Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Festival Théâtre des réalités 2016 : A la découverte de Ousseni Nikiéma, conteur autodidacte Burkinabé

mardi 20 décembre 2016

Un récit de faits, le conte porte une attention sur la réalité par le biais du merveilleux ou du fantastique. Il est généralement destiné à distraire, à instruire en amusant. C’est conscient de cela que les organisateurs du festival théâtre des réalités ont réservé une place importante à la narration des contes. Nous vous présentons Ousseni Nikiema, conteur et écrivain burkinabé.

Ecrivain, conteur et auteur autodidacte, Ousseni Nikiema est aussi le président de l’association « Burkina lecture ». Il a à son actif Cinq (5) livres : le conte dunia 1 et 2, l’honneur du Buudu, l’age d’or et pulongo. Ses contes véhiculent des messages de paix, la gestion du conflit, l’éveil de conscience.

Nikiema est à sa deuxième participation au festival du théâtre des réalités. Il est accompagné de David Zoungrana, un artiste musicien et membre du groupe négroïde. Tous les deux, ils forment une équipe bien soudée susceptible d’émerveiller l’assistance.

Au départ, il était écrivain, c’est en 2009 tout à commencer quand il est parti dans son village, ses grands parents et oncles lui racontaient des histoires. « Du coup, j’ai nourri une véritable passion pour le conte. J’ai donc commencé à écrire des contes et des théâtres, ils m’ont donc mis en confiance. Je me suis lancé dans ce secteur de la culture », s’est-t-il souvenu.

Concernant sa source d’inspiration, Nikiema souligne qu’en tant qu’être tout l’inspire. « Un artiste est quelqu’un qui a plusieurs antennes, une phrase, un événement, un fait peuvent m’inspirer à créer un conte », a-t-il déclaré.

Avènement de l’ère numérique et la modernité, le conte a tendance à se résorber petit à petit. Il a reconnu que la technologie tue un peu les contes sous l’arbre à palabre.

Néanmoins, il dira que « lorsque l’on vous donne une calebasse de citron, ajoute du miel pour en faire de la limonade », a-t-il paraphrasé un adage africain pour ainsi interpeller les uns et les autres à y jouer leurs rôles. « C’est à nous maintenant d’utiliser la technologie pour faire la promotion de nos contes. Et ce que nous faisons à ce festival en créant un spectacle des contes. Les gens viennent se distraire et apprendre quelques choses », a-t-il suggéré.

Depuis 2011, ils participent, en tant que conteur, à plusieurs événements au Burkina-Faso et également à plusieurs festivals dans la sous région.

Moussa Mallé SISSOKO, envoyé spécial

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Vœux de nouvel AN 2019/ Aliou DIALLO, Président d’honneur de l’ADP-Maliba « Mettre le Mali au-dessus de tout »

« …Les réformes territoriales, administratives et politiques seront au cœur de l’agenda politique national. Si ces changements dans le fonctionnement, l’organisation et l’administration de l’état sont le seul fait de l’actuelle majorité au pouvoir, cela

EDUCATION SEXUELLE AU MALI : « Le… FARE condamne la méthode… du gouvernement sur un sujet aussi délicat et sensible… »

« Le parti FARE condamne la méthode d’approche du gouvernement sur un sujet aussi délicat et sensible que celui-ci », indique un Communiqué du Parti FARE. Le parti FARE est vivement préoccupé par la tension sociale provoquée par le projet de manuel d’éducation

Agression du Journaliste Elhadji Hamidou Touré : Les Associations Faitières des journalistes réclament justice

« Cet incident intervient après de nombreuses agressions physiques et verbales à l’encontre des hommes de medias, s’ajoutant à la disparition depuis trois ans du confrère Birama Touré qui reste sans suite », indique la déclaration publiée. Lisez ! Déclaration de