Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Financement de la culture africaine : Le Fonds africain pour la culture, expliqué aux artistes maliens

dimanche 15 juillet 2018

A la faveur des Rencontres artistiques de l’Association Anw-Ko’Art, le Fonds africain pour la culture a été présenté aux artistes maliens par son tout nouveau administrateur.

Juriste et ingénieur culturel de formation, non moins entrepreneur culturel, Jean Luc est actuellement le trésorier de Artériel Network. Et, à ce titre, il est l’administrateur du Fonds africain pour la culture. Le 12 juillet 2018, il a déclaré à Anw-Ko’Art que le Fonds africain pour la culture est né de la volonté d’artistes africains. Selon lui, c’est partant du constat que les fonds extérieurs pour le financement de la culture en Afrique, s’amenuisent et devient difficile d’accès, que des artistes africains ont décidé de prendre leurs destins en main. « L’objectif, c’est d’aller vers une certaine indépendance », a-t-il déclaré. Avant d’ajouter que le fonds se veut, un fonds par les africains et pour les africains.

Il a salué l’esprit d’ouverture de certains artistes maliens, dont Abdoulaye Konaté. Selon lui, à la réunion de création du fonds, Abdoulaye Konaté a posé un acte qui a été le facteur déclencheur de la mobilisation de ressources. « Si nous voulons être autonome, il faut qu’on s’engage. Et, pour cela, je vous offre ma toile d’une valeur de 20 000 euro », a-t-il rappelé les propos de Abdoulaye Konaté.

Il a indiqué qu’aujourd’hui, le Fonds a plus de 100 donateurs africains, du continent et de la diaspora. Il a salué les autorités maliennes pour leur engagement à faciliter la création du Fonds et son installation à Bamako, à travers un accord de siège.

« Mon rôle, c’est d’entretenir la flamme et de rendre opérationnel le Fonds », a-t-il déclaré. Avant d’annoncer que le Fonds sera inclusif, parce qu’il vise à appuyer toutes les disciplines artistiques, notamment dans la formation/renforcement de capacité, la création/production, le marché et l’entreprenariat culturel.

« Les premiers appels seront lancés à partir de la fin Août 2018 et les premiers décaissements se feront en fin décembre 2018 », a-t-il conclu.

Assane Koné

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Plan International : « Le harcèlement sexuel est le plus grand danger auquel les filles sont confrontées dans les villes du monde entier »

(LONDRES) : Le harcèlement sexuel présente un risque majeur pour la sécurité des filles et des jeunes femmes dans le monde, selon une enquête réalisée auprès d’experts mondiaux dans 22 villes publiée aujourd’hui par Plan International, l’organisation œuvrant en

Paix et réconciliation au Mali : La Plateforme des femmes leaders joue sa partition

La Plateforme des femmes leaders au Mali a tenu le vendredi 31 août 2018 un point de presse dans la salle de conférence du Centre national de documentation et d’information sur la femme et l’enfant (CNDIFE). Lors de ce point de presse un communiqué a été lu

Travaux de réaménagement de la nouvelle Agence de Lafiabougou : La BDM-SA lance un Appel d’offres

La Banque de Développement du Mali lance un Appel d’Offres Ouvert entre des entreprises en règle vis-à-vis de la législation malienne pour la réalisation des travaux de réaménagement de la nouvelle Agence de Lafiabougou. Lisez l’avis d’Appel d’offres ouvert !