Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Faiva : c’est parti pour la 8ème édition qui explore le thème « Traces »

jeudi 10 janvier 2019

Placée sous le thème « Traces », la 8ème édition du Festival africain d’images virtuelles artistiques (FAIVA) a démarré ses activités le 10 janvier 2019 au Stade Chaba de Lafiabougou, en Commune Iv du District de Bamako. La cérémonie d’ouverture était présidée par Andogoly Guindo, secrétaire général du ministère de la culture.

Du 10 au 13 janvier 2018, la ville de Bamako, en tout cas pour ce qui concerne la Commune Iv du District, vibrera au rythme de la 8ème édition du FAIVA. Déjà le ton a été donné le 10 janvier 2018, lors de la cérémonie d’ouverture qui a enregistré la participation de plusieurs personnalités, dont l’ancien ministre de la culture, Cheick Oumar Sissoko, actuel secrétaire général de la Fédération panafricaine des cinéastes (FEPACI).

Pour cette cérémonie d’ouverture, en plus du vernissage de l’exposition, les festivaliers ont pu apprécier des prestations d’artistes, et non des moindres. Awa Maïga, ce talent de la musique malienne qui se confirme de jour en jour, a rivalisé d’ardeur avec Petit Goro, le porte étendard de la musique dogon, pour annoncer les couleurs de la 8ème édition du Festival africain d’images virtuelles artistiques. Parallèlement à leur prestation, le public qui a fait le déplacement a aussi apprécié et salué la prestation des marionnettes de la Troupe « Nama », qui a repris dans son intégralité, sa célèbre représentation intitulée « l’Amitié », avec laquelle, elle a remporté la médaille de bronze aux jeux de la francophonie de 2017 à Abidjan.

Très heureux d’abriter les différentes éditions du FAIVA qui contribue à l’animation culturelle de la Commune IV, le représentant du Maire a salué l’organisation de cette manifestation. Selon lui, d’année en année, les organisateurs du FAIVA redoublent d’ingéniosité et d’initiatives, pour proposer une rencontre culturelle, qui prend toujours l’allure d’un dialogue entre les différentes cultures et les différentes populations du pays.

Pour sa part, en sa qualité de Directeur du Centre soleil d’Afrique, initiateur de cette manifestation, Hama Goro a fait l’historique de cette manifestation. Il dira que c’est dans son engagement à promouvoir les arts plastiques au Mali, que le Centre Soleil d’Afrique après plusieurs réflexions sur les stratégies de promotion et de valorisation des arts visuels comme moyen d’expression artistique, a initié le Festival Africain d’Images Virtuelles Artistiques (FAIVA).

Selon lui, pour sa 8ème édition, le centre soleil d’Afrique a invité les artistes à réfléchir à une citation de Amadou Hampaté Bâ. « Pour cette 8ème édition du Festival Africain d’Images Virtuelles Artistiques (FAIVA) intitulé TRACES, nous avons invité les artistes à réfléchir sur cette citation de l’écrivain malien Amadou Hampaté Bâ : ‘’Quand il arrive dans un endroit, le caméléon prend la couleur du lieu. Ce n’est pas de l’hypocrisie ; c’est d’abord la tolérance, et puis le savoir-vivre. Se heurter les uns les autres n’arrange rien. Jamais on n’a rien construit dans la bagarre. La bagarre détruit. Donc la mutuelle compréhension est un grand devoir. Il faudrait toujours chercher à comprendre notre prochain. Si nous existons, il faut admettre que, lui aussi, il existe’’ », a déclaré Hama Goro.

Conformément à son esprit d’espace de dialogue et d’échanges entre artistes maliens et leurs confrères du monde entier, Hama Goro dira que dans le cadre de l’édition de cette année, le Centre soleil d’Afrique a organisé deux ateliers : un atelier de création numérique sur « la réalité augmentée » et un autre atelier dans 4 écoles de la Commune 4 du District de Bamako, dans un démarche pédagogique, auprès des enfants, qui sont les citoyens de demain. « Nous avons voulu sensibiliser nos enfants à la chose artistiques en les amenant à comprendre que l’art est un moyen de communication », a-t-il conclu.

En sa qualité de représentant du Ministre de la Culture, le secrétaire général Andogoly Guindo, a rappelé que le FAIVA s’inscrit en droite ligne de la politique culturelle du Mali qui vise la promotion et la protection de nos identités culturelles. Et, pour cela, il a assuré les organisateurs de tout le soutien du ministère de la culture. Avant de souhaiter plein succès à l’édition de cette année.

Assane Koné

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.