Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Education non formelle : Le Mali compte 4 242 centres pour 71 675 auditeurs

mercredi 21 mars 2018

Le Mali compte 27 47 centres d’alphabétisation fonctionnelle (CAF) fréquentés par 56 163 auditeurs dont 35 227 femmes et animés par 2 500 animateurs dont 948 femmes. Les centres d’éducation pour le développement (CED), sont 1495 dont 837 fonctionnels, pour 15 512 apprenants dont 7 540 filles et animés par 887 éducateurs dont 250 femmes. Ces chiffres ont été révélés par Soumana Kané, directeur général du centre national des ressources de l’éducation non formelle. C’était le jeudi 15 mars 2018, lors de la tenue de la 11ème session ordinaire du conseil d’administration du CNR-ENF.

Les administrateurs du centre national des ressources de l’éducation non formelle (CNR-ENF) étaient réunis le jeudi 15 mars 2018 pour la tenue de la 11ème session ordinaire du conseil d’administration. L’ouverture des travaux de cette 11èmesession a été présidée par Kinane Ag Gadega, secrétaire général du ministère de l’éducation nationale. Elle a enregistré la présence de Soumana Kané, directeur général du centre national des ressources de l’éducation non formelle, ainsi que d’autres acteurs concernés.

L’alphabétisation et l’éducation non formelle (AENF) ont toujours été au cœur des préoccupations du gouvernement malien. En témoignent les différents textes législatifs et juridiques adoptés, à savoir, la politique de l’éducation non formelle en 2017, le document de politique linguistique en 2014, le projet de loi fixant les modalités de promotion et d’officialisation des langues nationales en 2016 et le décret fixant les modalités d’organisation et de fonctionnement des structures de l’éducation non formelle en 2017.

Aux dires du secrétaire général du ministère de l’éducation nationale, une telle attention s’explique par le fait que l’alphabétisation et l’éducation non formelle constituent par excellence la clé du développement, car il s’agit de l’éducation et de la formation de la plus grande frange de notre population. Il dira que c’est dans ce cadre que le programme vigoureux d’alphabétisation (PVA), a été lancé par le gouvernement et mis en œuvre depuis 2009.

Malgré de nombreux résultats satisfaisants obtenus dans le cadre de la mise en œuvre du PVA, selon lui, force est de reconnaitre que le défi qui reste à relever est encore très important, au regard des finalités assignées au sous-secteur de l’AENF et des nouvelles exigences de l’heure.

« La vision actuelle du gouvernement en matière d’alphabétisation et d’éducation non formelle est désormais de lier l’alphabétisation aux activités génératrices de revenus (AGR) », a déclaré Kinane Ag. Il s’agit d’accorder plus d’importance à l’alphabétisation, conformément aux engagements pris par la communauté internationale dans le plan d’actions de l’éducation d’ici à 2030 adopté par les Nations Unies, à savoir « un monde libre d’analphabétisme », dans le cadre des objectifs du développement durable (ODD) auquel le Mali a souscrit. Il a ajouté que l’objectif n04 des ODD, qui est relatif à l’éducation, vise, entre autres, à permettre à environ 150 millions de jeunes âgés de 15 à 24 ans, dont plus de 5 millions aux Mali, d’accéder à des programmes d’alphabétisation de qualité afin d’être capable non seulement de lire, d’écrire et de compter, mais aussi et surtout d’acquérir des compétences de vie courante (CVC) en lien avec les activités économiques du milieu.

Au cours de cette 11ème session du conseil d’administration du CNR-ENF les administrateurs ont examiné et adopté le procès-verbal de la dixième session du conseil d’administration, de faire le point d’exécution des recommandations de la 10ème session, ont examiné et approuvé le rapport d’activités de 2016-2017, examiné et approuvé le programme d’activités 2017-2018, examiné et approuvé le budget prévisionnel 2017.

Le secrétaire général a estimé que l’atteinte des objectifs du département, conforment au nouveau cadre d’actions en matière d’alphabétisation et d’éducation non formelle passe nécessairement par une grande synergie d’effort entre toutes les structures concernées. Avant de rappeler aux administrations que leurs recommandations et orientations sont importantes pour la mise en œuvre du nouveau cadre d’actions.

Pour Soumana Kané, directeur général du CNR-ENF, beaucoup reste à faire et à parfaire au regard des objectifs et des difficultés de l’éducation non formelle. C’est pourquoi nous plaçons notre temps à la tête de notre structure sous le signe de la consolidation des acquis du CNR-ENF. « Nous voudrions concentrer notre énergie pour améliorer l’ancien afin de créer le nouveau », a-t-il déclaré.

En ce qui concerne les statistiques du suivi de la mise en œuvre de la campagne 2016-2017, selon le directeur général du CNR-ENF la situation des centres non formelle est établie. Il a indiqué que la situation de l’ensemble des centres d’éducation non formelle a été faite. Il s’agit : des centres d’alphabétisation fonctionnelle (CAF) : 27 47 CAF ont été ouvert dont 2500 CAF PVA fonctionnels et 247 CAF ONG, fréquentés par 56 163 auditeurs dont 20 936 hommes et 35 227 femmes, animés par 2 500 animateurs dont 948 femmes. Il a ajouté que le nombre de néo-alphabètes est de 21 875 enregistrés dont 13 325 femmes.

Pour la situation des centres d’éducation pour le développement (CED) : 1495 CED dont 837 fonctionnels, fréquentés par 15 512 apprenants dont 7 972 garçons et 7 540 filles, animés par 887 éducateurs dont 250 femmes. A ce niveau, il dira que le nombre de finalistes enregistrés est 5 807 dont 3307 filles. Il a indiqué que la situation des centres d’apprentissage féminins (CAFé) et du centre d’éducation pour l’intégration (CEI) est de 94,44%. Le directeur général n’a pas oublié de signaler que seule l’AE de Kidal n’a pas été touchée par cette activité pour des raisons sécuritaires.

Bintou COULIBALY

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Plan International : « Le harcèlement sexuel est le plus grand danger auquel les filles sont confrontées dans les villes du monde entier »

(LONDRES) : Le harcèlement sexuel présente un risque majeur pour la sécurité des filles et des jeunes femmes dans le monde, selon une enquête réalisée auprès d’experts mondiaux dans 22 villes publiée aujourd’hui par Plan International, l’organisation œuvrant en

Paix et réconciliation au Mali : La Plateforme des femmes leaders joue sa partition

La Plateforme des femmes leaders au Mali a tenu le vendredi 31 août 2018 un point de presse dans la salle de conférence du Centre national de documentation et d’information sur la femme et l’enfant (CNDIFE). Lors de ce point de presse un communiqué a été lu

Travaux de réaménagement de la nouvelle Agence de Lafiabougou : La BDM-SA lance un Appel d’offres

La Banque de Développement du Mali lance un Appel d’Offres Ouvert entre des entreprises en règle vis-à-vis de la législation malienne pour la réalisation des travaux de réaménagement de la nouvelle Agence de Lafiabougou. Lisez l’avis d’Appel d’offres ouvert !