Version imprimable de cet article Version imprimable | |

IBK à Kayes, ce mercredi 31 Octobre 2018

vendredi 26 octobre 2018

Kayes est une ville du Mali à 495 km au nord- ouest de Bamako, sur les rives du fleuve Sénégal. Elle est la capitale de la première région administrative. Pour sa première visite au sortir d’une élection victorieuse sur la base de son projet de société intitulé « Notre grand Mali avance » ou « Anw Ka Mali Be ka taa Gnè », Ibrahim Boubacar Keita y est attendu le 31 Octobre prochain.

Ce programme quinquennal 2018-2023 consacre une nouvelle offre politique qui s’inscrit dans le cadre de la consolidation des acquis et l’ouverture de nouvelles perspectives aux maliennes et maliens. Il prévoit notamment la création d’emplois, de richesses et surtout une promotion du secteur privé dans le cadre de la mise en œuvre de politiques de facilité en faveur des investisseurs. L’amélioration du cadre de vie des populations est une priorité de premier ordre pour le Chef de l’Etat qui s’est engagé à améliorer sensiblement la couverture énergétique dans notre pays.

Résolument engagé dans le développement local à travers des mécanismes innovants et durables, le Président de la République procèdera à l’inauguration d’une unité de production d’électricité réalisée par la société Albatros Energy Mali SA dans la cité des rails.

« Nous nous emploierons à accroitre l’offre énergétique à travers la diversification des sources énergétiques et l’accroissement de l’accès des populations urbaines et rurales aux services énergétiques et à moindre coût. » Programme d’IBK

Au-delà de la création d’emplois, de la distribution d’une énergie propre, respectueuse de l’environnement, la réalisation de cette unité de production d’électricité d’Albatros Energy Mali SA est un exemple réussi de partenariat public-privé que le Gouvernement, sous l’impulsion du Président de la République, s’évertue à imposer comme facteur déterminant pour l’amélioration du climat des affaires.

Un partenariat Public-privé réussi en faveur de la production énergétique du Mali

Ce grand projet de développement que les pouvoirs publics ont initié en collaboration avec Albatros Energy Mali SA est une première. Sa mise en œuvre est la preuve éloquente de la pertinence de la vision du Chef de l’Etat pour un Mali émergent.

Albatros Energy Mali SA est une société IPP entièrement dédiée à la construction et à l’exploitation d’une centrale Thermique de 90MW à Kayes. Elle a signé une Convention de Concession de 20 ans avec l’Etat du Mali et un contrat d’Achat et de Fourniture d’Energie de la même durée avec la société Energie du Mali (EDM-SA).

La spécificité de ce projet, contrairement aux autres projets IPP (« Independent Power Producer »), est qu’il a été développé à partir du Mali par trois personnes, animées par un esprit entrepreneurial. Il s’agit de M. Koenraad Beckers, un expert en IPP en Afrique, Mme. Ruth Beckers, une experte en financement de projet et Amadou Sow, entrepreneur malien, ingénieur de formation.

La Centrale Albatros à Kayes est une centrale thermique fonctionnant au fuel lourd avec une capacité installée ISO de 90MW. Elle sera composée de six (6) moteurs de 15MW chacun. Les deux premiers moteurs sortiront du banc d’essai de Caterpillar Motoren GmbH en Allemagne le 15 décembre 2017. La puissance provenant des générateurs de la centrale est fournie vers deux transformateurs élévateurs de 87MVA qui seront implantés dans l’extension du poste de transformation électrique 225kV de Kayes/Médine.

La centrale est dotée d’une technologie de dernière génération. Elle sera la plus performante du Mali. Les installations de la centrale permettront de garantir la production d’un minimum de 578 GWH d’électricité par an, tout en respectant les normes environnementales internationales les plus récentes. Elle produira de l’électricité en base et augmentera de manière significative la capacité totale de production d’énergie installée au Mali tout en assurant un approvisionnement constant en électricité fiable.

Le coût totale du projet est de 84 milliards de FCFA. Son financement est basé sur les principes de financement de projet avec un apport de 30% par les actionnaires d’Albatros Energy Mali SA et 70% par les bailleurs de fonds.

Albatros Energy Mali SA a quatre actionnaires : Redox Power Solutions, qui représente les développeurs du projet (M. Amadou Sow, M. Koenraad Beckers et Mme. Ruth Beckers) ; African Infrastructure Investment Managers (« AIIM »), un fond d’investissement sud-africain qui gère entre autres un portefeuille d’électricité de plus de 2,25 GW ; le Fond d’investissement du Danemark pour les pays en développement (« IFU »), une institution financière de développement du gouvernement danois ; et Burmeister & Wain Scandinavian Contractor (« BWSC »), une société d’engineering et de contracting danoise qui a construit plus de 150 centrales électriques dans le monde.

