Version imprimable de cet article Version imprimable | |

Dr Diakalia Koné, Directeur CPS éducation : « Sur 164 117 candidats admis 152 000 élèves réguliers ont été orientés »

mercredi 31 octobre 2018

Après beaucoup d’encre et de salives les élèves titulaires du DEF de la session de juin 2018, ont été finalement orientés. Le 30n octobre 2018, la liste des élèves orientés a été publiée sur le site web du ministère de l’éducation : www.education.gov.ml. Mais, auparavant, Dr Diakalia koné, Directeur de la CPS du ministère de l’éducation, était intervenu chez notre confrère L’ESSOR, pour donner des détails sur le processus d’orientation de cette année.

Selon Dr Diakalia Koné, un certains nombre de critères ont été identifiés pour les orientations de cette année. Ce sont : le critère d’âge, le critère de la scolarité au second cycle, et l’enveloppe financière allouée aux frais scolaires.

Sur la base de ces critères, il dira qu’il a été décidé d’orienter les élèves âgés de 11 à 17 ans dans les lycées et ceux âgés de 18 à 20 ans dans les écoles professionnelles. Mais, en tout, il dira que ce sont 152 000 élèves réguliers qui ont été orientés sur les 164 117 admis au DEF en 2018.

A croire, le directeur général de la Cellule de planification des statistiques du secteur de l’éducation, ce sont 38 milliards de FCFA qui avait été prévus pour les orientations, mais, au finish, il se trouve qu’il y a eu beaucoup plus d’admis et il qu’il fallait mobiliser 10 milliards de FCFA en plus. Selon lui 48 milliards de FCFA étaient un peu trop pour le budget national. Et, il a laissé entendre que la solution a été d’orienter le gros lot des admis dans les établissements publics. « De telle sorte que les 17 ans qui avaient été orientés dans les établissements professionnels se sont retrouvés au lycée », a-t-il indiqué. Et de rappeler que le coût de formation d’un élève agropastoral est plus élevé qu’un élève du Lycée (317 000 contre 126 000 FCA par an).

Il a demandé également aux responsables scolaires et de l’Association des élèves et étudiants du Mali de prendre des mesures adéquats afin de comprendre le processus d’orientation.

L’AEEM avait fait la grève le Vendredi passé pour 72 heures à cause de la non orientation des élèves de la 9ème ayant eu le DEF à temps ainsi que l’absence de fournitures scolaires dans certains établissements. Le bureau de Coordination de l’AEEM a ajouté qu’il est prêt à revendiquer auprès des Autorités compétentes l’égalité de droit à l’éducation pour tous les enfants de ce pays.

Mohamed Camara
Stagiaire}

Assane Koné

Assane Koné est juriste de formation. Journaliste depuis bientôt 20 ans, il traite plusieurs questions, notamment l’actualité, la politique et le social. Mais, il est aussi journaliste culturel.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  • Mots-clés : menunav

Les Plus lus

Projet de loi d’entente nationale : « Une menace pour la paix,… »

Quarante sept organisations de défense de droits humains dénoncent le projet de loi d’entente nationale. Elles considèrent le document comme « une menace pour la paix, la réconciliation et les droits des victimes au Mali ». Lisez l’intégralité du communiqué

COFOP : « La tentative… de prorogation du mandat des députés, constitue une violation…de notre Constitution »

« La tentative solitaire et méprisante de prorogation du mandat des députés, constitue une violation majeure de notre Constitution et entame de manière significative la démocratie et la crédibilité de notre pays », indique la Coalition des forces patriotiques

Plan International : « Le harcèlement sexuel est le plus grand danger auquel les filles sont confrontées dans les villes du monde entier »

(LONDRES) : Le harcèlement sexuel présente un risque majeur pour la sécurité des filles et des jeunes femmes dans le monde, selon une enquête réalisée auprès d’experts mondiaux dans 22 villes publiée aujourd’hui par Plan International, l’organisation œuvrant en