Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Elections communales et régionales : La CMA s’oppose à l’organisation des élections dans les régions de l’Azawad

lundi 30 octobre 2017

« la CMA s’oppose à l’organisation des élections dans les régions de l’Azawad sans une prise en compte des aspects politiques inscrits dans l’Accord pour la paix et la réconciliation, notamment l’opérationnalisation des Autorités Intérimaires, l’organisation du retour des refugiés/déplacés, la révision des listes électorales, la relecture des lois portant libre administration et codes des Collectivités Territoriales et bien d’autres aspects y afférents ». Telle est la substance du Communiqué N°036/2017/ CC -CD –CMA, publié par la cellule de Communication du Comité Directeur de la COORDINATION DES MOUVEMENTS DE L’AZAWAD (CMA). Lisez !

La Coordination des Mouvements de l’Azawad (CMA) informe l’opinion nationale et
Internationale que, depuis le samedi 21 octobre, date de la rencontre des Parties (Gouvernement du Mali, CMA, Plateforme) signataires de l’Accord issu du processus d’Alger en présence des membres de la mission du Conseil de Sécurité de l’ONU à Bamako, avait identifié un ensemble de points prioritaires qui handicapent la mise en œuvre dudit accord.

Ces points ont également été portés le 24 octobre à la dernière session du Comité
de Suivi de l’Accord (CSA) afin de les inscrire dans un chronogramme consensuel
réalisable, qui serait discuté entre les Parties Maliennes.

Au même moment, nous constatons sur le terrain que le gouvernement persiste
dans la logique unilatérale d’organiser les élections communales et régionales en convoquant le collège électoral sans discussions préalables avec les parties signataires.

Au regard de cette situation, la CMA s’oppose à l’organisation des élections dans les
régions de l’Azawad sans une prise en compte des aspects politiques inscrits dans
l’Accord pour la paix et la réconciliation, notamment l’opérationnalisation des Autorités Intérimaires, l’organisation du retour des refugiés/déplacés, la révision des listes électorales, la relecture des lois portant libre administration et codes des Collectivités Territoriales et bien d’autres aspects y afférents.

La CMA demande au Gouvernement du Mali de surseoir à la tenue de ces élections jusqu’à la mise en place des conditions optimales, idoines et transparentes pour la tenue de ce rendez-vous décisif pour l’ensemble des populations et ce, sous l’égide de la Communauté Internationale.

Kidal, le 28 octobre 2017.
Porte Parole
Ilad Ag Mohamed

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Agression du Journaliste Elhadji Hamidou Touré : Les Associations Faitières des journalistes réclament justice

« Cet incident intervient après de nombreuses agressions physiques et verbales à l’encontre des hommes de medias, s’ajoutant à la disparition depuis trois ans du confrère Birama Touré qui reste sans suite », indique la déclaration publiée. Lisez ! Déclaration de

Projet de loi d’entente nationale : « Une menace pour la paix,… »

Quarante sept organisations de défense de droits humains dénoncent le projet de loi d’entente nationale. Elles considèrent le document comme « une menace pour la paix, la réconciliation et les droits des victimes au Mali ». Lisez l’intégralité du communiqué

COFOP : « La tentative… de prorogation du mandat des députés, constitue une violation…de notre Constitution »

« La tentative solitaire et méprisante de prorogation du mandat des députés, constitue une violation majeure de notre Constitution et entame de manière significative la démocratie et la crédibilité de notre pays », indique la Coalition des forces patriotiques