• Votre Journal en ligne Contact
  • Les Plus lus

    Force conjointe du G5 Sahel : Prévention et à traitement des violations des droits de l’homme et du droit international humanitaire, à l’ordre du jour

    La Minusma, l’OHCHR, le G5 Sahel et l’UE, se sont donnés la main pour renforcer les capacités de la Force conjointe du G5 Sahel en matière de prévention et à traitement des violations des droits de l’homme et du droit international humanitaire. Communiqué de

    Transhumance dans les groupes armés : Des éléments du Gatia trouvent refuge au HCUA

    Décidément, le Mali vit à l’heure des démissions. « Je démissionne de ce machin pour aller adhérer à cet autre machin », est désormais devenu une litanie familière aux maliens. La pratique jusque-là réservée au politicien, vient de gagner les mouvements armés au

    Mouvement ON A TOUT COMPRIS « Waati Sera » : « Nous ne sommes point des extrémistes »

    « Nous ne sommes point des extrémistes, nous estimons que nos interrogations à l’endroit de la diplomatie française et notre appel au respect des valeurs républicaines méritent des réponses idoines de la part de la France. Donc, c’est une façon à nous, d’exprimer

    Version imprimable de cet article Version imprimable | |

    Journée internationale des femmes : L’association « Tignè Ni Baara » pour une meilleure condition des bonnes

    lundi 5 mars 2018 , par Assane Koné

    « En nous inscrivant dans les activités de cette fête à l’instar des autres camarades, sœurs du reste du Mali et du monde, nous femmes d’Hamdallaye, membres de l’association groupement de femmes ‘’Tien ni baara’’ avions décidé de jouer notre rôle ». La déclaration a été faite par Mme Traoré Aminata Diarra, présidente de l’association ’’Tien ni baara’’.

    Dans le cadre de la célébration de la journée internationale des femmes (8 mars), l’association ‘’Tignè Ni Baara’’ de la commune IV (Hamdallaye) du district de Bamako, en partenariat avec le ministère de la promotion de la femme, de l’enfant et de la famille et le ministère du travail et de la fonction publique, a organisé le samedi 3 mars 2018 une cérémonie (publique show). Cette cérémonie a mobilisé la population de ladite commune, grande partie des membres de ladite Association et un grand nombre d’aides ménagères. C’était autour du thème : « contribuons tous à l’amélioration des conditions des bonnes ».

    « En nous inscrivant dans les activités de cette fête à l’instar des autres camarades, sœurs du reste du Mali et du monde, nous femmes d’Hamdallaye, membres de l’association de groupement de femmes ‘’Tien ni baara’’ avions décidé de jouer notre rôle », a déclaré Mme Traoré Aminata Diarra, présidente de ’’Tien ni baara’’. Elle dira que ces bonnes seront un jour, les femmes d’un foyer, se sont elles qui se lèvent très tôt et se couchent très tard. « Il faut qu’elles sachent leur droit », a-t-elle souhaité. Pour dire qu’être bonne ne veut pas dire qu’on est esclave. Elle a ajouté qu’elles doivent être encouragées, soutenues, entretenues, car ce sont des mamans de demain.

    La présidente de la l’association « Tignè ni baara », en s’adressant aux femmes leaders du Mali, en particulier et du monde en général, dira que l’amélioration des conditions de travail des filles aides ménagères dépend de l’engagement de tous. Elle a remercié l’ONG GRADEM pour avoir aidé à redonner à la femme en général et à la femme malienne en particulier son statut d’humilité et de noblesse qu’elle a toujours mérité. Aussi elle a remercié le maire de sa commune pour son accompagnement constant.

    Adama Brété, du Conseil communal de la commune IV, dans son intervention a souligné l’importance du choix de ce thème. Il dira que ce thème accompagne vivement les aides ménagères qui selon lui, sont la plupart dans des conditions misérables et sont mal traitées par leur patronne. Il a ajouté que cette association mérite d’être encouragée pour avoir pensé aux problèmes de cette couche de la population. Selon le maire de cette commune, la particularité du 8 mars de cette année par rapport à l’année précédente est qu’il a été décentralisé dans chaque commune. Il a souhaité que cela soit une continuité et que les femmes continuent de lutter pour leur liberté. Avant d’appeler les femmes à l’union sacrée pour que notre pays puisse avoir la paix. Car selon lui rien n’est possible sans elles.

    Bintou COULIBALY

    Assane Koné

    Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

    Un message, un commentaire ?

    Qui êtes-vous ?

    Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

    Ajoutez votre commentaire ici
    • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

    • Mots-clés : menunav

    Annonce