Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Koutiala : La DGSE démantèle une cellule terroriste qui serait impliquée dans l’enlèvement de la sœur colombienne

mercredi 12 décembre 2018

En mettant hors d’état de la nuire la Cellule terroristes dirigée par le burkinabé Adama Konaté, la Direction générale de la sécurité d’Etat (DGSE) n’a-t-elle pas mis la main sur les ravisseurs de la Sœur colombienne, Cécilia Gloria ? Tout porte à le croire. Le jeudi 6 décembre 2018, la Direction générale de la sécurité d’Etat a réussi un excellent coup dans les environs de Koutiala. Elle y a démantelé une cellule terroriste qui s’apprêtait à frapper Bamako, Ouagadougou et Abidjan.

Décidément, le ver s’est installé dans le fruit et nous menace au quotidien. Et face à cette menace, nous n’aurons notre salut que dans une synergie d’action dans la sous région entre les différentes forces de sécurité. Et, cette collaboration étroite entre les services de renseignements de la sous région décuple leur efficacité, comme ce fut le cas dans le cadre de cette opération de lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent.

Adama Konaté, âgé de 31 ans et originaire de Yira Dioubasso au Burkina Faso, son frère Kassim Konaté et deux autres compères que sont Youssouf Sako et Abdramane Sanogo, ont été appréhendé le Jeudi 6 décembre 2018, lorsqu’ils s’apprêtaient à commettre des attentats terroristes dans des points sensibles de Bamako, Abidjan et Ouagadougou, lors des fêtes de fin d’année. Heureusement que les éléments de DGSE malienne veillaient sur la sécurité de la population comme du lait sur le feu.

La menace était à prendre au sérieux parce que les terroristes arrêtés sont des multiples récidivistes notoires. Pour preuve : après leur arrestation, les premiers éléments de l’enquête ont permis de comprendre que Adama Konaté, Chef de la Cellule et ses 3 lieutenants, ont participé au double attentat commis le 2 mars 2018 à Ouagadougou.

Toujours sur la base des premières enquêtes, l’on est parvenu à la conclusion que Adama konaté est celui-là même qui assurait la succession de son mentor Abdallah Sawadogo, tué par les forces burkinabés le 22 mai 2018. Et, sans aucun doute, c’est à ce titre qu’il est devenu le point focal des groupes terroristes dans le triangle frontalier entre le Mali, le Burkina et la Côte d’Ivoire. Et, comme tel, il s’était engagé dans une vaste opération de recrutement.

Très précis, les enquêtes ont permis de comprendre que Kassim Konaté, installé à Abidjan, avait la charge de faire un travail de reconnaissance de sites susceptibles d’être des cibles d’une attaque terroriste. Lors de son arrestation, les éléments de la DGSE ont trouvé en sa possession des images très explicites des différents endroits qu’il avait déjà ciblés pour faciliter l’intervention de ses compères.

Et, pour dire que le coup de filet a été un coup de maître, le nommé Abdramane Sanogo était déjà connu par les services maliens de sécurité. Depuis 3 ans, il faisait l’objet d’une recherche par les éléments de la SE, suite à l’arrestation de Souleymane Keita, le guide de Ançardine du Sud.

Mais, leur arrestation fut un ouf de soulagement, parce que les premières enquêtes ont prouvé que ces 4 terroristes, ont aussi participé à l’enlèvement le 7 février 2017 à Karangasso, de la Sœur Colombienne Cécilia Gloria.

A signaler que le 4ème élément de la bande qui n’est personne d’autre que Youssouf Sako, ressortissant de la commune rurale de Sanankoroba, était ardemment recherché, en sa qualité de membre du commando auteur de la double attaque de mars 2018 au Burkina. Activement recherché depuis ce temps, par les Forces de sécurité, il a été mis hors d’état de nuire le jeudi 6 décembre 2018, grâce aux éléments de la DGSE malienne.

Assane Koné

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.