Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Formation des Autorités intérimaires et des collèges transitoires de Tombouctou et de Taoudénit : Le CFCT joue sa partition

samedi 20 mai 2017

« La mise en place des Autorités intérimaires et Collèges transitoires est incontestablement une étape majeure du processus de mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation au Mali », la déclaration a été faite le 19 mai 2017, par Alhassane Ag Ahmed MOUSSA, ministre de la décentralisation et de la Fiscalité locale. C’était lors de la clôture de la formation des Autorités intérimaires et collèges transitoires au Centre de formation des collectivités territoriales (CFCT) du Mali.

Du 16 au 18 mai 2017, le Centre de formation des collectivités territoriales du Mali, a initié une formation à l’intention des membres des Autorités intérimaires et Collèges transitoires des régions de Tombouctou et de Taoudénit.

La formation avait pour objectif général de présenter et de partager les quatre modules retenus dans le cadre de l’accompagnement et de l’installation des Autorités Intérimaires et des Collèges Transitoires. Elle visait en outre de mettre à la disposition des membres des Autorités intérimaires et des collèges transitoires les outils nécessaires à leurs missions.

Plus spécifiquement, la formation de trois jours a permis d’informer et de sensibiliser les membres participants des Autorités Intérimaires et des Collèges Transitoires de Tombouctou et de Taoudénit sur les règles et principes d’organisation et de fonctionnement des collectivités territoriales Régions ; leurs rôles en matière de maitrise d’ouvrage du développement régional ; et la gouvernance sécuritaire.

A cet effet, des modules ont été enseignés. Ce sont : organisation et fonctionnement des collectivités territoriales, gouvernance des collèges transitoires et des Autorités intérimaires, procédures de passation des marchés publics des collectivités territoriales, gestion budgétaire et comptable des collectivités territoriales, contrôle de l’action des Autorités intérimaires et Collèges transitoires.

La formation a enregistré la participation des 28 membres des Autorités Intérimaires et Collèges Transitoires des régions de Tombouctou et Taoudénit et 8 conseillers spéciaux des Gouverneurs des Régions concernées, soit au total 36 participants. Elle a aussi enregistré la participation des représentants d’un certain nombre de structures à titre d’experts formateurs et/ou de personnes ressources. Ce sont : Le Ministère de l’Administration Territoriale, de la Décentralisation et de la Réforme de l’Etat, la Direction Générale des Collectivités Territoriales, la Direction Générale de l’Administration du Territoire, le Centre de Formation des Collectivités Territoriales, l’Agence Nationale d’Investissement des Collectivités Territoriales, l’Inspection de l’Intérieur, la Cellule d’Appui à la Déconcentration-Décentralisation du MATDRE et les partenaires techniques et financiers (PADRE/GIZ et MINUSMA).

A l’issue des travaux, les membres des Autorités intérimaires et Collèges transitoires, ont formulé plusieurs recommandations, notamment l’appui des autorités intérimaires à l’élaboration des plans d’urgence, la prise à l’avenir des dispositions en vue de motiver les interprètes, l’élaboration d’un module en rapport avec les fonctions des conseillers spéciaux, la spécification de la fonction des conseillers spéciaux, l’implication des conseillers spéciaux dans les activités de DDR et de CVJR, la traduction des modules en arabe et tamasheq, l’illustration des modules par des cas concrets en vue de faciliter la compréhension.

« Je voudrais relever que cette session de formation a constitué un espace d’échange pluriel, un cadre d’acquisition de savoir et de savoir-faire sur des thématiques importantes », a indiqué le ministre de la Décentralisation et de la fiscalité locale. Il a invité les membres des Autorités intérimaires et Collèges transitoires, à instaurer des espaces de concertations et à créer des dynamiques d’acteurs, en vue d’élaborer des programmes, pour réussir leurs missions de contribution à réduire la pauvreté et à créer les bases d’un développement local.

Assane Koné

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Projet de loi d’entente nationale : « Une menace pour la paix,… »

Quarante sept organisations de défense de droits humains dénoncent le projet de loi d’entente nationale. Elles considèrent le document comme « une menace pour la paix, la réconciliation et les droits des victimes au Mali ». Lisez l’intégralité du communiqué

COFOP : « La tentative… de prorogation du mandat des députés, constitue une violation…de notre Constitution »

« La tentative solitaire et méprisante de prorogation du mandat des députés, constitue une violation majeure de notre Constitution et entame de manière significative la démocratie et la crédibilité de notre pays », indique la Coalition des forces patriotiques

Plan International : « Le harcèlement sexuel est le plus grand danger auquel les filles sont confrontées dans les villes du monde entier »

(LONDRES) : Le harcèlement sexuel présente un risque majeur pour la sécurité des filles et des jeunes femmes dans le monde, selon une enquête réalisée auprès d’experts mondiaux dans 22 villes publiée aujourd’hui par Plan International, l’organisation œuvrant en