Jacqueline Marie Nana au camp national d’excellence : « La fraude à l’école a atteint une ampleur comparable à la fièvre à virus Ebola »

lundi 22 septembre 2014

En remettant leurs mérites aux récipiendaires du camp national d’excellence, le ministre de l’Education nationale, Jacqueline Marie Nana a déclaré dimanche, à Koulouba, la lutte implacable contre la fraude dans les écoles, qui selon elle, a atteint une ampleur comparable à la fièvre hémorragique à virus Ebola.

130 élèves, répartis entre les cycles fondamental, secondaire, enseignement professionnel et les instituts de formation ont reçu, dimanche dernier, à Koulouba, les honneurs du président de la République dans le cadre de la célébration du camp national d’excellence. Selon les autorités du secteur de l’éducation, les lauréats récoltent certes les fruits de leurs efforts personnels, mais la réussite des parents et enseignants qui ont conjugué des performances dans l’apprentissage scolaire. Pour le ministre de l’Education nationale, le camp est le résultat d’un long processus. « La République du Mali en s’engageant en 1995 dans un processus de refondation de son système éducatif a élaboré un programme décennal de développement de l’éducation ayant pour finalité de former un citoyen patriote et bâtisseur dans une démocratie garantie, maitrisant les savoirs populaires et aptes à jouer sa partition au développement du pays. La loi d’orientation sur l’éducation est venue conforter cette logique en 1999. Cela prouve à suffisance que l’excellence a été toujours au cœur des préoccupations des plus hautes autorités », a fait remarquer le ministre de l’Education. Et d’ajouter pour la mise œuvre de ce programme, il a été institué en 2002 la journée du bon élève. « Suite à l’engouement suscité par cette première édition, le camp national d’excellence a été lancé. L’excellence est un défit collectif et un combat de tous les jours. Pour l’atteinte de cet objectif, nous devons toujours faire le mieux », a-t-elle expliqué.

Cependant, le ministre a attiré l’attention du président sur la fraude à la quelle fait face notre école. « En célébrant le mérite des élèves, nous devons savoir que notre école est aujourd’hui en péril. Il s’agit du mal de la fraude. Ce grand ennemi de l’excellence a atteint une ampleur comparable à la fièvre hémorragique à virus Ebola. Autant la communauté internationale est montée contre ce fléau, autant nous devons tous engager la guerre contre la fraude à l’école, si nous voulons de ressources humaines de qualité demain pour le développement de notre pays. Et mon département fera son possible pour soigner cette gangrène », a-t-elle promis.

Le président de la République, Ibrahim Boubacar Keita a soutenu que les résultats obtenus pour poursuivre le cursus scolaire dans certains pays constituent un réel point de satisfaction du gouvernement. Le président a insisté sur la préoccupation du ministre, notamment dans la lutte contre la fraude dans notre système éducatif. « La fraude est le malheur le plus profond que l’on fait sur les enfants. Nous devons être sévères dans le processus d’apprentissage pour le bonheur des enfants », a dit le président. Avant de prendre l’engagement de combattre la fraude sous toutes ses formes.

Bréhima Sogoba

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Mots-clés : menunav