Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Haut Conseil des Maliens de l’Extérieur : Le des activités de 2018 annonce un congrès prometteur en 2020

mardi 26 mars 2019

Conformément aux articles 23 des statuts et 22 du règlement intérieur, le Haut Conseil des Maliens de l’Extérieur (HCME) a tenu la 15ème session ordinaire de son conseil d’administration. Elle a été présidée par Yaya SANGARE, ministre des maliens de l’extérieur. Les travaux se sont déroulés en présence de Abdrahamane Sylla, président du HCME. Comme dans sa tradition, le Haut Conseil des Maliens de l’Extérieur a réuni les maliens vivants à l’étranger. C’était le vendredi 22 mars 2019 à l’hôtel Radisson Blu.

Il était question de la présentation du rapport sur la marche du HCME au cours de la période allant du 1er janvier au 31 décembre 2018. Le président du Haut Conseil des Maliens de l’Extérieur, a indiqué que l’année 2018 a été marquée par des évènements importants dans la vie des maliens établis à l’extérieur. En effet, l’inauguration de la Maison des maliens de l’extérieur par le Chef de l’Etat, le 15 mars 2018 et le centre d’accueil des migrants de retour à hauteur d’environ un Milliard de FCFA, financé entièrement sur le budget national. A cela s’ajoute l’organisation des rencontres par le HCME avec différentes personnalités politiques, pour expliquer la position de la structure sur les réformes institutionnelles et la représentation des maliens établis à l’extérieur au sein du parlement.

Pour lui c’est un combat qui a commencé à la création du HCME en 1991 et qui est sur le point de connaitre son épilogue. Aussi, l’année 2018 a été marquée par le retour définitif de nos compatriotes en provenance de la Libye, de l’Algérie, de l’Arabie Saoudite et de l’Angola.

Le président du HCME, conformément aux communications qui ont été faites par les partenaires techniques et financiers l’année précédente, cette année, deux communications sont attendues. La première sera faite par le fonds de garantie hypothécaire du Mali, la seconde par le cabinet ITC sur le projet de développement initié par le secrétaire permanent du HCME dans le cadre de la mise en œuvre de la politique nationale de migration, en vue de créer de la richesse et des emplois dans les principales zones de départ des migrants.

Par la voix de son président, le HCME tiendra en 2020 sa 7ème conférence ordinaire qui sera l’occasion de faire le bilan des cinq années écoulées (2015-2020). Mais aussi, de renouveler les mandats. Les présentes assises auront donc comme thème principal : « le Haut Conseil des Maliens de l’Extérieur face aux nouveaux défis de la migration et des réformes institutionnelles ».

Yaya Sangaré, ministre des maliens de l’extérieur, a souligné qu’au-delà du grand intérêt que le gouvernement accorde à notre diaspora, la présente rencontre s’inscrit dans le cadre de la recherche de pistes novatrices pour l’amélioration de sa contribution à l’économie nationale. Faire de la diaspora un levier du développement, telle est la vision des plus Hautes Autorités du Mali. Selon lui, cela passe par la recherche de synergies entre les divers acteurs.

Pour une meilleure connaissance des difficultés liées à l’investissement productif de la diaspora, il a fait savoir qu’avec l’appui de l’Agence Française de Développement (AFD), son département a commandité une étude en vue de définir une stratégie nationale de mobilisation de la diaspora pour l’investissement productive. Selon lui, les conclusions de cette étude seront bientôt disponibles et permettront une meilleure orientation de la décision politique pour accroitre la participation de la diaspora au développement de notre pays.

L’année 2018, a été une année record en matière d’assistance à nos compatriotes en détresse avec plus 8.000 personnes rapatriées par le Gouvernement.

Pour cela, il a salué le travail remarquable du Haut Conseil des Maliens dans l’accomplissement de ses activités qui ont été facilitées par les Conseils de Base des Maliens auprès de nos Missions Diplomatiques et Consulaires. Ces opérations ont surtout concerné des Maliens de Libye, d’Algérie, de l’Angola, du Mozambique et de l’Arabie Saoudite. Toutes ces actions du Gouvernement attestent de l’importance accordée par les plus Hautes Autorités de notre pays aux Maliens de l’Extérieur.

« Le Mali considère la migration comme un phénomène positif et un facteur de développement, mais pour être profitable à tous, elle doit impérativement être organisée », a-t-il lancé. C’est pourquoi, « nous demandons à la diaspora de conjuguer ses efforts avec ceux du Gouvernement pour combattre la migration irrégulière qui constitue un fléau pour le Mali », a-t-il conclu.

Bintou COULIBALY

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.