Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Gestion de l’hygiène menstruelle des jeunes filles : Le Mali se donne une plateforme fédératrices des efforts et initiatives

vendredi 3 août 2018

Il est aujourd’hui admis que la mauvaise gestion de l’hygiène menstruelle des filles, affecte énormément leur maintien à l’école. C’est pour inverser cette situation qui affecte la qualité de l’éducation et constitue un frein à l’atteinte des OMD que des organisations internationales comme l’UNICEF, Save the children et WaterAid, ont décidé de soutenir la mise en place d’une plateforme fédératrice des efforts et initiatives dans la gestion hygiénique des menstrues.

Le 2 août 2018, la Salle de Conférence Bakary Kamian de l’Hôtel ONOMO, a abrité les travaux de l’atelier de lancement de la Plateforme gestion hygiénique des menstrues au Mali. Présidée par Iknan Ag Gadeda, Secrétaire général du ministère de l’éducation nationale, la cérémonie d’ouverture de l’atelier a enregistré la participation de Allassane Maïga, Directeur programme et du plaidoyer à WaterAid et de Félix, représentant de l’UNICEF.

Pendant deux jours, du 2 au 3 août 2018, une quarantaine de participants représentants des partenaires techniques et financiers, des organisations de la société civile et des structures de l’Etat, dont les ministères de la santé, de l’éducation et de l’assainissement, devaient doter la nouvelle plateforme d’une charte et d’un plan d’actions. L’atelier doit aussi déterminer les prochaines étapes de la plate forme sur la gestion hygiénique des menstrues. Mais, il devait aussi aider les participants à avoir de bonnes connaissances sur les latrines GHM.

Au Mali, il y a une urgence à agir. Les chiffres sont alarmants et ne rassurent pas. Selon les statistiques disponibles au Mali, grâce à la CPS Education, avec l’appui de l’UNICEF, seulement 2, 13% des écoles ont une option pour assurer l’intimité des filles aux toilettes et seulement 0,71% des écoles disposent d’options pour l’élimination des matériels utilisés pour la gestion des menstruations. Les mêmes statistiques révèlent que 2,13% des écoles observent une augmentation des jours d’absence d’école pour les filles en âge de puberté et 0,71% des écoles indiquent que les menstruations affectent la participation des filles aux activités didactiques et ludiques.

C’est pour tout cela que Monsieur Félix, représentant de l’UNICEF, a salué la mise en place de cette Plateforme qui pourra mobiliser toutes les énergies autour de cette problématique sensible, du moment qu’aujourd’hui la gestion qui est faite de l’hygiène menstruelle des filles joue un rôle dans leur maintien ou non à l’école. Il a estimé qu’il était tout à fait normal que les uns et les autres se donnent la main pour aider la jeune fille malienne à passer de la puberté vers l’âge adulte, sans trop d’anicroche.

Après avoir rappelé que plus de 60 000 élèves et plus de 300 écoles, ont déjà été sensibilisés à la gestion hygiénique des menstrues et reçu du matériel pour cela, il a estimé qu’il reste beaucoup à faire. Mais, il pense que rien ne devra émousser les ardeurs, afin qu’au Mali, filles comme garçons aient les mêmes chances de commencer et de finir les études enfin de servir la nation.

Pour sa part, Allassane Maïga, Directeur de programme et de plaidoyer à WaterAid au Mali, a indiqué que pendant que certaines jeunes filles font face à la difficulté de se procurer des protections hygiéniques, ce qui les empêche d’aller à l’école, d’autres font face à un problème d’éducation. Selon lui, toutes ne reçoivent pas des explications sur le cycle menstruel et certaines d’entre elles ne savent pas ce que sont les règles, et ce, jusqu’au jour où celles-ci arrivent. Selon lui, la plateforme sera installée pour prendre en main la gestion de cette problématique.

« Avec cette Plateforme, les partenaires visent une mise à l’échelle de l’initiative qui puisse permettre d’intervenir dans un plus large périmètre, notamment en incorporant les aspects stratégiques et d’atteindre les groupes les plus vulnérables tant du milieu scolaire que communautaire », a-t-il précisé. Avant de soutenir qu’elle favorisera l’implication des décideurs étatiques et d’autres acteurs clés dans la gestion hygiénique des menstrues.

En sa qualité de représentant du ministre de l’éducation nationale, Iknan Ag Gadeda, secrétaire général du Ministère, a rappelé que la mise en place de cette plateforme rentre dans le cadre des campagnes de plaidoyer pour une bonne gestion de l’hygiène menstruelle des jeunes filles, notamment en milieu scolaire. Il a indiqué que sa mise en place va contribuer à une meilleure intégration de la gestion de l’hygiène menstruelle dans les politiques et stratégies de développement local et national. Il a profité de la rencontre pour lancer un cri de cœur aux partenaires pour qu’ils inscrivent cette thématique au centre de leurs actions au Mali.

Assane Koné

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Agression du Journaliste Elhadji Hamidou Touré : Les Associations Faitières des journalistes réclament justice

« Cet incident intervient après de nombreuses agressions physiques et verbales à l’encontre des hommes de medias, s’ajoutant à la disparition depuis trois ans du confrère Birama Touré qui reste sans suite », indique la déclaration publiée. Lisez ! Déclaration de

Projet de loi d’entente nationale : « Une menace pour la paix,… »

Quarante sept organisations de défense de droits humains dénoncent le projet de loi d’entente nationale. Elles considèrent le document comme « une menace pour la paix, la réconciliation et les droits des victimes au Mali ». Lisez l’intégralité du communiqué

COFOP : « La tentative… de prorogation du mandat des députés, constitue une violation…de notre Constitution »

« La tentative solitaire et méprisante de prorogation du mandat des députés, constitue une violation majeure de notre Constitution et entame de manière significative la démocratie et la crédibilité de notre pays », indique la Coalition des forces patriotiques