Version imprimable de cet article Version imprimable | |

INSTAT : Le recensement général de la population et de l’habitat au centre de toutes les priorités

mardi 14 novembre 2017

Adama Tiémoko Diarra, ministre de l’aménagement du territoire et de la population, Président du conseil d’administration de l’Institut national de la statistique (l’INSTAT), a présidé le lundi 6 novembre 2017, l’ouverture des travaux de la 12ème session ordinaire du conseil d’administration de (INSTAT) à l’hôtel Salam de Bamako. Cette 12ème session s’est déroulée en présence de Harouna Koné, directeur général de l’INSTAT. Ainsi que d’autres administrateurs de la statistique.

Adama Tiémoko Diarra, ministre de l’aménagement du territoire et de la population, Président du conseil d’administration de l’INSTAT, dans son discours d’ouverture a souligné que cette 12ème session se tient dans un contexte de mutation organisationnelle et de renforcement des capacités de cette institution. Cette mutation selon lui vise à hisser la structure à la hauteur des ambitions de production de données statistiques de qualité dans le temps et dans l’espace, des données respectueux des normes et des standards internationaux de comparabilité.

L’importance des données statistiques n’est plus à démontrer, dira M. Diarra « quand on sait qu’elles constituent les premiers outils de planification du développement ». Il a ajouté que la présente session se tient surtout dans le contexte d’un engagement inégalé des plus hautes autorités à créer les conditions pour un développement endogène de notre système statistique à travers notamment la création du fond national pour le développement statistique et un début d’abondement du dit fond.

Adama Diarra a indiqué qu’il ressort du rapport d’activité au 30 juin 2017, soumis à leur appréciation que l’INSTAT a réalisé à hauteur de 70,9% les activités prévues dans son plan d’action pour l’année 2016. Parmi ces activités, il dira que certaines mérites d’être rappelées, notamment la production des comptes économiques définitif 2014 conformément aux standards internationaux, les travaux de mise en place de l’indice des prix à la production industriel et des comptes trimestriels pour améliorer le suivis de la conjoncture économique, l’élaboration du cadrage macroéconomique qui alimente actuellement les échanges entre le gouvernement et le fond monétaire international, la réalisation de l’enquête modulaire et permanente au sein des ménages, la mise en œuvre de contrat plan état/INSTAT et de l’accord d’établissement signé le 2 décembre 2016 comme contribution à la consolidation des fondements institutionnels du système INSTAT national de notre pays.

Toujours dans la même dynamique, il a ajouté que les activités réalisées par l’INSTAT au cours du premier semestre ont permis de mettre à la disposition des utilisateurs, des indicateurs macroéconomiques conjoncturels et sociaux et de disposer des textes pour le renforcement institutionnel du système statistique national. En outre l’institut a apporté son appui technique aux structures du système statistique national.

« Les rapports qui nous sommes soumis par rapport à l’exécution du budget au 30 juin 2017 pour l’examen, font ressortir des taux d’exécution de 43,5% et de 67,7% respectivement pour les ressources et les dépenses », a-t-il indiqué. En dépit des efforts déployés, il a invité le management de l’institut à plus d’anticipation afin de mettre à disposition aux échéances arrêtées les différents indicateurs macroéconomiques dans les respects des normes en vue d’en assurer la comparabilité.

Adama Diarra a invité les participants administrateurs à des échanges fructueux sur les différents dossiers soumis à leur appréciation et a formulé des orientations et des recommandations afin d’améliorer la production et la diffusion des données statistiques dans notre pays. Et les inviter surtout à faire des recommandations pertinentes pour relever les grands défis qui pointent à l’horizon dont le recensement général de la population et de l’habitat, le 5ème du genre.

Aussi il a exprimé au nom du gouvernement du Mali sa profonde gratitude aux partenaires techniques et financiers qui n’ont ménagé aucun effort pour accompagner notre pays dans le renforcement de son système statistique national.

Le Directeur général de l’INSTAT, dira qu’il s’agit pour toutes les entreprises de rendre compte des activités qui ont été programmées, du point de vu d’activités physiques, de l’exécution du projet et de dire aux administrateurs quels sont les problèmes rencontrés au cours de cet exercice et les solutions éventuelles à entreprendre pour arriver à bout de ces difficultés.

Bintou COULIBALY (stagiaire)

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Agression du Journaliste Elhadji Hamidou Touré : Les Associations Faitières des journalistes réclament justice

« Cet incident intervient après de nombreuses agressions physiques et verbales à l’encontre des hommes de medias, s’ajoutant à la disparition depuis trois ans du confrère Birama Touré qui reste sans suite », indique la déclaration publiée. Lisez ! Déclaration de

Projet de loi d’entente nationale : « Une menace pour la paix,… »

Quarante sept organisations de défense de droits humains dénoncent le projet de loi d’entente nationale. Elles considèrent le document comme « une menace pour la paix, la réconciliation et les droits des victimes au Mali ». Lisez l’intégralité du communiqué

COFOP : « La tentative… de prorogation du mandat des députés, constitue une violation…de notre Constitution »

« La tentative solitaire et méprisante de prorogation du mandat des députés, constitue une violation majeure de notre Constitution et entame de manière significative la démocratie et la crédibilité de notre pays », indique la Coalition des forces patriotiques