Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Journée Internationale de la Jeune fille 2018 : Education et formation au centre de toutes les préoccupations

jeudi 11 octobre 2018

« L’éducation et la formation des filles pour une transition réussie vers le monde du travail », est le thème de la journée internationale de la jeune fille qui a été célébrée le 11 octobre 2018, à Bamako, comme dans la plupart des capitale du monde.

« Au Mali, le taux brut de scolarisation au 1er cycle du fondamental est de 66% pour les filles, avec un taux d’achèvement de 45,6%, contre 78,3% pour les garçons qui ont un taux d’achèvement de 50%. Au 2ème cycle, le taux brut de scolarisation est de 44% pour les filles avec 31,1% de taux d’achèvement, contre 54,4% chez les garçons pour 39,8% de taux d’achèvement ». Ces statistiques du Ministère de l’Education nationale du Mali, rappelé par Nouhoum Cherif Haïdara, au non du Parlement des enfants du Mali, à elles seules suffisent pour justifier la célébration de la Journée Internationale de la jeune fille au Mali.

A l’instar des autres états de la communauté internationale, le Mali a célébré le 11 octobre 2018, la Journée internationale de la jeune fille. L’édition 2018, placée sous le thème « L’éducation et la formation des filles pour une transition réussie vers le monde du travail », a été célébrée à la Cité des Enfants.

Pour la circonstance, le Ministère de la promotion de la femme, de l’enfant et de la famille, avait à ses côtés, pratiquement toutes les organisations internationales et ONG qui interviennent au Mali pour la promotion et la protection des droits des enfants, notamment Plan International Mali.

Essentiellement consacrée à la lecture de discours, la cérémonie a été ponctuée par la présentation de la synthèse du sondage des experts sur la sécurité des filles, à travers 22 pays dans le monde, dont le Mali et la présentation de la synthèse de la nouvelle campagne du Plan International « Aux filles, l’égalité ».

Premier à prendre la parole, Seydou Sangaré, Coordinateur des Chefs de quartiers de la Commune VI, a rappelé que la jeune fille d’aujourd’hui, est la mère et la grand-mère de demain, qui mérite d’être éduquer et former pour le bien de la société. Pour cela, il a pris l’engagement au nom de tous les Chefs, d’être aux côtés des autorités maliennes pour le plein épanouissement de la jeune fille.

Et, comme pour rassurer le coordinateur des Chefs de quartiers qu’ils ne seront jamais seuls dans le combat pour la jeune fille, Balla Moussa Sidibé, Directeur pays de Plan International Mali, dira que sa structure travaille aux côtés des enfants, des jeunes, des militants et des partenaires pour lutter contre les causes profondes de la discrimination à laquelle sont confrontés les filles et les enfants vulnérables. Nous soutenons les droits des enfants, de leur naissance jusqu’à l’âge adulte, et leur permettons de se préparer et de faire face aux crises et à l’adversité.

Il a aussi, rappelé que c’est une initiative de Plan International, portée par le gouvernement Canadien qui a conduit à une résolution de l’Assemblée générale des Nations Unies sur la Journée Internationale de la Fille, adoptée le 19 décembre 2011.

« De cette date à cette 7ème édition de la Journée Internationale de la Fille, 11 octobre, 2018, Plan International s’est toujours associé aux autres organisations partenaires des droits de l’enfant pour accompagner le département de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille à la célébrer », a-t-il indiqué.

Il a aussi rappelé que dans le cadre de la célébration de cette journée, Afin d’émailler la célébration de la Journée de la Fille, Plan International grâce au soutien du département de la Promotion de la femme, de l’enfant et de la famille, organise chaque année l’opération de « Prise de Pouvoir » par les filles. Selon lui, les filles au Mali comme dans plusieurs autres pays prendront la relève et incarneront le temps d’une journée des personnalités dirigeantes dans les domaines de la politique, de l’économie ou du social. « L’objectif de cette opération est d’assurer la visibilité aux filles qui s’engagent dans une expérience de responsabilité constructive et valorisante suscitant une ambition personnelle à la relève et à l’affirmation de l’égalité des sexes au leadership », a-t-il déclaré.

Il dira qu’une activité non moins importante de la célébration de la Journée reste la présentation régulière depuis sept ans du rapport sur la situation des filles dans le monde. Selon lui, l’Edition 2018, s’est penchée sur « La sécurité des Filles en ville à travers le monde ». Il a remercié Mme Diallo Diélika Diallo, Commissaire de Police au Groupement Mobile de Sécurité, pour sa brillante présentation de quelques éléments de conclusion du rapport de sondage des experts sur cette question, après avoir joué un rôle prépondérant au sein des 25 Experts maliens qui ont pris part au sondage. Il a aussi annoncé que la célébration de la Journée de la Fille, donne également cette année l’occasion de lancer la deuxième phase de la campagne mondiale intitulée« Aux filles, l’égalité ! ».

Selon lui, « Aux filles, l’égalité ! » est une campagne de changement social menée par des jeunes et vise à faire en sorte que chaque fille et jeune femme ait le pouvoir de contrôle sur sa propre vie et puisse façonner le monde qui l’entoure.

« « Aux filles, l’égalité » est en droite ligne avec la stratégie globale de plaidoyer de Plan international afin de remettre en cause les normes de genre, les systèmes et structures sexistes qui empêchent les filles d’atteindre leur potentiel et qui doivent changer pour permettre de réaliser l’égalité pour elles », a-t-il déclaré. Avant d’annoncer que la campagne sera mise en œuvre dans un cadre partenarial avec les organisations de défense des droits des filles et des jeunes femmes sous la bannière de l’institution gouvernementale qu’est le Ministère de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille.

En sa qualité de représentant du ministre de la promotion de la femme, de l’enfant et de la famille, Attaher Maïga, secrétaire général dudit département, avant d’assurer que l’engagement du ministre et du département ne feront pas défaut dans la mise en œuvre de la campagne « Aux filles, l’égalité ! », il a rappelé que la fille est un maillon essentiel de la cellule de base : la famille. Selon lui, la fille mérite d’être célébrée, parce qu’elle est vecteur de cohésion sociale, de paix et est un trait d’union entre des communautés. Il a aussi, annoncé que tout doit être mis en œuvre pour l’amélioration rapide des statistiques actuelles en ce qui concerne la promotion et la protection des filles.

Assane Koné

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Agression du Journaliste Elhadji Hamidou Touré : Les Associations Faitières des journalistes réclament justice

« Cet incident intervient après de nombreuses agressions physiques et verbales à l’encontre des hommes de medias, s’ajoutant à la disparition depuis trois ans du confrère Birama Touré qui reste sans suite », indique la déclaration publiée. Lisez ! Déclaration de

Projet de loi d’entente nationale : « Une menace pour la paix,… »

Quarante sept organisations de défense de droits humains dénoncent le projet de loi d’entente nationale. Elles considèrent le document comme « une menace pour la paix, la réconciliation et les droits des victimes au Mali ». Lisez l’intégralité du communiqué

COFOP : « La tentative… de prorogation du mandat des députés, constitue une violation…de notre Constitution »

« La tentative solitaire et méprisante de prorogation du mandat des députés, constitue une violation majeure de notre Constitution et entame de manière significative la démocratie et la crédibilité de notre pays », indique la Coalition des forces patriotiques