Les bailleurs de fonds sont constitués de la Banque Ouest Africaine de Développement (BOAD), la Banque Islamique de Développement (BID), la Coopération Islamique pour le développement du secteur privé (IDC), le Fonds OPEP pour le développement international (OFID), The Emerging Africa Infrastructure Fund (EAIF) et GuarantCo. Il faut signaler qu’il s’agit d’une combinaison innovante des financements Islamique et conventionnel.

La Banque Internationale pour le Mali (BIM-SA) met à disposition d’Albatros Energy Mali SA une ligne de crédit pour le financement du fonds de roulement et l’agent de sureté du projet. La société mère de la BIM-SA, Attijariwafa Bank joue le rôle de l’agent de crédit du projet.

En choisissant le HFO, qui est un combustible moins cher que le gasoil, et des moteurs de dernière génération avec une consommation spécifique très basse, Albatros Energy Mali est capable de produire le kWh à un tarif très compétitif.

L’Etat malien par l’intermédiaire du Ministère de l’Énergie et de l’Eau et du Ministère de l’Économie et des Finances a mis en place le cadre et les contrats indispensables (Convention de Concession, Contrat d’Achat et de Fourniture d’Energie, Accord Direct, etc.) pour le bouclage du financement en juillet 2017.

Ce premier projet IPP, développé par Redox Power Solutions avec l’accompagnement du Gouvernement, sous l’impulsion du Président de la République est un catalyseur et une incitation à des futurs PPP dans le domaine de l’énergie et des infrastructures au Mali.

En marge de l’inauguration de cette infrastructure, le Président de la République procèdera au lancement des travaux de rénovation d’un Centre de santé et d’un forage flambant neuf au grand bonheur des populations de la cité historique de Médine.

« L’accès aux services de santé de base à moindre coût, y compris la santé de la reproduction et la planification familiale, demeure une priorité pour mettre fin aux décès maternels évitables » a déclaré le Président Keita.

CE QU’IL FAUT RETENIR DE LA CENTRALE

La Centrale est située à 12 km de la ville de Kayes, à moins de 100km de la frontière avec le Sénégal. La puissance brute installée : 90.240 KWm ISO. Le coût du Projet s’élève à environ 84 milliards de FCFA.

Elle se compose de six (6) moteurs de 15MW chacun et produira un minimum garanti de 578 GWH d’électricité par an, tout en respectant les normes environnementales internationales les plus récentes. La centrale produira de l’électricité en base et augmentera de manière significative la capacité totale de production d’énergie installée au Mali tout en assurant un approvisionnement constant en électricité fiable. Une Convention de Concession a été signé avec l’Etat Malien en 2010 ainsi qu’un contrat d’Achat et de Fourniture d’Energie avec EDM en 2016. La durée du contrat est de 20 ans.

Concernant le leadership et le pool bancaire, la situation se présente comme suit :

- Redox Power Solutions (Amadou SOW, Entrepreneur malien, Koenraad Beckers, Expert en IPP en Afrique et Ruth Beckers, Expert en financement de projet)
- Africa Infrastructure Investment Managers (Afrique du Sud)
- IFU (Danemark)
- BWSC (Danemark)
- Banque Islamique de Développement
- Société Islamique pour le Développement du Secteur Privé
- Banque Ouest Africaine de Développement ;

IMPACTS SUR L’ECONOMIE DE LA REGION DE KAYES

- 514 emplois créés pendant la construction de la centrale thermique dont 139 emplois pour la seule commune rurale de Hawa Dembaya ;
- Salaires versés et autres revenus distribués : 1,7 milliards de FCFA.
- Autres incidences sociales :

• Réhabilitation complète du dispensaire Docteur Demba DIALLO et transformation d’un bâtiment annexe en maternité ;
• Programme de forages, de puits pour aider les populations avec un investissement de 66,5 millions de FCFA ;
• Possibilités de connexions de la centrale thermique avec les industries minières de la région qui permettront une réduction substantielle des coûts de production au bénéfice de ces unités.

LE DEUXIÈME PONT DE KAYES SORT DE L’EAU …

« Nous poursuivrons le vaste chantier du désenclavement intérieur et extérieur du pays, ainsi que le renforcement et la réhabilitation des infrastructures et des équipements » a promis IBK dans son projet de société.

