Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Financement de l’hygiène et l’assainissement : Des journalistes et des acteurs de la société civile initiés au suivi budgétaire

lundi 4 février 2019

Amener des journalistes et des acteurs de la société civile à contribuer à sensibiliser les décideurs pour un meilleur financement de l’hygiène et l’assainissement sur la base des données budgétaires. Tel a été l’objectif d’un atelier organisé le 23 janvier 2019, à la Maison du Partenariat Bamako-Angers, par e CN-CIEPA, en partenariat avec l’ONG WaterAid.

« Nous avons initié cet atelier pour informer les journalistes et des acteurs de la société civile sur le concept et les étapes du suivi budgétaire des parts de budgets d’Etat et d’investissements consacrées à l’assainissement », a indiqué Dounatié Dao, Président de la CN-CIEPA. Il a ajouté que cet atelier devra aider les participants à comprendre les structures cibles et les outils de suivi budgétaire des fonds alloués à l’assainissement et à se donner un mini plan d’actions de suivi budgétaire des fonds alloués à l’assainissement.

En réalité, cette initiative du CN-CIEPA entre dans le cadre d’un projet de plaidoyer exécuter avec l’appui de WaterAid et qui vise une priorisation de l’assainissement par les décideurs publics. Selon Dounatié Dao, l’objectif recherché par le plaidoyer est de parvenir à l’augmentation annuelle du budget pour l’assainissement. Plus précis, il dira qu’ils veulent amener le gouvernement malien à adopter les cibles et les indicateurs des objectifs 6.2 et 6.3 des ODD dans ses stratégies et politiques nationales. « Si nous parvenons à intégrer l’EPHA dans le développement durable, les programmes de santé mondiaux, et les politiques au niveau national et local, nous aurons atteint notre but dans cette campagne », a-t-il déclaré.

En effet, il dira que le Mali, à l’instar de nombreux pays en développement, connait des problèmes quant à l’accès des populations en général et celles vivant dans la campagne en particulier, à l’eau potable et à un assainissement adéquat. Dounatié Dao a rappelé qu’en 2014 les principaux acteurs finançant le secteur selon le rapport Trackfin sont les usagers à hauteur de 37%, les partenaires techniques et financiers qui représentent 36%, le Gouvernement à 23% et les ONG ne représentent que 4%.

Pour améliorer cette situation, il a annoncé que lors des engagements pris en 2014 à la réunion de haut niveau sur l’initiative Assainissement et eau pour tous (SWA), le gouvernement du Mali s’est engagé à allouer, à partir de 2015, au moins 5% du budget national à l’Assainissement et à l’Eau, à un moment où cette allocation était à 1,22% en 2014. Dounatié Dao a ensuite rappelé que la vision formulée par les ministres Africains en charge de l’hygiène et l’assainissement lors de la conférence AfricaSan4 tenue à Dakar (Sénégal) en 2015 prévoit de « Réaliser un accès universel aux services appropriés et durables d’hygiène et d’assainissement et mettre fin à la défécation à l’air libre d’ici 2030. A cet effet, il dira que les Etats ont été invités à respecter un certain nombre d’engagements.

Il a indiqué la mise de l’accent sur les plus pauvres, les plus marginalisées et sur les personnes n’ayant pas accès aux services d’hygiène et d’assainissement, dans le but de réduire progressivement les inégalités d’accès aux services AEPHA et à mettre en œuvre des stratégies locales et nationales mettant l’accent sur l’équité et la durabilité. Il a aussi annoncer la mobilisation des soutiens et ressources au niveau politique le plus élevé pour l’hygiène et l’assainissement afin de prioriser l’hygiène et l’assainissement dans les plans nationaux de développement. Enfin, il a prôné le suivi des lignes budgétaires dédiées à l’hygiène et l’assainissement qui augmentent annuellement afin d’atteindre l’objectif minimum de 0,5% du PIB d’ici 2020.

« Et, c’est pour se donner les moyens de suivre l’évolution de la mise en œuvre de ses engagements et de disposer de plus de moyens de sensibilisation des décideurs pour un meilleur financement de l’hygiène et l’assainissement, que la CN CIEPA a entrepris d’organiser cet atelier de formation des journalistes et OSC sur le suivi budgétaire national », a indiqué Dounatié Dao.

Sous la direction du facilitateur Bassidi Diabaté du Groupe de Suivi budgétaire, les participants, après avoir pris connaissance du concept et des étapes du suivi budgétaire des parts de budgets d’Etat et d’investissements consacrées à l’assainissement et compris les outils de suivi budgétaire des fonds alloués à l’assainissement , ont élaboré un mini plan d’actions de suivi budgétaire des fonds alloués à l’assainissement.

Assane Koné

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Vœux de nouvel AN 2019/ Aliou DIALLO, Président d’honneur de l’ADP-Maliba « Mettre le Mali au-dessus de tout »

« …Les réformes territoriales, administratives et politiques seront au cœur de l’agenda politique national. Si ces changements dans le fonctionnement, l’organisation et l’administration de l’état sont le seul fait de l’actuelle majorité au pouvoir, cela

EDUCATION SEXUELLE AU MALI : « Le… FARE condamne la méthode… du gouvernement sur un sujet aussi délicat et sensible… »

« Le parti FARE condamne la méthode d’approche du gouvernement sur un sujet aussi délicat et sensible que celui-ci », indique un Communiqué du Parti FARE. Le parti FARE est vivement préoccupé par la tension sociale provoquée par le projet de manuel d’éducation

Agression du Journaliste Elhadji Hamidou Touré : Les Associations Faitières des journalistes réclament justice

« Cet incident intervient après de nombreuses agressions physiques et verbales à l’encontre des hommes de medias, s’ajoutant à la disparition depuis trois ans du confrère Birama Touré qui reste sans suite », indique la déclaration publiée. Lisez ! Déclaration de