Version imprimable de cet article Version imprimable | |

FRONT SOCIAL : Les DAF, DFM et DRH de la Primature et des ministères menacent de débrayer

mardi 16 octobre 2018

Le mercredi 10 octobre, a eu lieu, à la Bourse du travail, une conférence de presse des comités syndicaux des DAF, DRH, DFM de la Primature et de certains départements ministériels. Ils dénoncent des situations d’injustice et menacent de débrayer.

Les conférenciers annoncent une grève programmée pour les 15 et 16 octobre. Issa Sinayoko, Coordinateur principal, confie aux hommes de médias que l’ensemble des travailleurs, de ces différents services, souffrent de favoritisme dans leur travail. Il précise que la situation s’est aggravée par deux décrets en date du 5 juillet 2018, qui accordent des primes à certains services. Notamment les services du ministère des Finances.

Il ajoute que c’est pourquoi ils ont décidé de partir en grève car pour eux, ils constituent les acteurs principaux quant à l’exécution du budget. Malheureusement, dit-il, ils sont marginalisés. Le conférencier estime qu’après l’annonce des primes dans le décret n°741, le ministre en charge de la Fonction publique a créé une injustice en initiant un décret uniquement pour le personnel du ministère de la Fonction publique. Cela a été un choc pour les autres, car pour eux ils sont tous fonctionnaires avec le même statut.

Le secrétaire principal de la coordination souligne que toutes les Conventions signées par le Mali, précisément la Convention 87, ratifiée le 22 septembre 1960, condamnent la ségrégation et l’injustice dans le traitement des travailleurs. Dans ce cas, il pense qu’ils ont été oubliés ; d’où leur combat pour demander aux autorités de rectifier l’erreur qui a été commise.

Sinayoko ajoute qu’ils ont saisi la ministre de la Fonction publique de la question et qu’à ce jour, il n’y a eu aucune réponse. Le syndicaliste pense que cela est un abus administratif, car chaque citoyen malien a droit à une réponse après avoir saisi un ministère.

Pour se faire entendre, les DAF, les DRH, les DFM de la Primature et des ministères concernés ont déposé un préavis de grève qui est programmée pour les 15 et 16 octobre. Depuis son dépôt sur la table du gouvernement, il y a de cela 10 jours, il n’y a pas eu de réponse. Pour ces différentes raisons, les syndicats décident de prendre l’opinion nationale à témoin pour prouver leur dévouement dans le travail.

A titre de rappel, les syndicats réclament les points suivants : mettre les travailleurs du Plan au même titre que les CPS (Cellules de planification et de statistique), car ils font le même travail ; donner les mêmes primes aux DRH et DAF que celles des contrôleurs financiers et du budget ; donner les mêmes primes aux DRH (direction des ressources humaine) que celles des travailleurs de la Fonction publique.

Sanata GOITA (Stagiaire)
Azalaï Express

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Projet de loi d’entente nationale : « Une menace pour la paix,… »

Quarante sept organisations de défense de droits humains dénoncent le projet de loi d’entente nationale. Elles considèrent le document comme « une menace pour la paix, la réconciliation et les droits des victimes au Mali ». Lisez l’intégralité du communiqué

COFOP : « La tentative… de prorogation du mandat des députés, constitue une violation…de notre Constitution »

« La tentative solitaire et méprisante de prorogation du mandat des députés, constitue une violation majeure de notre Constitution et entame de manière significative la démocratie et la crédibilité de notre pays », indique la Coalition des forces patriotiques

Plan International : « Le harcèlement sexuel est le plus grand danger auquel les filles sont confrontées dans les villes du monde entier »

(LONDRES) : Le harcèlement sexuel présente un risque majeur pour la sécurité des filles et des jeunes femmes dans le monde, selon une enquête réalisée auprès d’experts mondiaux dans 22 villes publiée aujourd’hui par Plan International, l’organisation œuvrant en