• Votre Journal en ligne Contact
  • Les Plus lus

    Abdoulaye Idrissa Maïga dément son soutien à l’opposition, mais ne dit pas qu’il soutient IBK

    « …Depuis quelques jours, des rumeurs persistantes et non fondées circulent dans certains journaux et sur les réseaux sociaux, annonçant mon soutien à l’opposition. J’apporte un démenti formel et clair à ces allégations mensongères et prie, par ailleurs, les

    Ministère de la réconciliation nationale et de la cohésion sociale : Le Chef de Cabinet, le Colonel Moussa Zabour Maïga n’est plus

    Le Colonel Moussa Zabour MAIGA, un infatigable artisan de la Paix dont la vie au service de la nation, aura été un sacerdoce hors du commun, n’est plus. Cet illustre cadre des forces de défense et de sécurité, Chef de Cabinet du département en charge de la

    Présidentielle 2018 : La CMA votera pour le candidat qui va mettre intégralement en œuvre l’Accord d’Alger

    « La CMA…n’a pris aucun engagement politique vis à vis d’un quelconque candidat aux élections présidentielles. Toutefois, si la CMA devrait donner un mot d’ordre pour un candidat, il sera en faveur de celui qui s’engagerait fermement à la mise en œuvre intégrale

    Version imprimable de cet article Version imprimable | |

    Groupe Lolo de Yanfolila : Une fierté culturelle pour le cercle de Bougouni

    lundi 18 décembre 2017 , par Assane Koné

    A la suite des différentes éditions du Festival International les nuits du Kamalen n’goni, le coordinateur général du festival et Président de l’Association Voix et Musique pour l’Intégration Culturelle (AVMIC) a mis en place un groupe musical suite à une session de formation financée par la Coopération suisse au Mali sur les techniques d’utilisation, de fabrication des instruments de musique en voie de disparition dans les aires culturelles du Wassoulou ainsi que les pas de danse. Ce groupe se nomme « Groupe Lolo de Yanfolila », composé de musiciens et de danseuses.

    Ce groupe vient de participer à une tournée qui s’est déroulée du 21 au 30 novembre 2017 et qui s’inscrit dans le cadre du programme MUSIC IN AFRICA CONNECT soutenu par le Ministère Fédéral Allemand des Affaires Etrangères et la Fondation Siemens. Dans le cadre de cette tournée, le Groupe Lolo de Yanfolila a sillonné les 8 communes rurales du cercle de Bougouni : Koumantou, Niamala, Sanso Moréla, Dèbèlin, Massigui, Wola,Domba et Zantiébougou.

    Cette tournée s’était fixée l’objectif de sensibiliser les populations cibles sur l’apport de la culture dans la recherche de la paix dans un pays en période de crise d’une part et l’apport des artistes au développement économique, social, culturel et environnemental du Mali.

    Dans son intervention, le Président de l’Association Voix et Musique pour l’Intégration Culturelle (AVMIC) et fondateur du Groupe, Abdoul Berthé, a exprimé toute sa satisfaction en disant que l’objectif de la tournée est largement atteint à 90%. Selon lui, chaque spectacle a enregistré environ une moyenne de 300 à 400 participants, dont 50% de femmes, 30% de jeunes et 20% d’enfants de 10 à 15 ans.

    « A travers cette tournée, le groupe a pleinement joué sa partition dans le cadre de la réconciliation et la cohésion sociale du Mali en offrant des prestations scéniques et artistiques dans les 8 communes rurales du cercle de Bougouni. Et cela, compte tenu du fait que les différentes chansons de l’orchestre traitent de nombreux problèmes et fléaux qui minent notre société et qui freinent aussi l’épanouissement des artistes ruraux, en raison du poids d’un islam intolérant qui prend des proportions galopantes au Mali », a-t-il expliqué.

    Essentiellement composé d’instruments traditionnels (n’goni, Korokoto, le balafon, la calebasse qui a remplacé le Djembé), le Groupe LOLO, selon Berthé, est parvenu à sensibiliser les populations sur la paix, le vivre ensemble, le pardon, la tolérance ainsi que la marginalisation et la discrimination des artistes locaux.

    « Durant cette tournée, des rencontres ont eu lieu avec les autorités locales, les chefs coutumiers et religieux, les jeunes et les femmes pour parler de la paix », a indiqué M. Berthé.

    Au cours de ces rencontres, ces différentes entités ont souhaité la pérennisation d’une telle tournée et l’implication des artistes du terroir afin de les permettre de prendre part aux grandes rencontres artistiques, notamment le festival international du Kamalen n’goni et d’autres festivals.

    Parlant des difficultés rencontrées, Abdoul Berthé n’a pas caché la réticence de certaines autorités locales et jeunes. Au début n’ayant pas bien compris l’importance de la tournée. Mais selon lui, tout est rentré dans l’ordre par la suite.

    En conclusion, le coordinateur du festival International des Arts et Culture du Wassoulou (FICAWA) a porté à la connaissance de la population que les préparatifs de la 5ème édition qui se tiendra du 22 au 25 mars 2018 à Yanfolila, sont sur la bonne voie. Il a précisé que des rencontres avec les organisateurs et les partenaires ont déjà commencé pour corriger les insuffisances du passé.

    Bintou COULIBALY

    Assane Koné

    Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

    Un message, un commentaire ?

    Qui êtes-vous ?

    Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

    Ajoutez votre commentaire ici
    • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

    • Mots-clés : menunav

    Annonce