| |

Formation professionnelle : Les états généraux pour prendre en charge l’accès des jeunes à l’emploi

lundi 2 août 2021

Le jeudi 29 juillet 2021, Choguel Maiga, Premier ministre de la transition, a présidé, la cérémonie d’ouverture du lancement des travaux des Etats Généraux de la formation professionnelle. C’était au Centre de formation professionnelle de Senou.

Lors de ces assises, du 29 au 30 juillet 2021, il était question d’évaluer les textes réglementaires et législatifs qui régissent le secteur en vue de leur efficacité et complémentarité ; d’évaluer le mécanisme de financement de la formation professionnelle et l’opérationnalisation des centres de formation existants. Ensuite, de développer des mesures rigoureuses garantissant la qualité dans la procédure d’obtention des agréments ; d’évaluer la maîtrise d’ouvrage de la formation professionnelle par les collectivités territoriales, pour en faire un véritable outil de développement porté sur les potentialités économiques réelles des régions et autres niveaux de collectivités ; d’échanger autour des modèles de gestion du partenariat public/privé (PPP) pour convenir d’un modèle adapté au contexte du Mali.

Bakary Doumbia, Ministre de l’Entreprenariat National, de l’Emploi et de la Formation Professionnelle, dira que le Mali, à l’instar des autres pays en voie de développement, ne peut compter que sur la capacité d’initiatives et d’interventions de ses enfants préparés pour relever les nombreux défis qui s’inscrivent aujourd’hui, dans un contexte de compétitivité aux niveaux sous régional et international. Pour lui, il s’agit en même temps de contribuer à l’accroissement de la productivité et de la rentabilité de nos activités économiques d’une part et de satisfaire les conditions d’une croissance économique soutenue, d’autre part.

Dans cette optique, selon lui l’ultime objectif consiste à réduire progressivement le taux de chômage des jeunes en renforçant leur employabilité, en développant entre autres corps de métiers, le BTP, l’hôtellerie, l’agroalimentaire en lien avec les chaînes de valeur de la production à la commercialisation en passant par la transformation pour faciliter leur insertion professionnelle et assurer le développement du secteur privé avec la mise à disposition d’une main d’œuvre hautement qualifiée.

Le ministre Doumbia, a souligné que l’objectif global des Etats Généraux est de faire l’état des lieux de la formation professionnelle afin d’en améliorer la cohérence et l’efficacité dans un contexte du renouveau de la gouvernance dans l’action publique. Dans son intervention, il a rappelé avec l’accompagnement des partenaires techniques et financiers, l’étude commandité par son département dénommée : « diagnostique organisationnel du sous-secteur de la formation professionnelle et de l’emploi et le plan de renforcement de capacités du ministère et les collectivités territoriales dans les régions ». Partant de cela, il dira que les Etats Généraux offrent une occasion à son département de partager le rapport issu du diagnostic organisationnel du sous-secteur de la formation professionnelle et de l’emploi.

François Tirot, chef de file des partenaires techniques et financiers du secteur de l’emploi et de la formation professionnelle, a estimé que cette cérémonie a un important capital pour le secteur. Car elle constitue un cadre unique d’échange et d’analyse des progrès (et des échecs, des difficultés) afin de mettre en place, sur une base consensuelle, les actions nécessaires du changement. Pour ce faire, il a réitéré leur engagement à appuyer le secteur de l’emploi et de la formation professionnelle. Et surtout de voir se concrétiser sur le terrain les actions engagées au profit notamment des jeunes maliennes et maliens.

Pour Choguel Maiga, Premier ministre de la transition, la symbolique que prend cette cérémonie traduit notre état d’esprit, celui de hisser le message de la formation professionnelle et d’insertion au cœur de toutes nos actions de développement, enfin de donner de l’espoir à cette jeunesse anxieuse de son avenir. Il a rappelé que la cérémonie se tient dans un contexte qui reste marqué par la crise sécuritaire qui sévit dans notre pays depuis des années avec son coronaire de terrorisme, de conflits intra et intercommunautaire, de menaces diverses sans oublié la pandémie de la COVID.

« Je reconnais le besoin crucial d’engager cette jeunesse qui est une vraie opportunité pour le Mali. Si elle est formé et a accès à des opportunités de participer à la réussite de la transition et à la transformation socio-économique du pays », a-t-il déclaré. Selon le Premier ministre de la transition, la formation professionnelle constitue un levier important pour le développement socio-économique de notre pays, la doter d’outils de gestion efficients et efficaces permettra de favoriser son développement, de valoriser les sortants des différents dispositifs de formation et garantir leur insertion sur le marché de travail.

Bintou COULIBALY

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Mots-clés : menunav