Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Indépendance de la Catalogne : Le Gouvernement espagnol invite la Generalitat à un devoir de clarification

vendredi 13 octobre 2017

« Le Conseil des ministres a pris ce matin la décision de demander formellement au Gouvernement de la Generalitat de confirmer s’il a déclaré l’indépendance de la Catalogne, indépendamment de la confusion délibérée qui entoure son entrée en vigueur ». L’information a été donnée le 11 octobre 2017, dans une déclaration par M. Mariano Rajoy, Président du Gouvernement espagnol. Lisez l’intégralité de la déclaration !

DÉCLARATION DU PRÉSIDENT DU GOUVERNEMENT, M. MARIANO RAJOY

Madrid, le 11 octobre 2017


Mesdames et Messieurs, bonjour et merci d’être là.

Je m’adresse à vous afin de vous informer de la décision adoptée par le Conseil des ministres. Comme vous le savez, nous tiendrons cet après-midi au Congrès une réunion plénière sur la situation en Catalogne et nous débattrons en détail de cette question ; mais il me semble bon de vous communiquer d’ores et déjà quelle est la position du Gouvernement.

Cette volonté de clarté s’impose d’autant plus face à la confusion produite par les événements qui se sont produits hier au Parlement de Catalogne.

Le Conseil des ministres a pris ce matin la décision de demander formellement au Gouvernement de la Generalitat de confirmer s’il a déclaré l’indépendance de la Catalogne, indépendamment de la confusion délibérée qui entoure son entrée en vigueur.

Cette demande, préalable à toute mesure que le Gouvernement peut adopter en vertu de l’article 155 de notre Constitution, a pour objectif de donner aux citoyens la clarté et la sécurité qu’exige une question d’une telle importance.

Avec la décision adoptée aujourd’hui, le Gouvernement veut offrir des certitudes aux Espagnols, en particulier aux Catalans, et éviter la confusion créée par les autorités de la Generalitat sur une question qui les touche et les préoccupe grandement.

La réponse que donnera le président de la Generalitat à cette demande déterminera les événements qui se produiront dans les prochains jours. Si M. Puigdemont manifeste sa volonté de respecter la légalité et de rétablir la normalité institutionnelle, il sera mis fin à la période d’instabilité, de tensions et de rupture du vivre-ensemble.

C’est ce que tous souhaitent et espèrent, ce qui est réclamé depuis un certain temps avec insistance. Il est urgent de mettre fin à la situation que vit la Catalogne et il est impératif de restaurer la tranquillité, la sécurité et la sérénité dans les plus brefs délais.

En répondant à la demande que le Gouvernement a aujourd’hui décidé de lui transmettre, M. Puigdemont aura aussi l’occasion d’entendre les clameurs et les demandes qui lui sont adressées de toutes parts afin de rétablir le vivre-ensemble harmonieux et la sécurité juridique en Catalogne.

Pour ma part, je continuerai d’agir comme je l’ai fait jusqu’à présent, avec prudence et responsabilité, en gardant toujours à l’esprit le bien-être et l’intérêt général des Catalans et de l’ensemble des Espagnols.

Je vous remercie.

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Agression du Journaliste Elhadji Hamidou Touré : Les Associations Faitières des journalistes réclament justice

« Cet incident intervient après de nombreuses agressions physiques et verbales à l’encontre des hommes de medias, s’ajoutant à la disparition depuis trois ans du confrère Birama Touré qui reste sans suite », indique la déclaration publiée. Lisez ! Déclaration de

Projet de loi d’entente nationale : « Une menace pour la paix,… »

Quarante sept organisations de défense de droits humains dénoncent le projet de loi d’entente nationale. Elles considèrent le document comme « une menace pour la paix, la réconciliation et les droits des victimes au Mali ». Lisez l’intégralité du communiqué

COFOP : « La tentative… de prorogation du mandat des députés, constitue une violation…de notre Constitution »

« La tentative solitaire et méprisante de prorogation du mandat des députés, constitue une violation majeure de notre Constitution et entame de manière significative la démocratie et la crédibilité de notre pays », indique la Coalition des forces patriotiques