuit mais résulte d’un constat après 8 ans d’interventions auprès de 58 villages. Selon lui, les recherches ont montrées que malgré la sensibilisation de milliers d’organisations dans la promotion et protection des droits des enfants, beaucoup reste à faire. En indiquant que, le châtiment corporel comme d’autres formes de violences physiques, mentales, morales, psychologiques continuent d’être pratiqués dans nos établissements scolaires, dans nos familles ainsi que dans nos communautés en tant qu’un moyen de punition.

Face à cette situation, selon son directeur, le GRADEM s’engage et s’investit pour bâtir un Mali digne des enfants, où le droit à la vie, à la survie au développement harmonieux soit une réalité.

Quant à Cheick Diarra, il a apprécié les différentes réalisations faites par le GRADEM à travers la formation des enseignants dans plusieurs domaines, la construction des écoles, la réalisation des activités régénératrices de revenus (AGR). Tout en estimant que cet atelier permettra de renforcer la capacité des enseignants sur les systèmes éducatifs grâce à l’expérience et à la grande maîtrise de GRADEM en matière de l’éducation.

Ces trois jours d’échanges ont été sanctionnés par la remise d’attestation aux différents participants.

Bintou COULIBALY

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Vœux de nouvel AN 2019/ Aliou DIALLO, Président d’honneur de l’ADP-Maliba « Mettre le Mali au-dessus de tout »

« …Les réformes territoriales, administratives et politiques seront au cœur de l’agenda politique national. Si ces changements dans le fonctionnement, l’organisation et l’administration de l’état sont le seul fait de l’actuelle majorité au pouvoir, cela

EDUCATION SEXUELLE AU MALI : « Le… FARE condamne la méthode… du gouvernement sur un sujet aussi délicat et sensible… »

« Le parti FARE condamne la méthode d’approche du gouvernement sur un sujet aussi délicat et sensible que celui-ci », indique un Communiqué du Parti FARE. Le parti FARE est vivement préoccupé par la tension sociale provoquée par le projet de manuel d’éducation

Agression du Journaliste Elhadji Hamidou Touré : Les Associations Faitières des journalistes réclament justice

« Cet incident intervient après de nombreuses agressions physiques et verbales à l’encontre des hommes de medias, s’ajoutant à la disparition depuis trois ans du confrère Birama Touré qui reste sans suite », indique la déclaration publiée. Lisez ! Déclaration de