Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Journée de l’Afrique : Célébrée au Mali sous la présidence du Premier ministre Abdoulaye Idrissa Maïga

vendredi 26 mai 2017

L’un des fondateurs de l’Union Africaine, le Mali à l’instar des autres pays Africains, a célébré le jeudi 25 mai 2017, le 54ème anniversaire de la journée de l’Afrique. La célébration de cette journée commémorative a été placée sous la présidence de Abdoulaye Idrissa Maiga, Premier ministre, chef du gouvernement. Le thème retenu pour cette année est : « tirer pleinement profit du dividende démographique en investissant dans la jeunesse ».

La célébration de cette journée au monument de la tour d’Afrique a enregistré la présence du Premier ministre et les membres de son gouvernement, le maire du District de Bamako. Aussi l’on a pu noter la présence massive de la jeunesse qui magnifiait la journée à travers les chants, les danses et les slogans, en plus de la fanfare de la garde nationale.

La journée mondiale de l’Afrique célèbre l’anniversaire de la signature des accords de l’organisation de l’Unité Africaine (OUA), le 25 mai 1963. C’est l’occasion pour chaque pays d’organiser des évènements dans le but de favoriser le rapprochement entre les peuples africains. Cette journée déclarée fériée au Mali, est aujourd’hui devenue une tradition fortement enracinée dans l’ensemble des pays africains. Elle représente le symbole du combat de tout le continent africain pour la libération, le développement et le progrès économique social et culturel.

Après la traditionnelle montée des Drapeaux de l’Afrique par la jeunesse, le Premier ministre a salué vivement la jeunesse et les membres de son gouvernement. Ainsi que les ressortissants des pays étrangers.

« Cette montée des couleurs Africaines à la Tour d’Afrique est désormais entrée dans la tradition républicaine », a déclaré le Premier ministre. Avant d’ajouter que cette cérémonie dédiée à l’Afrique, magnifie des valeurs. Des valeurs d’entente, de solidarité et surtout des valeurs de paix, de liberté contre toutes les injustices.

Le Premier ministre dans son intervention a rappelé qu’en 1963, les pères fondateurs dont Modibo Keita, avaient crée à l’époque l’organisation de l’unité africaine pour libérer l’Afrique entière. D’après lui, c’est un combat mené au nom des peuples Africains.

Cette organisation dira le Premier ministre Idrissa Maiga, a laissé la place à l’union Africaine 40 ans après. Il a lancé un appel à l’endroit de la jeunesse, à une appropriation réelle de ce symbole : le 25 mai. Avant d’ajouter que c’est un symbole qui rappel toujours le souvenir de combat de lutte de libération en Algérie, et surtout le combat mené pour l’indépendance des pays Africains.

« Pour cette journée commémorative, nous avons le sentiment de joie, de fierté et surtout le sentiment de devoir inachevé », a déclaré Dr Makan Diallo, président de la jeunesse de l’Union Africaine. Parce que selon lui, les pères fondateurs de l’indépendance ont eu l’idée de créer l’organisation de l’Unité Africaine le 25 mai 1963. L’objectif principal c’était d’aller vers les Etats Unis d’Afrique. Ce combat n’est pas encore atteint. « Nous, en tant que jeunes devons nous mobiliser autour de cet idéal enfin que l’ensemble des pays Africains puissent aller dans ce sens, d’avoir la monnaie commune, d’avoir une banque commune, une institution commune et des lois communes », a-t-il indiqué.

L’attente de la jeunesse selon son président, est d’avoir plus d’accompagnement de nos autorités, plus de lois qui puisent permettre d’aller vers l’intégration Africaine et plus de projets qui peuvent intégrer et épanouir la jeunesse Africaine. Il a lancé un message d’unité à l’endroit de la jeunesse qui doit rester plus mobilisée.

Allamadjing Anicet, secrétaire général de l’organisation Panafricaine des jeunes pour la promotion de l’intégration Africaine (OPAJ-PIA), de nationalité tchadienne, a souligné que cette célébration est une journée historique pour l’Afrique et pour le devenir des Africains.

En tant que jeune, d’après lui, « nous sommes la génération qui a pour mission de conduire ce que les pères fondateurs ont initié et d’aller vers les Etats Unis d’Afrique ». Il a jugé que c’est une journée assez importante pour tous les jeunes Africains qui doivent se regrouper autour de cet idéal pour penser le devenir de l’Afrique et pour aller rapidement à l’union effective de l’Afrique.

Bintou COULIBALY (stagiaire)

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Agression du Journaliste Elhadji Hamidou Touré : Les Associations Faitières des journalistes réclament justice

« Cet incident intervient après de nombreuses agressions physiques et verbales à l’encontre des hommes de medias, s’ajoutant à la disparition depuis trois ans du confrère Birama Touré qui reste sans suite », indique la déclaration publiée. Lisez ! Déclaration de

Projet de loi d’entente nationale : « Une menace pour la paix,… »

Quarante sept organisations de défense de droits humains dénoncent le projet de loi d’entente nationale. Elles considèrent le document comme « une menace pour la paix, la réconciliation et les droits des victimes au Mali ». Lisez l’intégralité du communiqué

COFOP : « La tentative… de prorogation du mandat des députés, constitue une violation…de notre Constitution »

« La tentative solitaire et méprisante de prorogation du mandat des députés, constitue une violation majeure de notre Constitution et entame de manière significative la démocratie et la crédibilité de notre pays », indique la Coalition des forces patriotiques