Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Entrée en vigueur des laissez-passer européens : Le gouvernement malien refuse l’accès du territoire malien à deux expulsés de l’Europe et les renvoie à l’envoyeur

jeudi 29 décembre 2016

« Le gouvernement de la République du Mali, invite …les compagnies aériennes à ne pas admettre à bord de leurs avions à destination du Mali les personnes détentrices du laissez-passer européen sous peine de reconduite aux frontières par les mêmes vols ». Telle est la substance d’un communiqué du Gouvernement de la République du Mali, publié le 29 décembre 2016, pour porter à la connaissance de l’opinion nationale et internationale que « Deux personnes, détentrices de laissez-passer européens sont arrivés à Bamako par les vols Aigle Azur ZI 521 et Air France AF 386, le mercredi 28 décembre 2016, aux environs de 20 heures. Pour convaincre son peuple qu’aucun accord n’a été signé entre le Mali et l’Union européenne, le Gouvernement malien est dans l’obligation de donner des preuves. Et, l’acte posé par les services de sécurité dans la nuit du mercredi 28 décembre 2016, peut être considéré comme un début de preuves.

Le Communiqué a indiqué que « Les services maliens de sécurité ont pris à leur encontre des mesures de reconduite aux frontières ». Et de préciser qu’ « elles ont, par conséquent été remises dans les mêmes avions et ont quitté le territoire malien ».

Le communiqué précise que « Le Gouvernement de la République du Mali, de tout temps, a clairement indiqué à nos partenaires européens, son opposition à l’usage de laissez-passer européens pour expulser nos compatriotes ou des personnes présumés maliennes ». Avant de dire clairement que « cette utilisation de laissez-passer européen est contraire aux conditions internationales et ne permet au Mali ni d’apporter toute l’assistance nécessaire à nos compatriotes, ni d’empêcher l’expulsion vers le Mali de non maliens ni surtout de veiller que nos compatriotes ne soient maltraités, que tous leurs droits soient respectés et leur dignité préservées ».

Menaçant même, le communiqué précise que « le Gouvernement de la République du Mali ne saurait en aucun cas accepter que des personnes, simplement présumées maliennes, puissent être expulsées vers le Mali sur la base d’un tel document ». Avant de préciser à nouveau que seul le passeport ou le laissez-passer malien donne droit à l’accès du territoire malien.

Par conséquent, le gouvernement de la République du Mali, a invité les compagnies aériennes à ne pas admettre à bord de leurs avions à destination du Mali les personnes détentrices du laissez-passer européen sous peine de reconduite aux frontières par les mêmes vols.

Mieux, le communiqué indique « toutes ces dispositions déjà notifiées, seront rappelées à l’ensemble de nos partenaires par les voies appropriées ».

Assane Koné

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Agression du Journaliste Elhadji Hamidou Touré : Les Associations Faitières des journalistes réclament justice

« Cet incident intervient après de nombreuses agressions physiques et verbales à l’encontre des hommes de medias, s’ajoutant à la disparition depuis trois ans du confrère Birama Touré qui reste sans suite », indique la déclaration publiée. Lisez ! Déclaration de

Projet de loi d’entente nationale : « Une menace pour la paix,… »

Quarante sept organisations de défense de droits humains dénoncent le projet de loi d’entente nationale. Elles considèrent le document comme « une menace pour la paix, la réconciliation et les droits des victimes au Mali ». Lisez l’intégralité du communiqué

COFOP : « La tentative… de prorogation du mandat des députés, constitue une violation…de notre Constitution »

« La tentative solitaire et méprisante de prorogation du mandat des députés, constitue une violation majeure de notre Constitution et entame de manière significative la démocratie et la crédibilité de notre pays », indique la Coalition des forces patriotiques