Initié par le Chef de l’Etat, le projet de la construction d’un deuxième pont est une source de joie pour les populations de Kayes. La première région administrative de notre pays ne dispose que d’un seul pont qui relie les deux parties parties de la ville. Cette infrastructure a été rénovée à 2,3 milliards de francs CFA pour faciliter la fluidité du transport sur l’axe Dakar-Bamako.

Et l’histoire retiendra que ce point a été réalisé sous l’impulsion d’IBK alors qu’il était Premier Ministre du Président Alpha Oumar Konaré. Selon les statistiques douanières, une moyenne de 500 camions par jour passent par ce pont.

D’un montant de 58 milliards de francs CFA, le deuxième pont de Kayes viendra donc impulser une nouvelle dynamique au développement de la première région. D’autres projets d’infrastructures routières dans la région de Kayes sont en cours de matérialisation. Il s’agit, entre autres, de la route Sadiola-Kéniéba, celles de Kita-Toukoto-Bafoulabé avec la construction de deux ponts et de Nioro-Yélimané-Dialaka. C’est dire que sous l’impulsion du Chef de l’Etat, le désenclavement de la première région se poursuit à pas de géant.

Une autre bonne nouvelle pour la région de Kayes : sur instruction du Président Keita, et financés par le Budget national, les travaux de réhabilitation du tronçon Kati-Kolokani-Didieni ont débuté le 23 Octobre dernier. Il s’agit de la première phase de la réhabilitation de route Kati-Diéma-Kayes-Diboli.

REGION DE KAYES EN CHIFFRES : (Source : Rapport 2017 du Gouverneur de la Région)

- Superficie : 120 760 km2 ;
- Population estimée : 2 517 000 habitants (2017) ;
- 7 Cercles : Kayes, Bafoulabé, Diema, Kéniéba, KITA, Nioro du Sahel et Yélimané ;
- Nombre de communes : 129 communes dont 12 urbaines ;

Richesses agricoles (2017) :

- Céréales sèches : 416 013 tonnes ;
- Riz : 33 890 tonnes ;
- Déficit céréalier global : 164 015 tonnes ;

Richesses minières (2017) : Production d’or : 35 tonnes ;
❖ Exportations (2017) :
- Or : 121, 2 milliards FCFA,
- Animaux vivants : 11,9 milliards FCFA

Quelques réalisations du Programme Présidentiel d’Urgences Sociales 2017

- 2 forages équipés à motricité humaine, dont 1 Nacoussiré (Commune de SERO, Cercle de Kayes), 1 à Nioro ville, Cercle de Nioro du Sahel) ;
- Travaux de renforcement des Systèmes d’Adduction d’Eau Potable des villes de Diéma et de Kéniéba ;
- Programme National de Mobilisation des ressources en eau : Réalisations d’Adduction d’Eau Potable et Assainissement dans les centres semi urbains en première région ;
- Réalisation d’un système d’adduction d’eau potable dans la localité de Samba Dramané, Commune de KAYES dont le coût est de 100 millions de FCFA ;
- Travaux de réalisations de 5 Systèmes Hydrauliques Villageoises Améliorés dans les Cercles de KAYES, Yélimané et Nioro du Sahel ;
- Travaux de réalisations de 5 Systèmes Hydrauliques Villageoises Améliorés dans les Cercles de Diéma, Nioro et Nara.

Koulouba, le 25 Octobre 2018

Le Directeur de la Cellule de Communication et des Relations de la Présidence de la République du Mali

M.Tiégoum Boubeye Maiga
Chevalier de l’ordre national

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Projet de loi d’entente nationale : « Une menace pour la paix,… »

Quarante sept organisations de défense de droits humains dénoncent le projet de loi d’entente nationale. Elles considèrent le document comme « une menace pour la paix, la réconciliation et les droits des victimes au Mali ». Lisez l’intégralité du communiqué

COFOP : « La tentative… de prorogation du mandat des députés, constitue une violation…de notre Constitution »

« La tentative solitaire et méprisante de prorogation du mandat des députés, constitue une violation majeure de notre Constitution et entame de manière significative la démocratie et la crédibilité de notre pays », indique la Coalition des forces patriotiques

Plan International : « Le harcèlement sexuel est le plus grand danger auquel les filles sont confrontées dans les villes du monde entier »

(LONDRES) : Le harcèlement sexuel présente un risque majeur pour la sécurité des filles et des jeunes femmes dans le monde, selon une enquête réalisée auprès d’experts mondiaux dans 22 villes publiée aujourd’hui par Plan International, l’organisation œuvrant en