Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Expulsion des immigrés maliens de l’Allemagne : L’AME dénonce l’Ambassade du Mali à Berlin

mercredi 26 mars 2014

Dans une déclaration en date du 21 mars 2014, Ousmane Diarra, Président de l’Association malienne des expulsés (AME), dénonce l’Ambassade du Mali à Berlin pour avoir facilité l’expulsion des Maliens sans papiers vers le pays d’origine.

« L’AME déclare sa vive préoccupation concernant les informations sur les possibilités offertes par l’Ambassade du Mali à Berlin (Allemagne) pour faciliter l’expulsion des Maliens sans- papiers vers le pays d’origine », indique Ousmane Diarra dans sa déclaration. Selon lui, « le volontariat du retour ne doit pas être abusé par la non-assistance consulaire refusée aux immigrés Maliens en raison de leur situation irrégulière ». Mieux, il estime que « l’irrégularité administrative ne dépouille pas l’individu migrant de ses droits inaliénables ». Pour cela au nom des militants de l’AME, Ousmane Diarra a exprimé son inquiétude à la faveur des déclarations issues des échanges entre les compatriotes et Mme l’Ambassadeur ; sur l’efficacité d’un programme de retour à 800 euros qui ne correspondent pas aux attentes et besoins des personnes concernées. Et, pour éviter des difficultés à nos compatriotes, « le Bureau National de l’AME appelle les Autorités Maliennes à mieux appréhender les divers impacts d’un tel dispositif non- incitatif dans ses finalités car les immigrés ne perçoivent que la rupture du projet migratoire au lieu d’une amélioration de leur situation dans le pays d’accueil ». Après avoir félicité les organisations militantes luttant pour la cause des travailleurs immigrés Maliens, l’AME membre du réseau INTERACT, a déclaré qu’elle soutien la manifestation organisée par les activistes devant l’Ambassade du Mali à Berlin le 13 Mars 2014. Et comme cette manifestation n’a pas suffit à faire prendre conscience aux autorités maliennes, l’AME et la Section Mali INTERACT appellent collectivement toutes les organisations de défense des droits humains et militants de la liberté de circuler à se mobiliser contre les formes d’expulsion déguisée sous les termes de l’aide au développement et qui se retrouvent dans le type d’accord bilatéral de gestion concertée des flux en question. « Les expulsés, refoulés et migrants de retour au Mali sont solidaires de toutes les initiatives militantes qui permettent de dénoncer les pratiques de rétention, d’expulsion ou de refoulement des migrants », a indiqué Ousmane Diarra. « Nous disons Non aux expulsions ; oui à la Justice Sociale et au Développement équitable entre l’Afrique et l’Europe », a-t-il conclu.

Assane Koné

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Mots-clés : menunav