Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Journée internationale des travailleurs : Une meilleure condition de travail pour les jeunes filles aide-ménagères

jeudi 10 mai 2018

« Nous enfants en danger, le code de protection de l’enfant est un garant de notre bien-être. A quand son adoption ? » ; « Autorités politiques, législatives et judiciaires quel cadre légal pour nous jeunes filles aide-ménagères afin qu’on bénéficie d’un accès encadré à l’emploi et à un travail adopté à notre situation ? ». Ce sont-là des questions pertinentes que les aide-messagères ont adressé aux autorités, lors du traditionnel défilé de la journée commémorative du 1er mai devant la bourse du travail.

Le Mali à l’instar de la communauté internationale a célébré le mardi 1ermai 2018 la journée des travailleuses et travailleurs. Tous les syndicats nationaux affiliés à l’union nationale des travailleurs du Mali (l’UNTM), les sympathisants y compris les jeunes filles aide-ménagères, ont défilé sur le Boulevard de l’Indépendance de Bamako. C’était sous la direction de Mme DIARRA Raky Talla, ministre du travail de la fonction publique et des relations avec les institutions. Elle avait à ses côtés Yacouba Katilé, secrétaire général de l’union nationale des travailleurs du Mali et le ministre de l’emploi et de la formation professionnelle.

346 jeunes filles aide-ménagères, avec leurs animatrices et animateurs, conduits par Antoine Akplogan, directeur exécutif et coordinateur national des actions et projet du groupe de recherche action droits de l’enfant Mali (GRADEM), particulièrement les aides ménagères, ne sont pas restés en marge de la commémoration de la journée des travailleuses et travailleurs du Mali. Des messages forts ont été adressés aux autorités pour l’adoption du code portant protection de l’enfant et d’œuvrer pour leurs conditions de travail.

Antoine Akplogan a déclaré que cette journée a été placée sous le signe du travail décent et non à l’exclusion des personnes qui sont dans le secteur informel y compris des jeunes filles aides ménagères domestiques. « Nous demandons la formalisation de l’accès au travail des jeunes filles aide-ménagères », a-t-il indiqué. Selon lui c’est la source de connexion de beaucoup de faille. Il a souhaité que des dispositions soient prises pour que tous ceux qui souhaitent engager des aides ménagères puissent passer par des agences de déplacement. Selon lui, cela aiderait au respect des droits des aide-ménagères.

Le GRADEM fait beaucoup pour les jeunes filles aide-ménagères, selon son directeur exécutif notamment, la formation sur les droits et devoirs et ceux des employeurs. Sur le bien vivre, sur la morale sociale, sur le comportement adéquat d’un bon travailleur, sur la recherche de l’emploi et l’organisation de leur travail. Aussi il a expliqué que son ONG aide les jeunes filles aide-ménagères à faire des adresses au niveau des autorités pour que les textes puissent être appliqués ou harmonisés avec les conventions internationales.

« Décideurs, employeurs, structures d’encadrement, agissons pour un meilleur encadrement des aide-ménagères et le respect de leur temps de repos et de loisirs », a-t-il lancé.

Parlant de la convention 189, il dira que les attentes sont que le Mali s’approprie de la convention des droits des travailleurs et la ratifie. « Nous avons besoin d’un travail socialisé, ce n’est pas seulement de l’argent. On doit tenir compte de la réalité des filles aides ménagères », a-t-il ajouté. Avant de lancer un appel à toute la communauté de traiter les filles aide-ménagères comme leur propre enfant et à l’autorité de faire en sorte que ces filles aient des dispositifs protégeraient leur accès à l’emploi, au droit et leur garantirait un avenir sûr.

Bintou COULIBALY

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Projet de loi d’entente nationale : « Une menace pour la paix,… »

Quarante sept organisations de défense de droits humains dénoncent le projet de loi d’entente nationale. Elles considèrent le document comme « une menace pour la paix, la réconciliation et les droits des victimes au Mali ». Lisez l’intégralité du communiqué

COFOP : « La tentative… de prorogation du mandat des députés, constitue une violation…de notre Constitution »

« La tentative solitaire et méprisante de prorogation du mandat des députés, constitue une violation majeure de notre Constitution et entame de manière significative la démocratie et la crédibilité de notre pays », indique la Coalition des forces patriotiques

Plan International : « Le harcèlement sexuel est le plus grand danger auquel les filles sont confrontées dans les villes du monde entier »

(LONDRES) : Le harcèlement sexuel présente un risque majeur pour la sécurité des filles et des jeunes femmes dans le monde, selon une enquête réalisée auprès d’experts mondiaux dans 22 villes publiée aujourd’hui par Plan International, l’organisation œuvrant en